La Sécu veut faire passer la consultation à 25 euros

 |   |  408  mots
La consultation pour les enfants de 2 à 6 ans chez le généraliste serait progressivement portée à 30 euros d'ici à 2018.
La consultation pour les enfants de 2 à 6 ans chez le généraliste serait progressivement portée à 30 euros d'ici à 2018. (Crédits : © Regis Duvignau / Reuters)
Dans un document, l'Assurance maladie propose un budget d'environ 750 millions d'euros par an aux syndicats de médecins libéraux en vue de revalorisations tarifaires. Syndicats et Assurance maladie ont jusqu'au 26 août pour négocier une nouvelle convention médicale.

L'Assurance maladie continue à chercher la solution face aux déserts médicaux. Elle propose un budget d'environ 750 millions d'euros par an aux syndicats de médecins libéraux dans le cadre de leur négociation pour des revalorisations tarifaires et une nouvelle convention quinquennale, selon un document consulté mercredi par l'AFP.

Soumis aux syndicats en prévision de la séance de jeudi, le document suggère notamment d'augmenter le tarif de la consultation des généralistes à 25 euros, contre 23 actuellement, comme le réclament tous les syndicats, mais en deux étapes. Une première revalorisation d'un euro interviendrait ainsi en avril 2017, avant une autre l'année suivante. A elle seule, cette mesure coûterait 445 millions d'euros en "dépenses remboursées" par l'Assurance maladie.

D'autre revalorisations sont également mises sur la table. La consultation pour les enfants de 2 à 6 ans chez le généraliste serait progressivement portée à 30 euros d'ici à 2018, pour un coût estimé à 17,9 millions en dépenses remboursées, ou un tarif à 46 euros pour les "consultations complexes" et à 60 euros pour "les très complexes", soit un coût de 52 millions en dépenses remboursées.

Jusqu'au 26 août pour trouver un accord

Depuis fin février, les cinq syndicats représentatifs des médecins libéraux (CSMF, FMF et SML pour les spécialistes et généralistes, MG France pour les généralistes et le Bloc pour les chirurgiens) négocient une nouvelle convention médicale avec l'assurance maladie, texte qui fixe leurs honoraires et régit leurs relations avec la Sécu.

Ce texte est aussi l'occasion de lutter contre les déserts médicaux, pour un "surcoût global en année pleine" de 10 millions d'euros. L'Assurance maladie prévoit notamment une aide de 50.000 euros, versée en deux fois, à destination des médecins s'installant dans les zones fragiles.

Autre poste de dépenses, les mesures relatives à la protection sociale des médecins (retraite...), évaluées à 61,4 millions d'euros. Au total, l'enveloppe mise sur la table sera au moins de 743,3 millions en dépenses remboursées. Mais cela ne signifie pas que l'ensemble de cette somme sera déboursé chaque année: rien qu'en 2016, l'Assurance maladie doit réaliser plus de 3 milliards d'euros d'économies, ce qui explique l'étalement dans le temps de certaines mesures.

Syndicats et Assurance maladie ont jusqu'au 26 août pour trouver un accord, sans quoi un règlement arbitral sera confié à une personnalité indépendante.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/07/2016 à 11:16 :
OK les médecins ont obtenus ce qu'ils voulaient, MAIS nous dans tous ça, qu'en arrêteront nous de devoir débourser 1 euro par médecins et 0.5 par boite de médoc? Surtout que cet acte ne s'applique qu'à ceux qui cotisent déjà à la sécu... Ceux qui n'ont pas de couvertures social eux sont soigné gratuitement...
a écrit le 07/07/2016 à 16:16 :
Je suis stupéfait que dans un contexte où on entend tout le monde se plaindre des charges où l'inflation est nulle et la croissance faible, où le déficit de la Sécurité Sociale reste élevé (9 milliards d'euros), nous attribuons sans aucun complexe une augmentation de 9 % à une corporation, assise sur une rente, et qui n'a aucune concurrence.

Evidemment, c'est le SMIC qui est trop élevé.....Qu'en pense le parti LR (Les Rentiers) ?
a écrit le 07/07/2016 à 12:57 :
Dans "Le Monde" du 23 juin François Béguin titre " La "Secu" otage de la consultation à 25€". Outre cette revendication "identitaire " pour conforter le rôle, la place et l'attractivité de la médecine générale, d'autres points sont ciblés : déserts médicaux, engorgement des services d'urgence, augmentation du nombre de patients atteints de maladies chroniques... D'où d'autres demandes en embuscade.
D'autres revendications sont présentes : créer des prix majorés pour des consultations longues ou complexes (notamment pour les personnes âgées avec plusieurs problèmes à la fois) voire avoir une grille des consultations à 4 niveaux entre 25 et 75€, versement d'un "forfait structure" annuel par Medecin pour payer leur secrétariat afin de leur permettre de "dégager du temps ", soit entre 10 000 et 30 000 € ( au lieu des 1 500 proposés par la Secu).. On verra.
a écrit le 07/07/2016 à 10:49 :
C'est une honte! A l'heure ou la sécu essaie de se remettre difficilement d'un déficit abyssal!
Le salaire net médian en France selon l'INSEE et de 1772 euros par mois(2013)! Celui d'un médecin généraliste de 6835 euros net mensuel et celui d'un spécialiste de 8845 euros net mensuel! Plus de 5000 euros d'écart et ils osent encore se pleindre...

Ils vont encore nous sortir comme excuse leur 8 années d'études.. mais comparez par exemple avec un chercheur en biologie (Bac+8; +3 à 6 années de post doctorats), un domaine proche et une activité nécessitant des compétences beaucoup plus techniques, qui au CNRS par exemple, commence au alentours de 2000 euros net à 33 ans...
Ils vont dire qu'ils font des semaines de 50 à 70h, ce qui est vrai dans la plupart des cas, mais quel cadre dans l'industrie aujourd'hui n'en fait autant en étant payé 3 fois moins cher??? Et la faute à qui? c'est eux même qui ont fait instaurer un numerus clausus au détriment de la santé publique afin de s'assurer une patientèle élevée, une concurrence faible et des salaires élevés, tout ça dans un pays ou nous connaissons le chômage de masse depuis les années 70 et des déserts médicaux dans toutes les zones rurales!

Et qu'ils ne sortent pas l'excuse des responsabilités, car qui n'en a pas aujourd'hui? Les travailleurs dans les centrales nucléaires, dans les industries pharmaceutiques, les enseignants qui ont des classes de 30 enfants à surveiller? les petits patrons qui ont l'avenir de leurs ouvriers entre leurs mains?

La vérité c'est que la médecine en France aujourd'hui est devenue une pratique mercantile, et cela au détriments des patients et de la santé publique, car qui n'a pas rencontré des heures voir des jours d'attentes pour voir son généraliste, et je ne parle pas des spécialistes, tout ça pour une consultation de moins de 10 min de laquelle ne ressort que trop souvent des ordonnances trop chargées et orientées vers les produits d'un laboratoire particulier...
Toutes ces dérives sont dus au lobbying des médecins auprès de la sécu et des autorités, alors il serait temps d'arrêter de répondre favorablement à toutes leurs revendications et d'en faire un secteur soit réellement libérale (soumis aux lois du marché), soit réellement régulé par l'état (fonctionnarisé)!

http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/02/12/combien-gagnent-les-medecins-en-france_4575552_3224.html
http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ref/revaind09f.PDF
http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1565
Réponse de le 07/07/2016 à 13:38 :
Vous évoquez les chercheurs pour faire une comparaison à niveau d'études équivalent, néanmoins, voici quelques arguments qui tempèrent votre comparaison :
- les chercheurs engendrent des coûts non-salariaux : matériel/équipement informatique pour mener à bien leurs travaux, déplacements fréquents dans des colloques... D'ailleurs, on entend rarement des chercheurs se plaindre de leur salaire, mais plutôt de la diminution de leurs crédits de recherche.
- les médecins ont des frais relatifs à leur cabinet qu'il faut retrancher à leurs revenus pour estimer leur niveau de vie. L'article traite des généralistes, mais il faut savoir que, par exemple, un fauteuil équipé pour un dentiste coûte environ 30000 €.

Enfin, il faut également considérer qu'une politique trop restrictive vis-à-vis des médecins risque de se montrer contre-productive : on a déjà beaucoup de mal à avoir des médecins dans nos campagnes. Néanmoins, le problème de la désertification médicale à la campagne appelle à d'autres moyens que financiers : mise en place de maisons médicales, par exemple, pour éviter l'isolement des médecins.

Sur le plan financier, ce qui fonctionne actuellement est une rationalisation des prescriptions (ce qui permet en outre de diminuer les accidents de médicaments chez les personnes âgées - cela devrait s'améliorer avec un livret de santé électronique), la diminution du nombre de nuits d'hospitalisation (grâce aux progrès techniques), l'augmentation des ventes de médicaments génériques (bien qu'encore trop faibles - à mon avis, on cède trop facilement aux caprices des patients, les médicaments non-génériques devraient être remboursés sur la base du prix du générique le moins cher, sauf allergie à un excipient), des négociations plus rudes sur les prix des médicaments (dans mon cas, le médicament que je dois prendre quotidiennement a vu son prix passer de 112 €/boîte à 97€/boîte en 5 ans).

Les problèmes que vous évoquez méritent une réponse plus complexe que celle que vous tentez d'apporter.
a écrit le 07/07/2016 à 10:27 :
"la solution face aux déserts médicaux".
Les médecins liberaux suivent la migration des baby-boomers friqués dans les régions ensoleillés et si possible proche de la mer.Il y a des cartes sur internet qui le montre très clairement.La solution ? ,il n'y en a pas ,tant qu'on obligera pas ces jeunes médecins à accepter de faire quelques années dans des zones sous tensions , d'autant qu'on leur donne tout aujourd'hui pour s'installer dans de bonne condition et il font encore la fine bouche !.Combien de salariés aimeraient avoir autant d'aides pour s'installer
a écrit le 07/07/2016 à 8:55 :
En réalité ce n'est pas 23€ que touche un médecin mais 33€ de la sécu. Ce sont des primes, objectifs, etc qui viennent compléter le montant de la consultation. Les médecins se prennent pour des traders de la finance, la médecine humaniste n'est plus leur préoccupation ! monay ! monay !
a écrit le 06/07/2016 à 20:13 :
Un médecin généraliste libéral gagne en moyenne 7000€ net par mois selon l'INSEE. Ce n'est pas assez ???
Passer la consultation de 23€ à 25€ représente une augmentation de +8.7%. Alors, quand l'inflation est proche de 0% depuis 6 ans et que les salaires n'augmentent pas je trouve cela particulièrement scandaleux !!
Réponse de le 06/07/2016 à 22:23 :
Nuancez vos propos...

Il s'agit d'un exercice libéral donc on est plus proche des 4000 a 5000 pour comparer a un salarié vu que la plupart des médecins ne travaillent pas 365 jours par an.

Et ces 4-5k c'est pour 70h de boulot, donc vous divisez par 2 pour comparer aux 35h...

Je vous fait grâces des 9 a 10 d'études qui sont autant d'années ou vous ne gagnez pas votre vie.
Réponse de le 07/07/2016 à 9:10 :
@Valijean c'est faux - on parle de 7000 net (et encore, j'en connais a 12000 - merci le trou de la secu !).
idem, on assiste a des coupes budgetaires de tous cotes, les salaires du VRAI prive sont bloques depuis des annees, les salaires des jeunes diplomes baissent... Non, vraiment les medecins doivent arreter de se regarder le nombril. Pour info, l'augmentation totale du PIB/habitant depuis les annees 2000 est de l'ordre 5%. Quoiqu'imparfait, ca reste un bon outil de mesure de la richesse produite. La consultation a-t-elle augment de 5% depuis 2000 (je dirai plutot 40-50%) ? Certainement pas, par contre c'est plutot vrai pour les salaires (hors fonction publique).
Réponse de le 07/07/2016 à 9:46 :
parce que vous croyez aue beaucoup de francais salaries vont reelement 35 h ?
A part les gens paye au smic, c est quand meme rare. Quant j etais en france c etait du genre 60 h paye 35 et je touchais pas 5000 € par mois

De toute facon, le prix de la consultation ne resoudra aucun probleme. vous aurez toujours des gens pour juger que c est pas assez (et d autres trop). Et c est pas du tout a cause du prix que nous avons des desert medicaux (mais parce que les jeunes medecins ne veulent pas avoir des horaires de fou meme grassemnt paye et que 60 % des medecins sont de femmes et ne veulent pas vivre dans des trous paumes)
Au lieu d essayer uen solution qui n a jamais marche, pourquoi ne pas arreter le paiment a l acte et faire un forfait par personne inscrite chez le medecin, que celui ci consulte ou non ? ca inciterai les medecins a faire de la prevention et non pas a multiplier les actes pour faire gonfler leur CA
a écrit le 06/07/2016 à 19:06 :
"sans quoi un règlement arbitral sera confié à une personnalité indépendante"

Très bien mais où la trouver la perle rare ?
Réponse de le 07/07/2016 à 8:12 :
@ valjean

Vous oubliez toutes les primes reçues en supplément du salaire de base de 96 euros de l'heure (4 consultations à l'heure en moyenne) et on est bien au-dessus des 4000 euros par mois que vous indiquez !
Réponse de le 07/07/2016 à 11:38 :
Où ai-je parlé de 4000 euros par mois ???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :