Egypte, Côte d'ivoire : les banques françaises sont exposées aux soulèvements populaires

 |   |  319  mots
(Crédits : Reuters)
Les banques françaises publient leurs résultats annuels dans les prochains jours. Même si les conséquences des évènements en Egypte, en Tunisie et en Côte d'Ivoire devraient être marginales dans leurs comptes, des précisions sur leur stratégie dans ces pays et dans la région sont attendues. La filiale de BNP Paribas a annoncé lundi la fermeture de ses agences en Côte d'Ivoire tandis que la filiale de la Société Générale les maintient ouvertes.

La Société générale donne mercredi le coup d'envoi de la saison des résultats des banques françaises. On attend notamment des précisions sur les conséquences des évènements récents en Egypte, en Tunisie et en Côte d'Ivoire, ainsi que sur leur stratégie dans la région d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient. 

Les banques françaises sont les plus exposées en Egypte

"Les événements en Egypte et en Tunisie auront un impact marginal sur les résultats des banques françaises", souligne Christophe Nijdam, analyste financier chez AlphaValue, interrogé par l'agence Reuters. "Leur exposition aux deux pays n'est pas importante par rapport à la taille de ces banques", estime-t-il. Pourtant, les banques françaises sont les plus exposées à l'Egypte (lire "La Tribune" du 7 février) selon la banque des réglements internationaux (BRI).

Sur les 49,3 milliards de dollars de prêts consentis aux entreprises et au gouvernement égyptiens à fin septembre, les banques françaises ont en effet prêté 17,6 milliards de dollars soit 12,89 milliards d'euros. Les banques britanniques viennent ensuite avec 10,7 milliards de dollars, les banques italiennes (6,3 milliards) et les banques  américaines (5,4 milliards).

Pas de pertes singificatives en Egypte et en Tunisie

Selon une étude publiée ce lundi par l'agence de notation financière Standard & Poor's, les événements de Tunisie et d'Egypte n'entraîneront pas de pertes significatives pour les banques françaises. Reste que les risques sont réels : en Côte d'Ivoire, BNP Paribas a décidé de suspendre les activités de sa filiale pour des raisons de sécurité. La Société Générale en revanche dont la filiale ivoirienne SGBCI compte 46 agences et  and  225 000 clients, a ouvert ses portes lundi, tout en surveillant avec attention l'évolution de la situation du pays.

Les craintes portent maintenant sur le risque de contagion de la contestation populaire à d'autres pays arabes. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :