Téléchargez
notre application
Ouvrir

Les USA prêts à aider Israël et les Palestiniens s'ils recherchent un cessez-le-feu

reuters.com  |   |  741  mots
Usa prets a aider israel et les palestiniens s'ils recherchent un cessez-le-feu[reuters.com]
(Crédits : Mike Segar)

par Michelle Nichols

NEW YORK (Reuters) - Les Etats-Unis ont déclaré dimanche au Conseil de sécurité des Nations unies qu'ils avaient fait clairement savoir à Israël, aux Palestiniens et autres parties qu'ils étaient prêts à offrir leur soutien "si les parties cherchaient un cessez-le-feu" pour mettre fin aux violents affrontements actuels entre Israël et les militants palestiniens de la bande de Gaza.

"Les États-Unis ont travaillé sans relâche par les voies diplomatiques pour tenter de mettre un terme à ce conflit", a déclaré l'ambassadrice américaine aux Nations unies, Linda Thomas-Greenfield, aux 15 membres du Conseil. "Parce que nous pensons que les Israéliens et les Palestiniens ont de façon égale le droit de vivre en sécurité."

"Dans tous ces engagements avec les responsables israéliens, l'Autorité palestinienne et tous les partenaires régionaux, les États-Unis ont clairement indiqué que nous étions prêts à apporter notre soutien et nos bons offices si les parties cherchaient un cessez-le-feu", a-elle ajouté.

Alors que le Conseil de sécurité tenait sa première réunion publique sur le conflit, après deux en privé cette semaine, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a déclaré que la campagne israélienne dans la bande de Gaza, contrôlée par le Hamas, se poursuivait "à pleine puissance".

Les Etats-Unis, alliés traditionnels d'Israël, sont isolés au sein des Nations unies en raison de leur opposition à la publication d'une déclaration du Conseil de sécurité sur le conflit en cours. Washington redoute que cela nuise aux négociations diplomatiques menées en coulisses.

"Nous demandons aux États-Unis d'assumer leurs responsabilités, d'adopter une position juste et, avec une grande partie de la communauté internationale, de soutenir le Conseil de sécurité pour apaiser la situation", a déclaré le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, qui a présidé la réunion de dimanche.

La Chine a fait savoir dimanche qu'elle continuerait à faire pression sur le Conseil pour tenter de parvenir à une déclaration.

De son côté, le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres a déclaré au Conseil de sécurité que les affrontements en Israël et dans la bande de Gaza étaient "tout à fait épouvantables" et a appelé à un arrêt immédiat des violences.

Les Nations Unies "engagent activement toutes les parties vers un cessez-le-feu immédiat" et les appellent à "permettre aux efforts de médiation de s'intensifier et de réussir", a-t-il ajouté.

LA LIGUE ARABE VEUT UN ENGAGEMENT AMÉRICAIN PLUS FORT

Les efforts pour établir une trêve menés par l'Egype, le Qatar et les Nations Unies n'ont jusqu'à présent donné aucune signe de progrès. Les Etats-Unis ont envoyé un émissaire dans la région et le président Joe Biden s'est entretenu samedi avec le Premier ministre israélien et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

Le bilan dans la bande de Gaza atteint désormais 188 morts, dont 55 enfants, depuis que les violences ont repris lundi dernier. Israël a recensé 10 victimes, dont deux enfants, tués dans des tirs de roquette menés par le Hamas et d'autres groupes de combattants.

"Chaque fois qu'Israël entend un dirigeant étranger parler de son droit à se défendre, il est encore plus encouragé à continuer à assassiner des familles entières dans leur sommeil", a déclaré le ministre des Affaires étrangères de l'Autorité palestinienne Riyad Al-Maliki au Conseil de sécurité.

L'ambassadeur d'Israël à l'ONU, Gilad Erdan, a déclaré que la réponse d'Israël aux attaques indiscriminées du Hamas respectait strictement le droit international et que le pays prenait "des mesures sans précédent pour éviter les pertes civiles".

"Israël utilise ses missiles pour protéger ses enfants. Le Hamas utilise des enfants pour protéger ses missiles", a-t-il dit.

Au delà des affrontements actuels, la Ligue arabe a appelé l'administration Biden "à s'engager de manière plus active, plus influente et plus profonde dans le processus de paix au Moyen-Orient", a déclaré son envoyé, Maged Abdelfattah Abdelaziz, au Conseil de sécurité.

La Ligue arabe veut voir "un engagement qui dissiperait les illusions créées par l'ancienne administration américaine selon laquelle Israël obtiendrait tout tandis que les Palestiniens n'obtiendraient rien", a-t-il ajouté, en référence à l'ancien président américain Donald Trump.

(Blandine Hénault pour la version française)