Téléchargez
notre application
Ouvrir

Cachemire : Le Conseil de sécurité contre les mesures unilatérales, selon Pékin

reuters.com  |   |  425  mots
Cachemire: le conseil de securite contre les mesures unilaterales[reuters.com]
(Crédits : Danish Ismail)

NATIONS UNIES (Reuters) - Les Etats membres du Conseil de sécurité des Nations unies ont prié vendredi l'Inde et le Pakistan d'éviter les mesures unilatérales dans l'Etat du Jammu-et-Cachemire, a annoncé le représentant permanent de la Chine, après une réunion à huis clos sur le sujet.

Le Conseil, qui n'avait pas abordé la question depuis plusieurs décennies, s'est réuni à la demande de la Chine et du Pakistan, après la suppression, le 5 août, de l'autonomie accordée à l'unique Etat indien à majorité musulmane. Pékin demande rarement de telles réunions.

La Chine a proposé l'adoption d'une déclaration, mais les Etats-Unis, la France et l'Allemagne s'y sont opposés, a-t-on appris de sources diplomatiques.

D'après l'ambassadeur chinois Zhang Jun, seul membre du Conseil à avoir pris la parole après la réunion, les 15 Etats membres ont toutefois exprimé leur inquiétude face à la situation dans la partie indienne du Cachemire.

"Ils sont également préoccupés par la situation des droits de l'homme dans la région et, de l'avis général des membres, les parties concernées doivent s'abstenir de toute initiative unilatérale susceptible d'aggraver les tensions dans la région, où la situation est déjà très tendue et dangereuse", a-t-il déclaré.

Son homologue indien Syed Akbaruddin l'a accusé de chercher à faire passer la position chinoise pour "la volonté de la communauté internationale" et a affirmé qu'il s'agissait d'une affaire intérieure.

"S'il y a des problèmes, ils seront discutés, ils seront traités par nos tribunaux. Aucune instance internationale n'a à nous dire comment gérer nos affaires. Nous sommes plus d'un milliard", a-t-il déclaré à la presse.

"Le fait que cette réunion ait eu lieu montre qu'il s'agit d'un différend internationalement reconnu", s'est en revanche réjouie l'ambassadrice pakistanaise à l'Onu Maleeha Lodhia. "Les habitants du Jammu-et-Cachemire sont peut-être enfermés (...) mais leurs voix ont été entendues aujourd'hui aux Nations Unies", a-t-elle ajouté.

Les liaisons téléphoniques et l'accès à Internet ont été coupés, et les rassemblements publics interdits juste avant que l'Inde ne révoque ce statut spécial. Le gouvernement a fait savoir vendredi qu'elles seraient rétablies à partir vendredi soir.

Lors d'un entretien téléphonique avec le Premier ministre pakistanais Imran Khan, Donald Trump a par ailleurs estimé que les tensions entre New Delhi et Islamabad devaient être désamorcées par le "dialogue bilatéral", rapporte la Maison blanche.

(Michelle Nichols, Jean-Philippe Lefief pour le service français)