Société Générale devrait réduire ses parts dans une filiale chinoise

 |   |  237  mots
La banque française, qui souhaite conserver ses parts dans deux sociétés de gestion, ne doit pas dépasser le seuil des 49%, selon la législation du pays.

La Société Générale devra se mettre en conformité si elle ne veut pas être hors la loi en Chine. La banque française annonce donc son intention de réduire ses parts dans une société de gestion chinoise pour se mettre en conformité avec la législation qui n'autorise pas une banque étrangère à détenir plus de 49% d'une seule filiale.

La Société Générale détient déjà 49% de Fortune SGAM, groupe dont le solde appartient à Shanghai Baosteel Group. Son "problème" est qu'elle deviendra également actionnaire d'une autre société de gestion détenue par Crédit Agricole lorsque qu'elle aura finalisé son rapprochement avec celle-ci. En effet, les deux établissements annonçaient la semaine dernière la signature d'un accord définitif visant à rapprocher leurs deux activités de gestion. Ce pôle, dont les actifs sous gestion se montent à 591 milliards d'euros, permettra de créer le numéro 4 européen et le numéro 8 mondial du secteur.

 Avant la Société Générale, BNP Paribas a du faire face au même problème lorsqu'elle a souhaité acquérir la banque Fortis, qui possède une filiale en Chine.

La Société Générale espère tout de même convaincre les autorités de lui laisser ses parts dans les deux sociétés si la participation cumulée ne dépasse pas les 49%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :