Le FMI révise sa prévision de croissance pour la France en 2018 et 2019

 |   |  324  mots
(Crédits : Yuri Gripas)
Le Fonds monétaire international (FMI) a revu à la baisse, à 1,6%, sa prévision de croissance pour la France en 2018 et 2019, dans ses dernières perspectives économiques mondiales publiées mardi.

Pour le FMI, qui s'aligne pour l'année en cours sur les prévisions de l'Insee, de l'OCDE et de la Banque de France, le ralentissement de la croissance "reflète une demande extérieure plus modérée".

Cette nouvelle prévision correspond à un tassement de respectivement 0,1 et 0,2 point de pourcentage par rapport à celle précédemment établie par le Fonds en juillet. Par rapport à la prévision d'avril, la baisse atteint même respectivement 0,5 et 0,4 point de pourcentage.

Un context international qui dérange

Le mauvais chiffre du deuxième trimestre, avec seulement 0,2% de hausse du Produit intérieur brut (PIB), ainsi que les incertitudes internationales, sur fond de guerre commerciale sino-américaine, sont largement responsables de ces prévisions plus pessimistes. Le Fonds accorde par ailleurs un satisfecit au gouvernement français pour les réformes déjà menées ou en cours.

"Le projet de la France de réduire ses dépenses (publiques) est une démarche à saluer", alors que le pays fait partie selon le FMI de ceux dans la zone euro qui doivent mettre à profit une croissance actuellement au-dessus de son potentiel de long terme pour se créer des marges de manoeuvre fiscales.

Le FMI félicite aussi le gouvernement français d'avoir "fait des pas dans la bonne direction pour améliorer la flexibilité de son marché du travail et, plus récemment, pris des mesures législatives pour mieux mettre en adéquation les compétences de sa main d'oeuvre avec les besoins des entreprises".

"Les progrès continus des réformes visant à alléger le fardeau administratif qui pèse sur les entreprises devraient aussi bénéficier à la croissance sur le long terme", relève encore le document du FMI, au moment où le projet de loi Pacte de modernisation de la vie économique est examiné au Parlement.

Selon le gouvernement, cette loi pourrait renforcer la croissance de 0,3 point à l'horizon 2025.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/11/2018 à 8:28 :
je m'appelle noa
a écrit le 09/10/2018 à 18:33 :
La prévision d'une croissance à 0% et rapporter leurs dépenses aux recettes inciteraient peut-être les gouvernements à être plus raisonnables dans leurs dépenses.
Réponse de le 16/11/2018 à 8:30 :
arrête de mentir pour des rt






(la biz)
Réponse de le 16/11/2018 à 8:30 :
de rien
a écrit le 09/10/2018 à 13:08 :
le commentaire très diplomatique du FMI peut signifier en fait :
l' Etat français n'a encore rien fait pour réduire les dépenses publiques mais dit avoir l'intention d'y travailler .
les réformes sur le marché du travail montrent des avancées encore insuffisantes pour avoir un impact significatif .
la simplification administrative nécessaire aux entreprises n'est encore qu'une visée de long terme ( rien à en attendre sur le court terme )
pas étonnant qu'au final le FMI soit très réservé sur la croissance française en 2018 et 2019 .
a écrit le 09/10/2018 à 12:36 :
Vu la politique telle qu'elle est conduit actuellement je doute que l'on atteigne 1,6 , je pense beaucoup moins car beaucoup de choses à venir ne sont pas prises en compte , de toute façon comme ce gouvernement recherche un inflation dure , il pourra être satisfait.
a écrit le 09/10/2018 à 12:18 :
Si la croissance est nécessaire dans les pays pauvres elle n'a aucun sens dans nos pays...
a écrit le 09/10/2018 à 12:10 :
Un coup de fil à la copine mondialiste et hop une bonne info pour continuer à déconner à plein tube.
a écrit le 09/10/2018 à 11:49 :
Bloomberg fait un article sur un indicateur d'activité indépendant chinois qui dit que la situation là bas est pas mal dégradée :
https://www.bloomberg.com/news/articles/2018-10-09/alternative-china-pmi-gauge-says-business-has-never-been-worse

Chine, Brexit, US sur la défensive, Italie (et autres boulets européens), etc...
c'est compliqué.
a écrit le 09/10/2018 à 11:40 :
Continuons à laisser notre marché ouvert à tous les esclavagistes sociaux et fiscaux du monde, surtout hein...

VIte un frexit, puisque nos lrem ne font que bêtement suivre la feuille de route de l'UE.
a écrit le 09/10/2018 à 10:55 :
pour l'instant, ça se présente pas mal. croissance de 0,5% au 3e trimestre (Banque de France), des jobs à profusion (voir par exemple articles Ouest France de septembre sur les difficultés de recrutement dans tous les secteurs), bonne progression du pouvoir d'achat au 2e semestre 2018 (INSEE), baisse du taux de pauvreté de 13,6 à 13,3% en 2017 (Eurostat), etc...
mais bon. les partenaires de la France continuent de tirer vers le bas et sont probablement sur le point de créer une nouvelle petite crise.
Réponse de le 09/10/2018 à 13:38 :
Votre optimisme fait plaisir a lire, j'aimerais bien avoir le même traitement que vous. Vous prenez quoi exactement?
Réponse de le 09/10/2018 à 14:16 :
salut l'artiste,
je me nourris aux faits, infos, au bon sens, à la capacité à prendre du recul et à réfléchir.
et comme je le mentionne aussi plus haut, je ne suis pas si optimiste que ça. la France étant entourée de tas de partenaires problématiques, déséquilibrés/irresponsables.
Réponse de le 09/10/2018 à 18:48 :
"bonne progression du pouvoir d'achat" ?? Je me demande chez qui l'INSEE a vu çà. Chez la majorité des Français, c'est une baisse significative

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :