Téléchargez
notre application
Ouvrir

Aux USA, un vendeur à découvert va indemniser une société cotée

reuters.com  |   |  350  mots
Aux usa, un vendeur a decouvert va indemniser une societe cotee[reuters.com]
(Crédits : Chris Helgren)

par Lawrence Delevingne

BOSTON (Reuters) - Un investisseur texan responsable de la chute de 39% en une séance de la valeur boursière d'une société foncière a accepté d'indemniser cette dernière pour solder à l'amiable une procédure judiciaire, ce qui pourrait inciter d'autres entreprises à engager des poursuites.

Quinton Mathews, qui publiait ses commentaires sous le pseudonyme de "Rota Fortunae" ("roue de la fortune" en latin), versera à Farmland Partners "un multiple" des profits qu'il avait encaissés grâce à des ventes à découvert en 2018, précise l'accord amiable publié dimanche.

Les deux parties ont refusé de répondre ou n'ont pas répondu aux demandes de précisions de Reuters sur les modalités du règlement.

Quinton Mathews a reconnu que "bon nombre des principales affirmations" réunies dans un commentaire publié sur le site Seeking Alpha concernant Farmland étaient fausses, notamment celle sur un risque de cessation de paiement.

"Je regrette tout préjudice causé par cet article et ses imprécisions", a-t-il déclaré dans l'annonce de l'accord publiée sur Twitter et Seeking Alpha.

Paul Pittman, directeur général de Farmland, a déclaré de son côté que "les investisseurs reconnaissent déjà que la société a été victime de ventes à découvert et d'un mécanisme trompeur".

L'action Farmland a fini à 12,50 dollars lundi alors qu'elle était tombée autour de cinq dollars pendant l'offensive lancée par Quinton Mathews.

Ce dernier a créé un cabinet d'analyse dont il est le seul employé, QKM, basé à Dallas, et il avait publié plus de dix articles concernant Farmland sur Seeking Alpha.

Les poursuites engagées par Farmland contre un fonds spécialisé dans la vente à découvert qui rémunérait Mathews pour ses analyses, Sabrepoint Capital Management,se poursuivent.

George Baxter, fondateur de Sabrepoint, a déclaré que sa société n'avait aucun lien avec l'article incriminé publié sur Seeking Alpha et qu'il entendait se défendre et défendre "vigoureusement" ses salariés contre les accusations de Farmland.

(Reportage Lawrence Delevingne, version française Marc Angrand, édité par Blandine Hénault)