L'Euromed s'accorde pour plaider pour un plafonnement dynamique des prix du gaz

reuters.com  |   |  355  mots
Le depot de gaz naturel d'astora a rehden[reuters.com]
(Crédits : Fabian Bimmer)

ALICANTE, Espagne (Reuters) - Les dirigeants des neuf pays méditerranéens membres de l'Union européenne ont convenu vendredi de faire pression en faveur d'un plafonnement dynamique des prix du gaz plutôt que d'un plafond fixe, a déclaré le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez.

"Nous allons travailler dans cette direction pour que nous (l'UE, ndlr) puissions nous mettre d'accord sur un plafonnement dynamique et efficace des prix du gaz", a déclaré Pedro Sanchez, sans donner plus de détails, à l'issue du Sommet Euromed à Alicante en Espagne.

Avant le sommet, l'Espagne avait proposé un plafonnement dynamique, soit un plafonnement avec des prix totalement fluctuants, basé sur les prix moyens du gaz naturel liquéfié assortis d'une prime.

Une autre proposition a été élaborée par un groupe de pays de l'UE, dont des pays de l'Euromed - à savoir l'Italie, la Grèce et la Slovénie -, pour une valeur dynamique fixe à 75% et fluctuante à 25% en fonction des références de prix du GNL.

Les ministres de l'énergie des pays de l'UE ont l'intention d'approuver un plafonnement du prix du gaz lors d'une réunion le 13 décembre, au cours de laquelle l'Euromed devrait présenter sa proposition commune.

L'Euromed regroupe également la France, la Croatie, Chypre, Malte et le Portugal.

Les prix du gaz au sein de l'UE ont grimpé en flèche cette année, après que la Russie a réduit ses approvisionnements de gaz à l'Europe à la suite de son invasion de l'Ukraine.

Les pays membres de l'Union européenne cherchent à s'entendre pour plafonner les prix du gaz sur la base de la proposition de la Commission européenne d'un prix du contrat TTF (Title Transfer Facility) à un mois, l'indice néerlandais de référence du marché du gaz dans l'ensemble de l'UE, n'excédant pas 275 euros par mégawattheure (MWh).

Des pays, comme l'Allemagne et les Pays-Bas, sont réticents à toute forme de plafonnement, craignant que cela ne rendre l'UE moins attractive auprès des fournisseurs de gaz sur les marchés mondiaux.

(Reportage Belen Carreno et Andrei Khalip, version française Matthieu Protard)

tag.dispatch();