Téléchargez
notre application
Ouvrir

Deutsche Bank envisage une transformation en vue de fusions

reuters.com  |   |  340  mots
Deutsche bank envisage de se transformer en holding[reuters.com]
(Crédits : Denis Balibouse)

FRANCFORT (Reuters) - Deutsche Bank envisage une restructuration qui dénouerait les liens entre ses activités banque de détail et banque d'investissement, une modification qui faciliterait la fusion de tout ou partie de la première banque allemande avec un concurrent, ont dit trois sources proches du dossier.

Ces dernières ont précisé que le directoire du groupe, qui veut tourner la page de trois années de pertes consécutives et de plusieurs milliards de dollars d'amendes, allait réfléchir à la transformation de la banque en une société holding.

Cette éventualité devrait vraisemblablement être discutée lors d'une réunion du directoire prévue cette semaine à Hambourg, ont encore dit les sources, notant que le nouveau président de la banque Christian Sewing, nommé en avril, voulait fixer un nouveau cap.

Deutsche Bank s'est refusé à tout commentaire.

Si jamais la banque adoptait une structure de holding, qui serait comme un chapeau recouvrant des entités séparées, Deutsche Bank se retrouverait dotée d'un modèle d'organisation qui prévaut chez les banques américaines.

Les sources ont noté qu'aucune décision n'avait encore été prise et que, au-delà des avantages potentiels de cette nouvelle structure, il reste encore de nombreuses interrogations sur la manière dont elle fonctionnerait.

Le titre de la banque, qui devrait sortir à la fin du mois de l'indice EuroStoxx 50 selon des documents vus la semaine dernière par Reuters, a terminé sur un recul de 0,97%, à 9,531 euros alors que l'indice regroupant les valeurs bancaires européennes a perdu 0,35%.

Les informations sur la possibilité de transformer Deutsche Bank en holding ont été publiées par Reuters une demi-heure avant la clôture de la Bourse de Francfort.

Mardi, le magazine Der Spiegel a rapporté que les dirigeants de Deutsche Bank et de Commerzbank, la deuxième banque allemande, étaient de plus en plus ouverts à l'idée d'une fusion.

(Andreas Framke, Arno Schuetze, John O'Donnell et Tom Sims, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot)