Brexit : les négociations se poursuivront à Bruxelles

 |  | 316 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : JOHANNA GERON)
Après une période de tensions et de ruptures des pourparlers, Londres et l'Union européenne ont repris les discussions jeudi. Celles-ci ont repris jeudi et se poursuivront jusqu'à mercredi, avant d'être déplacées à Bruxelles. Les négociateurs estiment toutefois être loin d'un accord.

Les négociations commerciales post-Brexit engagées depuis jeudi entre le Royaume Uni et l'Union européenne vont se poursuivre jusqu'à mercredi à Londres et passeront ensuite à Bruxelles jeudi, mais "on est encore loin d'un accord", ont indiqué dimanche plusieurs sources européennes à l'AFP.

"Les négociations continuent à Londres jusqu'à mercredi puis à Bruxelles à partir de jeudi", a-t-on précisé de source européenne.

"Les négociations avancent, mais on est encore loin", a commenté un responsable européen. L'UE a refusé le principe d'un tunnel de négociations, car les Etats membres ont besoin d'être informés de l'état d'avancement des discussions", a-t-il expliqué.

Le négociateur européen Michel Barnier va effectuer des aller et retour entre Londres et Bruxelles la semaine prochaine, ont confié deux responsables européens.

Plusieurs pistes sont étudiées par les négociateurs sur les trois points difficiles: l'alignement des normes et les règles du jeu en matière de concurrence, le règlement des différends et la pêche.

L'UE refuse de fixer des dates butoirs pour les négociations, mais un état des lieux est planifié pour la mi-novembre, a-t-on précisé.

Les négociations ont repris jeudi à Londres après une semaine de tensions. Les deux négociateurs, Michel Barnier et le Britannique David Frost ont décidé d'intensifier leurs discussions et de travailler sur des projets de textes afin de trouver un accord applicable le 1er janvier prochain, à la fin de la période de transition suivant leur divorce historique le 31 janvier dernier.

"Clairement, des différences significatives demeurent entre nos positions sur les sujets les plus difficiles mais nous sommes prêts avec l'UE, de voir si c'est possible de les rapprocher lors de discussions intensives", a indiqué jeudi un porte-parole du Premier ministre Boris Johnson dans un communiqué. "Il est tout à fait possible que les négociations échouent", a-t-il cependant averti.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/10/2020 à 8:04 :
Vivement un Frexit !!!
a écrit le 26/10/2020 à 10:05 :
Après avoir claqué la porte des négociations et boudé dans son coin, le Royaume-Uni revient négocier. Tout est si prévisible...
a écrit le 25/10/2020 à 13:58 :
Y a que lUE pour ne pas avoir compris (ou fait elle semblant de ne pas comprendre ?) la stratégie de négociation des anglais...
Et pendant qu'on y est, on pourrait peut-être revoir les frontières du côté de Calais , non ?
a écrit le 25/10/2020 à 13:15 :
En bref, nos idiots de dirigeants européens ont enfin compris que les anglais étaient en situation de force du fait de la compromission totale de l'UE avec la finance.

On avance enfin ! C'est qu'il en faut du temps à nos dirigeants de l'empire prévu pour durer mille ans pour comprendre hein...
Réponse de le 25/10/2020 à 20:45 :
C'est de l'humour (anglais?)
La position de force est évidemment du côté des 27 pays qui ont su rester soudés, et pas du côté d'un petit pays isolé qui ne pèse pas lourd.
Le grand échec de Boris est d'avoir échoué à désunir les 27. Il y a cru jusqu'à l'extrême limite, mais devant cet échec il doit négocier en urgence, le dos au mur. De toute façon, ses jours sont comptés, les tories vont le remercier en 2021.
Réponse de le 27/10/2020 à 10:28 :
Effectivement.. L'Europe n'est qu'une entité financière.. La divergence au point de vue économique et social, est totale entre tous les États membres.. Chacun prêche pour sa paroisse.. Nous sommes à des années lumières d'une Europe fédérale.. Les Anglais le savent très bien et sont en position de force grâce à cette Europe qui fait semblant, depuis très longtemps, d'être unie...
Et ils ont bien raison de vouloir retrouver leur pleine souveraineté...
Alors on entend nos bons dirigeants européens dirent que le Royaume. Uni ne pourra plus échanger sans droits de douanes, tracasseries administratives ou autres.. Sauf que ce sont les règles de L'OCDE qui s'appliqueront comme tous les autres pays hors Union..
Et quand on voit ce que la Chine, la Corée, le Japon et les États Unis exportent sur le continent sans trop de tracas, je me dis que les Anglais n'ont pas trop à s'en faire...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :