Coface accuse une baisse de 63% de ses résultats opérationnels

 |   |  306  mots
Xavier Duran, DG de Coface
Xavier Duran, DG de Coface (Crédits : DR)
L'assureur annonce une baisse de 5,4% de son chiffre d'affaires sur les neuf premiers mois de l'année, et une chute de 63% de son résultat opérationnel. Des résultats en ligne avec les tendances prévues, selon son directeur général

Sur les 9 premiers mois de l'année, l'assureur crédit Coface a vu son chiffre d'affaires baisser de 5,4% à 1065,4 millions d'euros, selon un communiqué diffusé ce jeudi soir. Le résultat opérationnel chute de 63%, à 50,3 millions. Le résultat net baisse quant à lui de 80,8%, à 19,4 millions. Au cours du troisième trimestre,Coface a même enregistré une perte de 11,2 millions d'euros au troisième trimestre, notamment creusée par une fraude au sein de sa filiale d'affacturage à l'export Cofacrédit.

Cet élément exceptionnel a coûté 7,8 millions d'euros à Coface, qui détient 36% de cette filiale, majoritairement possédée par Crédit Mutuel. Le groupe n'a fourni aucun détail sur cette fraude.

Selon Xavier Durand, directeur général de Coface, il n'y a là aucune surprise sur les tendances, considérées sur les 9 premiers mois de l'année, comme il le déclare:

« Ces résultats sont en ligne avec les tendances que nous avons exposées en septembre dernier lors de notre journée investisseurs. Le ratio de sinistralité net de réassurance figure dans la fourchette cible que nous avions estimée pour l'année 2016. Dans les marchés émergents - principalement en Amérique Latine et en Asie - la sinistralité reste élevée en attendant que les effets de nos plans d'actions sur les risques se traduisent pleinement dans nos résultats. Coface continue d'ajuster ses politiques de souscription commerciale et de risques dans ces pays. Le résultat opérationnel, légèrement positif ce trimestre, repose sur un ratio de sinistralité stabilisé à 72,4% et un ratio de coûts net de 33,0%.

Les ratios usuels des assureurs se dégradent sensiblement. Le ratio combiné -ensemble des coûts rapportés aux primes perçues- est passé de 81,8% sur les 9 premiers mois de 2015 à 96,6% sur la même période de 2016.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/11/2016 à 7:27 :
L'attitude de ce groupe est classique mais consternant , quand un assureur est victime d'une fraude (sans doute pas que les assureurs d'ailleurs), son premier voire seul réflexe est de le cacher. Sans entrer dans des détails inutiles, la connaissance du type de fraude et son mécanisme est utile à tous. Il est vrai que lorsqu'on est victime d'une fraude, on se sent souvent coupable ou on est vite considéré comme tel, donc on a tendance à cacher le sujet. Pire encore pour l'éviter on évite la judiciarisation, ce qui ne peut qu'encourager d'autres actes de ce type. Etre victime, ce n'est pas une honte.
a écrit le 03/11/2016 à 19:33 :
"Selon Xavier Durand, directeur général de Coface, il n'y a là aucune surprise "

63% de perte et le gars il dit que tout est normal.

Les décideurs économiques tout comme les décideurs politiques ne seraient ils plus que des communicants ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :