Téléchargez
notre application
Ouvrir

Selon Poutine, l'Occident ne parviendra pas à isoler la Russie

reuters.com  |   |  319  mots
Selon poutine, l'occident ne parviendra pas a isoler la russie[reuters.com]
(Crédits : Sputnik)

(Reuters) - Vladimir Poutine a reconnu jeudi que les sanctions occidentales perturbaient les chaînes d'approvisionnement de l'économie russe mais il a affirmé qu'elles ne parviendraient pas à isoler la Russie sur le plan technologique.

S'adressant par liaison vidéo aux dirigeants de pays de l'ex-URSS, le président russe a déclaré que la Russie continuerait à s'efforcer de trouver des substituts aux importations de produits étrangers auxquels elle n'a plus accès, même s'il ne s'agit pas d'une "panacée pour tous les maux".

"Les représentants de nos entreprises sont confrontés à des problèmes, bien sûr, notamment dans le domaine des chaînes d'approvisionnement et des transports. Mais cependant, tout peut être ajusté, tout peut être construit d'une nouvelle manière", a déclaré Vladimir Poutine dans une intervention retransmise à la télévision.

"Non sans pertes à un certain stade, mais cela nous aide d'une certaine manière à devenir plus forts. En tout cas, nous sommes définitivement en train d'acquérir de nouvelles compétences, nous commençons à concentrer nos ressources économiques, financières et administratives sur des domaines de rupture."

Vladimir Poutine a déclaré que le retrait de certaines entreprises étrangères du marché russe était peut-être une bonne chose.

Il a reconnu que la Russie avait besoin d'accéder aux technologies étrangères, ajoutant : "Nous n'allons pas nous en couper - ils veulent nous évincer un peu, mais dans le monde moderne, c'est tout simplement irréaliste, impossible."

Il n'a pas précisé comment la Russie trouverait les moyens de conserver l'accès aux composants et logiciels occidentaux.

Faisant apparemment référence aux Etats-Unis, le président russe a déclaré qu'aucun "gendarme du monde" ne parviendrait à l'aide de sanctions à affaiblir des pays comme la Russie, la Chine et bien d'autres qui suivent ce qu'il a qualifié de politique indépendante.

(Reportage Reuters, version française Augustin Turpin)

2 mn