Téléchargez
notre application
Ouvrir

Coronavirus : Le rappel vaccinal modulable en France pour faciliter les congés

reuters.com  |   |  444  mots
Coronavirus: le rappel vaccinal modulable en france pour faciliter les conges[reuters.com]
(Crédits : Stephane Mahe)

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français a annoncé mardi que le délai séparant l'injection des deux doses d'un vaccin contre le COVID-19 pourrait être allongé ou raccourci, afin d'éviter que des candidats à la vaccination ne choisissent d'attendre la rentrée de peur que le rappel ne tombe pendant leurs vacances.

"Vous hésitez à vous faire vacciner en juin parce que vous serez en vacances en juillet ? N'hésitez plus. Nous modifions les systèmes de rendez-vous pour vous permettre de programmer votre rappel entre 21 et 49 jours après la première injection", a annoncé mardi le ministre de la Santé, Olivier Véran, sur Twitter.

"Nous avons beaucoup de vaccins en juin, il est important que les Français soient nombreux à prendre des rendez-vous", a également insisté Olivier Véran lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

Car si le cap des 30 millions de personnes ayant reçu une première dose de vaccin contre le COVID-19 a été franchi dimanche, à peine plus du quart (27,4%) de la population adulte française a reçu deux injections. Avec plus de 16 millions de personnes vaccinées avec un schéma complet (une ou deux doses en fonction des vaccins et des antécédents), l'immunité collective contre le coronavirus SARS-CoV-2 est loin d'être acquise, malgré l'amélioration de la situation sanitaire.

Avec cet assouplissement, le gouvernement espère donc garder le rythme de sa compagne vaccinale - élargie depuis ce mardi aux adolescents de 12 à 17 ans avec le vaccin Pfizer et BioNTech -, d'autant plus que les approvisionnements sont désormais à la hauteur de la demande.

Jusqu'ici les autorités sanitaires françaises recommandaient un délai de six semaines (42 jours) pour l'injection du rappel des deux vaccins contre le COVID-19 développés par Pfizer et BioNTech d'une part et par Moderna d'autre part.

Initialement, l'intervalle entre les deux doses préconisé dans les autorisations de mises sur le marché s'établissait à au moins 21 jours pour le vaccin de Pfizer-BioNTech et à au moins 28 jours pour celui de Moderna.

Mais face aux problèmes d'approvisionnement, qui ont compliqué les premiers mois de la campagne vaccinale, les autorités sanitaires françaises avaient prôné des délais plus longs entre les deux doses, afin de permettre de vacciner davantage de personnes.

Les deux autres vaccins disponibles en France ne sont pas concernés, puisque le délai recommandé pour l'injection de la deuxième dose du vaccin contre le COVID-19 d'AstraZeneca s'élève à douze semaines et que celui de Janssen, filiale de Johnson & Johnson, ne nécessite qu'une injection.

(Myriam Rivet, édité par Sophie Louet)