Téléchargez
notre application
Ouvrir

Arménie : Des manifestants hostiles au Premier ministre bloquent des bâtiments gouvernementaux

reuters.com  |   |  303  mots
Armenie: des manifestants hostiles au premier ministre bloquent des batiments gouvernementaux[reuters.com]
(Crédits : Hayk Baghdasaryan)

TBILISSI (Reuters) - Des milliers de manifestants ont bloqué vendredi l'accès à des bâtiments du gouvernement à Erevan, la capitale de l'Arménie, lors du dernier d'une série de rassemblements pour la démission du Premier ministre Nikol Pachinian.

L'Arménie est depuis début mai le théâtre de manifestations à l'initiative de l'opposition, qui accuse Nikol Pachinian de vouloir brader le Haut-Karabakh, province autoproclamée indépendante du Caucase du Sud que se disputent Erevan et l'Azerbaïdjan depuis trente ans.

Une vidéo publiée sur YouTube montre des manifestants, emmenés par des figures de l'opposition, brandissant des drapeaux arméniens et scandant des slogans antigouvernementaux, tandis que des policiers gardent les bâtiments.

"Avec cela, nous montrons que Nikol (Pachinyan) n'a aucun pouvoir dans le pays", a déclaré Ichkhan Saghatelian, vice-président de l'Assemblée nationale arménienne, selon l'agence de presse TASS.

Nikol Pachinian est vivement critiqué pour avoir accepté un cessez-le-feu négocié par la Russie à la suite d'une guerre de six semaines en 2020 entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, qui a tourné à l'avantage de Bakou.

En avril dernier, il a provoqué la colère de l'opposition en déclarant que la communauté internationale exhortait l'Arménie à "réduire ses exigences" en ce qui concerne le statut du Haut-Karabakh.

L'Azerbaïdjan a déclaré le mois dernier qu'elle était prête à négocier un traité de paix avec l'Arménie, mais qu'Erevan devait renoncer à toute revendication sur son territoire.

Nikol Pachinian, qui dit avoir accepté le cessez-le-feu de 2020 pour éviter de nouvelles pertes, a insisté sur le fait qu'il ne signerait aucun accord de paix avec l'Azerbaïdjan sans consulter les Arméniens du Haut-Karabakh.

(Reportage de Reuters ; rédigé par Mark Trevelyan et Angus MacSwan ; version française Elena Vardon, édité par Sophie Louet)

2 mn