Le patron de l'OMC met en garde contre les dangers de la guerre commerciale

 |   |  425  mots
(Crédits : Denis Balibouse)
Tout le monde serait perdant en cas de guerre commerciale, a averti mercredi le patron de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à quelques centaines de mètres de la Maison Blanche de Donald Trump, qui a déclenché les hostilités.

Roberto Azevedo, qui dirige depuis 2013 l'organisation, attaquée comme nombre d'autres organismes internationaux, par le président américain, a reconnu que des réformes étaient nécessaires mais a rejeté ceux qui accusent le commerce international d'être le principal responsable des pertes d'emplois. Un argument souvent avancé par le locataire de la Maison Blanche.

"Le système pourrait être meilleur", a reconnu le patron de l'OMC, dans un discours tout en saluant la volonté affichée des pays du G20, lors d'un sommet en fin de semaine dernière à Buenos Aires, de le réformer.

"Nous devons éliminer l'idée que le commerce international est une équation qui fait un gagnant et un perdant", a-t-il souligné, dénonçant ainsi la philosophie de l'administration Trump, mais sans la nommer.

"Tout le monde peut profiter" du commerce

Depuis son arrivée au pouvoir en janvier 2017, Donald Trump a multiplié les actions unilatérales, dénonçant un traité commercial par-ci et imposant des tarifs douaniers par-là pour combler le déficit commercial américain, qu'il interprète comme un signe de faiblesse. C'est d'ailleurs en partie ce discours très protectionniste qui lui a permis de remporter la présidentielle.

Mais pour Azevedo, "tout le monde peut profiter" des retombées du commerce. Il a salué l'embryon de trêve dans le conflit commercial qui oppose les Etats-Unis et la Chine après le sommet entre Donald Trump et son homologue Xi Jinping.

Faute d'un accord, la croissance mondiale est en danger, selon Azevedo.

"Le résultat de toutes les simulations c'est que le commerce et la croissance vont ralentir et tous les pays, sans exception, vont perdre dans une guerre commerciale mondiale", a-t-il averti.

Un message martelé également par le Fonds monétaire international ou la Banque mondiale.

Le patron de l'OMC reconnaît l'angoisse que fait naître une économie en plein bouleversement, mais il estime que c'est le changement technologique qui est à l'origine des pertes d'emplois.

Au contraire, le commerce est "un moteur de croissance, de productivité, d'innovation et de création d'emplois", a-t-il lancé.

Un message qui ne sera entendu ni à la Maison Blanche ni dans les vieux bassins industriels américains, qui ont vu les emplois partir au Mexique ou en Chine pendant des années. Mais Azevedo s'est quand même voulu optimiste après son passage au G20 :

"Je suis persuadé qu'il s'agit là d'une opportunité comme il n'y en a qu'une par génération pour réformer le système du commerce international".

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/12/2018 à 21:41 :
Des sanctions économiques imposées par un seul pays, aggravées pour d'autres pays avec le principe US d'extraterritorialité : silence de l'OMC , en contradiction avec ses grands principes de libre-échange. Quand le différend concerne un grand pays comme la Chine, qui demande à son tour à des sanctions contre le protectionnisme US, l'OMC se réveille et parle de danger pour le commerce mondial. Les règles de l'OMC sont obsolètes, elles ne servent que les pays riches et puissants pour la mondialisation .
a écrit le 06/12/2018 à 18:43 :
Quand on détruit un emplois industriel en France pour le créer ailleurs, il y a bien un gagnant et un perdant. Son histoire, je l’ai entendu maintes fois à l’université. Et elle est fausse. Elle pousse les gens du monde périurbain ou de la campagne dans un grand desarroi. Elle pousse les gens des villes à surconsommer des articles de piètre qualité. Elle déséquilibre la balance commerciale de nombreux états et enfin elle fait perdre de nombreux savoir faire durement acquis chez nous. Au niveau macro économique pôle emplois est en quasi déficit et l’etat En déficit chronique. Bref, cette histoire de commerce mondial, ce n’est pas que bon pour nous.
a écrit le 06/12/2018 à 16:53 :
La guerre commerciale, ça fait des dizaines d'années qu'elle a commencé. Elle s'est juste intensifiée. Et comme les peuples sont attachés à leur confort personnel, elle va continuer vu que la pression sur les matières premières ne va cesser de s'accroître. D'ailleurs l'OMC est un des acteurs de cette guerre.
a écrit le 06/12/2018 à 10:56 :
"Et mon bon poste à moi bien payé à rien faire que j'ai dites donc hein ! Qui c'est qui y pense !?"

Rigolo.

"Un message qui ne sera entendu ni à la Maison Blanche ni dans les vieux bassins industriels américains, qui ont vu les emplois partir au Mexique ou en Chine pendant des années."

Tu m'étonnes...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :