De plus en plus de médecins cumulent emploi "ET" retraite !

 |   |  351  mots
(Crédits : Reuters)
Votre médecin traitant est-il déjà à la retraite ? D'après une étude de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Dress) publiée ce jeudi, vous avez une chance sur 10 que cela soit le cas !

Près d'un médecin libéral en activité sur dix (9,7%) cumule emploi et retraite, un chiffre en forte hausse depuis 2011 où la proportion n'était que de 3,5%, selon une étude par la Drees, le service statistique des ministères sociaux.

Le nombre de bénéficiaires du dispositif cumul emploi-retraite a presque triplé, passant de près de 4.500 médecins libéraux en 2011 à 12.100 en 2018.

Au total, il y a 125.000 médecins exerçant en libéral en France, un nombre plutôt stable depuis sept ans.

"La part des médecins en cumul emploi-retraite est très variable selon la spécialité", indique la Drees. Ainsi, près du quart des psychiatres et près de 15% des gynécologues en exercice sont en cumul emploi-retraite, contre 6% des anesthésistes ou des chirurgiens.

Les généralistes (8,3%) sont en-dessous de la moyenne de l'ensemble des médecins cumulants. Ils "reculent ou diffèrent" leur départ à la retraite "dans les zones très peu denses, là où ils savent que leurs patients auront des difficultés à retrouver un médecin traitant", assure le service statistique.

En outre, les médecins exerçant à Paris prolongent en moyenne leur activité "nettement plus longtemps qu'ailleurs": un médecin libéral sur cinq y cumule emploi et retraite.

Pourquoi cette enquête ?

À l'origine, la demande d'une enquête sur les motivations de départ à la retraite émane de la Direction de la Sécurité sociale et le projet d'enquête avait été inscrit dans la convention d'objectifs et de gestion entre l'État et le régime général d'assurance vieillesse pour la période 2009-2013. Un besoin d'information s'inscrivait alors dans le cadre de la préparation de la réforme des retraites de 2010.

Depuis, les informations obtenues grâce à cette enquête s'inscrivent dans la réflexion plus générale des orientations à donner en matière de retraite. L'enquête a été élargie aux fonctionnaires de l'État et des collectivités locales et alimente notamment les réflexions du conseil d'orientation des retraites (COR), partenaire de l'enquête.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/12/2018 à 9:40 :
cela n est pas comparable ! vis a vis des cumulars de politiciens qui ne servent meme pas leur pays mais bien leur apanage personnel
a écrit le 13/12/2018 à 9:40 :
cela n est pas comparable ! vis a vis des cumulars de politiciens qui ne servent meme pas leur pays mais bien leur apanage personnel
a écrit le 13/12/2018 à 9:00 :
On peut quand même séparer deux tendances, ceux qui dans les déserts médicaux font l'effort de continuer de travailler et ceux dans les non déserts médicaux qui veulent garder leur statut de notable avec toutes les déférences que cela implique.

Le médecin est un héros qui du coup ne devient plus rien dès qu'il ne pratique plus, cela doit être particulièrement dur à vivre ce passage là.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :