Affaire ukrainienne et destitution : Trump mis à mal par les informations d'un 2e lanceur d'alerte

 |   |  381  mots
(Crédits : Joshua Roberts)
Un deuxième lanceur d'alerte a livré "des informations de première main" sur l'affaire ukrainienne qui vaut au président américain Donald Trump une procédure de destitution initiée par ses adversaires démocrates.

Un deuxième lanceur d'alerte a livré des informations de première main sur l'affaire ukrainienne qui vaut au président américain Donald Trump une procédure de destitution initiée par ses adversaires démocrates, a indiqué l'avocat de ce membre des services de renseignement.

"Je peux confirmer les informations concernant un second lanceur d'alerte défendu par notre équipe juridique", a écrit Mark Zaid, en retweetant des informations de la chaîne ABC qui, le citant, évoquait un "membre des services de renseignement".

Cette personne a "également fait une déposition protégée par la loi et ne peut pas subir de représailles. Ce lanceur d'alerte a des informations de première main", souligne Mark Zaid.

Un autre avocat de sa firme a laissé entendre qu'il pourrait y avoir plus que deux lanceurs d'alerte.

"Je peux confirmer que mon cabinet et mon équipe représentent plusieurs lanceurs d'alerte", a tweeté Andrew Bakaj.

Le cabinet de Mark Zaid défend les intérêts d'un premier membre des services de renseignement qui avait signalé qu'une conversation téléphonique du 25 juillet entre Donald Trump et son homologue ukrainien était selon lui inappropriée.

Ingérence de l'Ukraine sollicitée

Le président américain avait, lors de cet appel, demandé à Volodymyr Zelensky de l'aider à rassembler des informations compromettantes sur le candidat démocrate Joe Biden, bien placé pour l'affronter lors de la présidentielle de 2020.

Le premier lanceur d'alerte s'était inquiété du contenu de l'appel entre les présidents américain et ukrainien, jugeant que M. Trump avait "sollicité l'ingérence" de l'Ukraine dans la campagne pour sa réélection et accusant la Maison Blanche d'avoir cherché à "étouffer le scandale".

Ce membre des services de renseignement américains avait précisé qu'il n'avait pas directement assisté à l'appel mais avait échangé avec plus d'une demi-douzaine de responsables "très troublés" par l'échange.

Les démocrates ont annoncé le 24 septembre l'ouverture à la Chambre des représentants d'une enquête dans le cadre d'une rare procédure de destitution contre Donald Trump.

Cette procédure devrait à ce stade buter sur la majorité républicaine au Sénat, où aurait lieu son éventuel "procès" si la Chambre, à majorité démocrate, votait sa mise en accusation ("impeachment").

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/10/2019 à 19:40 :
"de première main" ... s'il n'etais pas pesent ou qu'il n'etait pas sur l'appel alors cela n'est pas de "premiere main" mais bien un OUI DIRE ... un bobard a la machine a cafe quoi.
a écrit le 08/10/2019 à 10:32 :
Prendre "un délateur" pour "un lanceur d'alerte" c'est casser l'image de ceux qui prennent des risques désintéressés pour alerter les populations!
a écrit le 08/10/2019 à 9:02 :
Cet article est le point de vue des Démocrates. Aucune info sur l'ingérence de Biden en Ukraine pour protéger son fils accusé de corruption : après l'échec du russiagate et plus de 2 ans d'enquête, voici l'ukrainegate . Biden ou l'arroseur arrosé .
a écrit le 07/10/2019 à 21:06 :
Biden n'est pas clair dans cette histoire mais Trump a fait les choses par derrière en demandant discrètement à un pays d'ingérer dans la future campagne présidentielle américaine. Clairement il dépasse les bornes .
a écrit le 07/10/2019 à 17:05 :
A force de baratiner, et de virer tous ceux qui lui font obstacle, dans le renseignement et l'armée, le retour de bâton arrive !
Réponse de le 08/10/2019 à 6:25 :
Il est possible de consulter la Constitution americaine par Internet.
C'est en anglais, et precisement les allegations contre ce president sont reprehensibles.
Dont acte.
a écrit le 07/10/2019 à 16:20 :
Il n'y a strictement rien d'illégal pour un responsable politique à solliciter l'aide judiciaire d'un pays ami. Qui plus est Biden n'est à ce stade même pas candidat, mais un simple candidat à la candidature, comme peut l'être potentiellement tout autre adhérent démocrate. Par contre les mêmes ne semblent nullement troublés par les fortes suspicions de corruption de leur propre poulain. Mais tout cela leur semble cohérent.
Réponse de le 07/10/2019 à 17:01 :
Vous ne verriez aucun inconvénient à ce que M Macron contacte l'Emir d'Abu Dhabi, afin que celui ci fasse faire une enquête sur la provenance du prêt de 8 millions € qu'a reçu le RN en 2017, et qui a transité par une banque des Emirats?

Et qu'il lui en fasse part de tous les détails avant la prochaine élection, moyennant un rabais sur sa prochaine commande de matériel, ou un bon d'achat.

Dans votre monde c'est probablement tout a fait normal, aux USA ça viole une demi-douzaine de lois.
a écrit le 07/10/2019 à 15:09 :
Vous confondez allégrement "lanceur d'alerte" et "délateur", l'un sert des intérêts publics l'autre les intérêts privés! Jeu de mots, jeu de vilain!
a écrit le 07/10/2019 à 13:55 :
Il y a déjà des élus républicains qui s'interrogent publiquement.

Leurs électeurs s'interrogent eux-même sur les liens entre Trump et les ex-pays communistes, qui représentaient à leurs yeux il y a encore 20 ans (avant que la mode ne vire à l'islamophobie), le pire ennemi des USA et du monde libre.

Les plus éclairés se souviennent des imprécations de Trump pendant la campagne à l'encontre de Clinton, soupçonnée d'avoir été légère dans l'usage de matériel non sécurisé.
Avec Trump on explose les bornes de l'inconséquence.

Les sénateurs ne continueront à soutenir Trump que si ce soutien n'empèche pas leur propre réélection (1/3 des sénateurs sera renouvelé bientôt et la majorité pourrait passer démocrate, mais probablement pas les 2/3).
a écrit le 07/10/2019 à 12:44 :
Une très bonne chose de destituer trump un danger pour le monde les américains vont ce réveiller
Réponse de le 10/10/2019 à 19:47 :
je dirais que non pas vraiment vu ceux qui s'enligne pour le remplacer. trump est un enfant de coeur a comparer... bien entendu votre aveuglement partisant vous rend aveugle au realisation de trump peut soit-t-elles ( il n'as pas fait grand chose somme toutes a part faire parler les medias qui s'empresse de tomber dans son jeux)
a écrit le 07/10/2019 à 12:23 :
Vous confondez allégrement "lanceur d'alerte" et "délateur", l'un sert des intérêts publics l'autre les intérêts privés! Jeu de mots, jeu de vilain!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :