Téléchargez
notre application
Ouvrir

Hong Kong : Le pape nomme un nouvel évêque dans un climat tendu

reuters.com  |   |  444  mots
Hong kong: le pape nomme un nouvel eveque dans un climat tendu[reuters.com]
(Crédits : Remo Casilli)

par Greg Torode et Philip Pullella

CITE DU VATICAN (Reuters) - Le pape François a annoncé lundi la nomination du nouvel évêque de Hong Kong, une déclaration qui survient dans un contexte de frictions entre la Chine et le Vatican et de craintes croissantes de l'Occident autour de la question des droits de l'homme dans le centre financier mondial.

Après deux tentatives infructueuses pour pourvoir le poste, c'est finalement Stephen Chow, 61 ans et chef de l'ordre des jésuites de Hong Kong qui a été choisi pour remplacer le cardinal John Tong à la tête du diocèse. Ce dernier occupait le poste à titre intérimaire depuis janvier 2019, date du décès de l'ancien évêque Michael Yeung.

Les candidats précédemment envisagés ont été soit jugés trop proches de Pékin ou au contraire écartés en raison de leur participation aux manifestations parfois violentes en faveur de la démocratie qui ont secoué la ville en 2019.

Le choix de Stephen Chow fait figure de terrain d'entente, selon des membres haut placés du clergé de Hong Kong.

D'après eux, le nouvel évêque va devoir oeuvrer pour apaiser les tensions au sein d'un clergé divisé entre ceux qui veulent que le diocèse fasse plus pour défendre les libertés à Hong Kong et ceux qui prônent une approche moins conflictuelle avec Pékin.

"Il va avoir besoin de tous ses contacts pour réparer de profondes fissures", a déclaré un ecclésiastique familier de la situation.

Stephen Chow n'était pas joignable pour un commentaire.

Depuis des décennies, Hong Kong, où de nombreux hauts responsables sont catholiques, fait office de place forte pour le Vatican aux portes de la Chine continentale, dirigée par le parti communiste officiellement athée.

Selon un autre ecclésiastique proche de la situation, Stephen Chow devra servir de pont officieux entre le Saint-Siège et le gouvernement chinois.

Malgré un passé compliqué et l'absence de relations diplomatiques officielles, Pékin et le Vatican ont prolongé en septembre dernier un accord intérimaire sur la nomination des évêques en Chine continentale pour deux ans.

Reuters avait fait état en décembre des craintes parmi les membres du clergé de Hong Kong concernant la volonté de Pékin d'accroître son contrôle sur le diocèse de l'ancienne colonie britannique.

Le Vatican affirme que l'accord - dont le texte intégral reste secret - n'est pas censé inclure Hong Kong étant donné son statut semi-autonome obtenu lors sa rétrocession à la Chine en 1997.

(Version française Lucinda Langlands-Perry, édité par Blandine Hénault)