La Fed retarde d'au moins un an l'échéance d'une hausse des taux

 |   |  535  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
La Fed a maintenu son taux directeur à un niveau proche de zéro. Son conseil ne devrait pas le modifier avant fin 2014.

C'est sans surprise que la Réserve fédérale a maintenu le taux cible des fonds fédéraux dans la fourchette de 0 % à 0,25 % dans laquelle il est enserré depuis décembre 2008, à l'issue du premier de ses huit conseils annuels. Depuis août dernier, chacun des communiqué diffusés lors de ses réunions reprend le même leitmotiv : le taux directeur de la Fed « sera maintenu à un niveau exceptionnellement bas au moins jusqu'à la mi 2013 ». Mais cette fois, en dépit de la série de statistiques encourageantes récemment diffusées sur l'économie américaine et pour mieux diffuser cette « expansion modérée » qu'ils diagnostiquent, les « Sages » du conseil de la Fed vont encore plus loin et c'est de là que vient la surprise. La petite phrase clé change de nature: la Fed « maintiendra une politique monétaire très accommodante au moins jusque tard en 2014 », peut-on désormais lire.

Le diagnostic global de la Fed reste inchangé, insistant sur les risques que l'environnement international continue à faire peser sur l'activité. C'est dans ce contexte qu'elle va poursuivre son opération Twist annoncée en septembre, qui consiste à allonger la maturité de son portefeuille de titres engrangés depuis la mise en place de la politique d'assouplissement monétaire quantitatif. D'ici à fin juin, la banque centrale de Washington aura fait basculer vers le long terme 400 milliards de dollars de titres. Pas question, en revanche, de mettre pour l'instant sur pied un QE3, une troisième phase de rachat de titres de dette publique, malgré les demandes récemment réitérées des colombes de la Fed, soucieuses d'apporter une aide additionnelle à l'économie, en remettant en marche la planche à billets. Quant à l'adoption d'un objectif d'inflation que de nombreux économistes attendaient, il est reporté à une date ultérieure.

Gravité

La décision de la Fed de prolonger le maintien de taux voisins de zéro pour au moins une année de plus prend sa source dans le document inédit qu'elle avait en préparation, le SEP, pour Summary of Economic Projections. Pour la première fois, les prévisions des membres du Comité de politique monétaire de l'institution sur les taux d'intérêt américains ont été rendues publiques. Elles indiquent le niveau des « fonds fédéraux » jugé adéquat pour 2012 et les années suivantes, ainsi qu'un niveau d'équilibre de long terme. Du consensus qui s'en dégage, le conseil a prolongé la date jusqu'à laquelle le statu quo sur les taux sera maintenu.

Il y a une leçon à tirer de cette projection: jamais dans l'histoire monétaire moderne, les Etats-Unis n'auront vécu une période aussi longue sans modifier le niveau du loyer de l'argent, reléguant aux oubliettes la précédente phase prolongée qui sous l'ère Greenspan, avait vu le taux directeur de la Fed stationner sur ce qui était alors le plancher absolu de 3 %, entre septembre 1992 et janvier 1994. Si la Fed maintient effectivement son taux au plancher jusqu'à fin 2014, six années auront passées sans que n'ait été modifié le taux cible des fonds fédéraux. Quelle meilleure illustration de la gravité de la crise !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :