Téléchargez
notre application
Ouvrir

Le bilan des attentats de Pâques ramené à 253 morts au Sri Lanka

reuters.com  |   |  544  mots
Le bilan des attentats au sri lanka fortement revise a la baisse[reuters.com]
(Crédits : Athit Perawongmetha)

COLOMBO (Reuters) - Les autorités sri-lankaises ont révisé fortement à la baisse le bilan des attentats du dimanche de Pâques, parlant désormais de 253 morts et non plus de 359. Elles expliquent l'inexactitude initiale par le grand nombre de membres humains sur les lieux de carnage.

Les attentats suicide qui ont visé trois églises et quatre hôtels du pays, revendiqués par l'organisation Etat islamique, ont exposé au grand jour les manquements des services de renseignement, la coopération entre services ayant été, selon certains, perturbée par les tensions dans les hautes sphères du pouvoir.

Le ministre de la Défense, Hemasiri Fernando, a présenté sa démission, assumant le fait que les attentats n'avaient pas pu être empêchés, même si, a-t-il dit, les autorités avaient pris des mesures après avoir été averties par l'Inde de l'imminence d'attentats.

"Nous étions en train de travailler là-dessus. Tous les services s'activaient", a dit Fernando à Reuters.

La police a diffusé les identités et les photos de quatre hommes et de trois femmes recherchés en lien avec les attentats, et les alertes à la bombe et les opérations de sécurité se poursuivies jeudi.

Les autorités ont ainsi temporairement bouclé le siège de la banque centrale à Colombo et fermé la route de l'aéroport de crainte de nouveaux attentats, après les explosions qui ont 359 morts et 500 blessés dans trois églises et quatre hôtels le dimanche de Pâques. L'alerte autour de la banque centrale a été ensuite levée.

A l'aéroport, la découverte d'une voiture suspecte sur un parc de stationnement a conduit à la fermeture de l'accès au terminal mais la route a été rouverte après vérification.

Une explosion a par ailleurs secoué les abords d'un tribunal à Pugoda, une ville située à 40 km à l'est de la capitale Colombo.

Aucune victime n'est à déplorer, a déclaré un porte-parole de la police. L'origine de l'explosion n'a pas été déterminée.

Les bureaux et les restaurants du centre de Colombo ont été invités par la police à fermer plus tôt.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, seize personnes ont été interpellées pour être interrogées dans le cadre de l'enquête sur les attentats de dimanche, revendiqués par le groupe Etat islamique (EI) et commis par neuf kamikazes, dont une femme.

Cela porte à 76 le nombre de personnes arrêtées, dont un ressortissant syrien.

Dans la matinée, lors d'une perquisition à Colombo, la police avait arrêté trois autres personnes et saisi une vingtaine de grenades.

Une vidéo diffusée mardi sur internet par Amaq, l'organe de propagande de l'EI, montre huit hommes qui prêtent allégeance au "calife" du groupe djihadiste, Abou Bakr al Baghdadi, et jurent de lui obéir en toutes circonstances.

L'EI présente ces hommes comme les kamikazes responsables des attentats de dimanche. Un seul apparaît à visage découvert: Mohamed Zahran, un prédicateur islamiste de l'est de l'île, qui pourrait être le "cerveau" de cette vague de terreur.

(Sanjeev Miglani avec Shihar Aneez et Ranga Sirilal, Alasdair Pal et Sunil Kataria, Will Ziebell; Guy Kerivel et Eric Faye pour le service français)