Corée, la guerre de cent ans

 |   |  563  mots
(Crédits : DR)
Depuis 1948, la Corée est divisée en deux États, deux sociétés diamétralement opposées. Comment en est-on arrivé là ? Une réunification est-elle encore possible ? Pour la première fois, au-delà des stéréotypes, des Coréens du Sud et du Nord racontent ensemble leur histoire. Passionnant !

Première partie : les frères ennemis

Les clés de l'Histoire éclairent les tensions, les enjeux, les espoirs et les craintes de ces derniers mois : un peuple divisé contre son gré, et soumis aux régimes les plus féroces du XXe siècle ; les quatre plus grandes puissances qui convoitent ce pays-pivot de l'Asie du Nord-est depuis plus d'un siècle.

Le premier chapitre "les frères ennemis" raconte la haine anti-japonaise, fruit d'une colonisation brutale, et déclencheur de la guerre civile coréenne. La naissance de deux régimes antagonistes en 1945 sous influence Américaine et Soviétique qui finit par engendrer la guerre de Corée en 1950. On y découvre - l'influence méconnue des grandes puissances ; comment la guerre de Corée faillit dégénérer en guerre atomique ; que la Corée du Nord fut longtemps plus riche et plus populaire que le Sud ; les raisons du décollage économique du Sud ; à quel point les deux pays peuvent se ressembler tout en se construisant en opposition. Cette partie se conclut par les Jeux Olympiques de Séoul de 1988.

Seconde partie : si proches, si loin

Avec la chute du mur de Berlin en 1989, la confrontation Est/Ouest s'estompe. La Corée du Sud met en place une jeune démocratie et s'ouvre à la mondialisation libérale. De plus en plus isolé, le Nord doit faire face à de graves crises structurelles (pénurie d'électricité, famine effroyable en 1994, etc.) qui donnent à penser que le système étatique de distribution est en train de s'effondrer. Mais à la fin des années 1990, en Corée du Sud, les militants d'une nouvelle ère de coopération rallient de plus en plus de suffrages, tandis qu'une politique de la main tendue est menée en faveur de la République démocratique populaire. Si la question de la nucléarisation est devenue centrale, le peuple divisé se remet peu à peu à espérer une réconciliation. Mais après le 11 septembre 2001, une déclaration ahurissante de George Bush place la Corée du Nord dans "l'axe du mal", et réduit à néant les efforts d'ouverture du président Kim Jong-il. Se sentant traquée et menacée, la Corée du Nord va une nouvelle fois se refermer sur elle-même.

D'un côté, Pyongyang, capitale de la Corée du Nord : un royaume ermite ruiné, une dynastie coupée du monde et un bastion communiste doté de la quatrième armée du monde. De l'autre côté, Séoul, capitale de la Corée du Sud : une société civile bouillonnante, un capitalisme triomphant, la treizième puissance mondiale, le pays où les enfants ont des téléphones Samsung et des casquettes de base-ball. Comment, au-delà de ces clichés, raconter l'histoire de la Corée quand il y en a deux ? Pour comprendre comment on en est arrivé là, Pierre-Olivier François a convaincu des membres de l'élite des deux États de raconter ensemble leur histoire. Leurs témoignages, ainsi que ceux de diplomates et d'historiens, sont enrichis d'archives rares venues de Séoul, Pyongyang, Pékin, Moscou et Washington. Un passionnant voyage dans les mentalités, qui déroule un siècle histoire, des débuts de l'occupation japonaise, en 1910, aux derniers rapprochements en date, notamment entre Kim Jong-un et Donald Trump.

(source ARTE)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/02/2019 à 13:23 :
Et c'est pas le "gentil" Obama qui va arriver à réunifier les deux corées hein mais le "méchant" Trump.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :