La basketteuse américaine Brittney Griner a atterri aux États-Unis

reuters.com  |   |  334  mots
L'avion transportant brittney griner arrive apres sa liberation de prison en russie a san antonio, texas[reuters.com]
(Crédits : Kaylee Greenlee Beal)

WASHINGTON (Reuters) - La joueuse de basketball Brittney Griner a atterri aux États-Unis vendredi, après dix mois de détention en Russie, à la suite d'un échange de prisonniers avec le marchand d'armes russe Viktor Bout, qui a atterri de son côté à l'aéroport de Moscou.

La réalisation de l'échange de jeudi, après des mois de négociations laborieuses, a constitué un rare exemple de coopération américano-russe après l'invasion de l'Ukraine par Moscou, même si le Kremlin s'est empressé de dire que cela ne témoignait pas d'une amélioration des relations entre les deux pays.

Les médias d'État russes ont présenté l'échange comme une victoire pour Moscou, après la libération d'un homme que le ministère américain de la justice a décrit comme l'un des marchands d'armes les plus prolifiques au monde, ayant vendu des armes aux terroristes et aux ennemis de l'Amérique pendant des décennies. Viktor Bout a toujours nié les accusations.

Le président américain Joe Biden, en annonçant la  libération de la joueuse jeudi, a déclaré que l'échange mettait fin à ce qu'il a décrit comme des mois "d'enfer" pour Brittney Griner, 32 ans, deux fois médaillée d'or olympique et star de l'équipe Phoenix Mercury.

"Je suis tellement heureux que Brittney soit de retour sur le sol américain. Bienvenue à la maison BG !", a déclaré sur Twitter l'envoyé spécial du président des États-Unis, Roger Carstens, coordinateur en chef des otages américains.

Le porte-parole de la Maison blanche John Kirby dans une interview à MSNBC a déclaré vendredi que Brittney Griner semblait en bonne santé et de bonne humeur et qu'elle se dirigeait vers l'hôpital Brooke Army Medical Center de Fort Sam Houston, au Texas.

(Reportage Kaylee Greenlee Beal à San Antonio, Guy Faulconbridge et Felix Light à Moscou avec Rhea Binoy à Bangalore ; version française Federica Mileo, édité par Blandine Hénault)

tag.dispatch();