Gestion obligataire : deux solutions pour maîtriser le risque

 |   |  322  mots
Copyright Reuters

Le profil idéal des obligations convertibles
Les obligations convertibles sont des produits particulièrement intéressants : sous certaines conditions, leur détenteur a la possibilité de les convertir en actions. Dès lors, les fonds investis en obligations convertibles présentent l'avantage de combiner la prudence traditionnellement associée aux obligations et, éventuellement, le dynamisme du marché d'actions. Bien utilisées, elles permettent aux gérants de traverser les crises sans trop de heurts. Pour preuve, sur une période de cinq ans, qui inclut deux crises majeures, 55 % des fonds investis sur ces produits à l'international sont parvenus à générer des performances positives. Plus impressionnant encore : « Sur quinze ans, la performance moyenne des obligations convertibles européennes s'établit à 7,2 %, contre 4,4 % pour les actions européennes, avec un risque réduit de 60 % », explique l'équipe d'Acropole Asset Management, société de gestion spécialisée sur cette classe d'actifs.

Les fonds datés pour contenir les risques
Outre le non-remboursement du capital pour causse de faillite, le principal risque des obligations réside dans leur perte de valeur potentielle en cours de vie. Pour répondre à ce risque, certaines sociétés de gestion ont mis au point des fonds datés. Le principe en est simple : construire un portefeuille avec des titres dont l'échéance est sensiblement la même et le conserver jusqu'à l'échéance. Une démarche qui n'est pas sans intérêt actuellement : « Une obligation émise par le groupe Fiat et dont l'échéance est fixée à 2015 délivre par exemple un rendement de 10 %. Une autre, émise par Grohe, le spécialiste allemand de la robinetterie, procure un rendement voisin de 16 % pour une échéance fixée à 2014 », note Philippe Halb chez SPGP. Même approche chez Oddo AM, qui propose le fonds Oddo Rendement 2017 afin de « tirer parti de rendements actuariels élevés sur les obligations convertibles ou les obligations d'émetteurs privés. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :