Allianz France améliore ses profits malgré une croissance zéro

 |   |  387  mots
(Crédits : © Alexandra Winkler / Reuters)
En 2015, Allianz France a dépassé pour la première fois le milliard d'euros de bénéfice opérationnel. En dépit d'un chiffre d'affaires stagnant. L'assureur veut lancer un plan de bataille contre les bancassureurs, qui prennent des parts de marché aux assureurs traditionnels

Jacques Richier, PDG d'Allianz France, le dit et le répète, "nous sommes en croissance zéro". Il n'évoque pas là la situation de l'assureur, mais celle de l'économie française et du marché de l'assurance. Si Allianz France n'échappe pas globalement à ce diagnotic d'une croissance zéro, son chiffre d'affaires étant resté stable en 2015, à 12,3 milliards d'euros , le résultat opérationnel a dépassé pour la première fois le milliard d'euros.

La stabilité de l'activité recouvre des variations selon les branches. En dommages, le chiffre d'affaires a crû de 2% l'an dernier, soit un peu au delà du marché (+1,5%). Et ce sans dégrader les marges, supérieures à la moyenne. Le ratio combiné (charges/primes encaissées) du deuxième acteur du secteur en France (14% de parts de marché)  s'inscrit à 95,9 , soit un chiffre inférieur -et donc meilleur- que celui du secteur. Notamment en auto, où il se situe sensiblement à ce niveau de 96, alors qu'il a atteint en France, l'an dernier, un niveau beaucoup plus dégradé (106 en moyenne), selon les données officielles de l'Association française de l'Assurance.

Comme le dit Jacques Richier non sans ironie, "aucune compagnie n'a communiqué sur un ratio combiné supérieur à 100", alors que, par construction, il en existe plusieurs...

Baisse de l'activité en assurance vie

En revanche, en assurance vie et individuelle santé-prévoyance,  le chiffre d'affaires a sensiblement décru l'an dernier (-4,3%) , le choix étant fait de se concentrer sur les contrats en unité de compte (48% des contrats). Mais la branche assurance collective (santé-prévoyance) a, elle, vu son chiffre d'affaires augmenter sensiblement (+6%). La complémentaire santé pour tout, obligatoire à compter du premier janvier 2016, a contribué à ce bon résultat.

Un plan de bataille contre les bancassureurs

Alors que les bancassureurs (Crédit agricole en tête, devenu le premier assureur en France en 2015) prennent des parts de marché aux assureurs traditionnels, notamment grâce à la loi Hamon, qui permet de résilier un contrat à tout moment, Allianz France entend réagir. "Nous allons lancer un plan dédié aux bancassureurs" affirme Jacques Richier. "Certains agents nous ont montré l'exemple. Il s'agit simplement de faire revenir chez nous les clients qui ont cédé à la pression de leur conseiller bancaire. Nous n'avons pas de problème de tarif, c'est donc possible".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/04/2016 à 13:07 :
Allianz mise tout sur le digital et en oublie les fondamentaux :
- simplicité
- confiance
- prix

Bref un peu moins d'effet geek, un peu plus de relation client simple et Allianz pourra renouer avec la croissance.
a écrit le 13/04/2016 à 11:27 :
Ma grande-tante (80 ans) paye une fortune ses assurances Allianz et ne veut pas changer car c'est trop compliqué pour elle... Je prévois donc une baisse sensible du chiffre d'affaires d'Allianz dans les dix à vingt prochaines années !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :