Débat présidentiel : la presse américaine donne Clinton vainqueur aux points

 |   |  702  mots
L'immense salle de presse aménagée dans l'Université d'Hofstra où se tenait le premier débat présidentiel, lundi 26 septembre.
L'immense salle de presse aménagée dans l'Université d'Hofstra où se tenait le premier débat présidentiel, lundi 26 septembre. (Crédits : REUTERS/Carlos Barria)
Les principaux journaux du pays ont souligné le sérieux d'Hillary Clinton et le manque de préparation de Donald Trump. Sans pour autant se montrer subjugués par la performance de la candidate démocrate.

Attendu par des millions d'électeurs américains (et d'observateurs à travers le monde) depuis plusieurs semaines, le premier débat de la campagne présidentielle a fait couler beaucoup d'encre, outre-Atlantique. En amont, pour spéculer sur le degré de préparation d'Hillary Clinton (mention spéciale au dessin du New Yorker, ci dessous) et l'attitude de Donald Trump, et en aval, pour distribuer les points et déterminer un potentiel vainqueur. A l'issue d'une confrontation houleuse, émaillée de vifs échanges et rendue parfois brouillonne par les interruptions incessantes des deux candidats, les principaux titres du pays ont quasi-unanimement salué la performance d'Hillary Clinton et constaté le manque de préparation de son rival républicain.

"N'oublie pas que c'est juste un entraînement. Ton vrai adversaire sera beaucoup moins prévisible que ça"

  • Pour Michael Barbaro et Matt Flengenheimer, du New York Times, Hillary Clinton "a débuté par une opportunité manquée sur la question du racisme, avant de terminer sur une attaque frontale a propos du sexisme. La performance d'Hillary Clinton dans le premier débat présidentiel, lundi, est passée d'hésitante et incertaine à ferme, voire même, caustique", affirment les deux journalistes. "Aucune forme d'entraînement ne pouvait la préparer - ou n'importe qui d'autre- , semble-t-il, aux approximations, aux généralités et aux interruptions incessantes de Donald Trump. Madame Clinton est parvenue doucement mais sûrement à apprendre comment contrer Monsieur Trump sur le tas, devant les yeux de millions d'Américains."

Page parue dans le New York Times, journal ouvertement en défaveur de la candidature de Trump, lundi 26 septembre, avant le débat.

  • Du côté du Washington Post, le constat est similaire. "Hillary Clinton n'a pas été parfaite. Elle a parfois donné l'impression d'être sur-préparée, presque robotisée", écrit Chris Cillizza. "Sa réponse sur la question de la relation entre les races était trop rationnelle et pas assez passionnelle. Mais elle a tout de même dominé Trump de la tête et des épaules. [...] Trump ne s'était tout simplement pas assez préparé. Il a été mis en difficulté sur des questions auxquelles il aurait dû s'attendre. Sa justification sur sa recherche de preuves depuis 5 ans pour démontrer qu'Obama n'est pas né aux Etats-Unis était comme regarder un accident de voiture au ralenti."
  • Trois fuseaux horaires plus à l'ouest, le Los Angeles Times, à travers la plume de son chef de bureau à Washington, met en cause la tactique du candidat républicain, qui a ouvert un boulevard à sa concurrente : "La fixation de Donald Trump sur le manque d'endurance de Clinton illustre parfaitement une campagne qui ne vit qu'à l'intérieur de sa propre bulle. Cette ligne d'attaque fonctionne lors de meetings, mais mène à la catastrophe dans un débat comme celui-ci", analyse David Lauter. "Cela a donné à Clinton l'opportunité de rappeler son bilan en tant que secrétaire d'Etat et ensuite certaines remarques moins flatteuses de Trump envers les femmes."
  • Dans ce concert d'éloges (mesurées), seul Dallas Morning News se montre plus sceptique, préférant souligner que "le débat a offert aux téléspectateurs deux visions politiques très différentes sur le commerce extérieur, la fiscalité, les armes, le racisme et la sécurité. Il a en outre mis en évidence une vaste différence de ton et de tempérament. Mais nous nous en souviendrons surtout pour les attaques envoyées de part et d'autre, pour tenter de déstabiliser l'adversaire et de l'exposer sous son plus mauvais jour devant les électeurs. Aucun des deux n'a complètement réussi, même si Clinton était sur l'offensive pendant la quasi totalité du débat." La candidate démocrate "a montré que faire ses devoirs peut être utile" concède tout de même Todd J. Gillman.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/09/2016 à 17:27 :
Mme Clinton a été très pro, on en attendait pas moins, mais a le problème de tous ceux qui était déjà en place (pourquoi ne l'avez-vous pas fait avant?). M.Trump a été crédible dans son rôle, et cela c'est déjà énorme ama. L'élection peut se jouer dans l'Amérique "profonde" (75% des agriculteurs, par exemple, le soutiennent, contre 9% donne tleurs voix à Mme Clinton, le reste étant indécis). Les taux de participation sont généralement assez faibles, et si les gens se décident à aller voter, tout est possible... Les médias, ont le sait, soutiennent l'establishment (ce n'est pas un jugement de valeur..).
a écrit le 27/09/2016 à 15:52 :
Si les américains pouvaient voter en masse pour la candidate écolo.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :