Les propos d'Éric Besson font baisser le cours du pétrole en Asie (107,07 USD)

 |   |  430  mots
Copyright Reuters
Suite aux déclarations du ministre de l'industrie Éric Besson, qui a suggéré que les pays consommateurs de pétrole pourraient puiser dans les réserves stratégiques, les prix du pétrole étaient en baisse ce jeudi en Asie.

Les prix du pétrole s'affichaient en baisse jeudi en Asie, le marché réagissant aux propos du ministre français de l'Energie laissant entendre que les pays consommateurs pourraient puiser dans leurs réserves stratégiques pour contenir la flambée des cours du brut. Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mai abandonnait 20 cents à 107,07 USD dans les échanges électroniques du matin. Le Brent de la mer du Nord pour livraison en mai cédait 9 cents à 124,11 USD. Le ministre de l'Industrie Eric Besson a affirmé mercredi que la France examinait avec ses partenaires "toutes les options possibles pour lutter contre la hausse des prix du pétrole". "Puiser dans les réserves stratégiques des pays industrialisés est l'une de ces options", a-t-il précisé dans un communiqué cité par l'agence Dow Jones.

Effet baissier évident

Pour Justin Harper, analyste chez IG Markets à Singapour, cette annonce "a résolument un effet baissier sur les cours" de l'or noir. "Il est significatif que, outre les Etats-Unis, une grande puissance comme la France évoque un recours aux réserves d'urgence", a-t-il dit à l'AFP. Les pays producteurs et consommateurs s'alarment de la flambée des cours du brut et de ses conséquences pour l'économie mondiale, sous l'effet des tensions entre Occidentaux et Iraniens notamment.

Mardi, le prix du brut avait plongé à New York à la suite de ce qui apparaît comme des initiatives convergentes pour contenir la flambée des cours. L'Arabie saoudite, premier exportateur mondial de brut, s'est engagée à "assurer une offre adéquate de pétrole" et à "ramener les prix à des niveaux raisonnables" pour les producteurs et les consommateurs. Autrement dit à approvisionner le marché pour compenser tout hoquet du robinet iranien. Les experts sont cependant divisés sur l'efficacité d'un recours aux réserves stratégiques.

Précédent en juin 2011

En juin 2011, l'Agence internationale de l'Energie (AIE), qui regroupe les pays industrialisés, avait décidé de puiser dans les réserves stratégiques de ses Etats-membres pour répondre à l'absence du brut libyen, mais les prix du baril, après une baisse de 10 dollars en trois jours après l'annonce de cette décision, étaient remontés à leur niveau initial deux semaines plus tard. Mercredi, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mai avait gagné 1,20 dollar par rapport à la clôture de mardi à 107,27 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai avait terminé à 124,20 dollars, grignotant 8 cents par rapport à la clôture de lundi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/03/2012 à 13:21 :
Beau rêve plus de guerre, plus de stratégie, plus d'armée restons chez soi avec un air pur comme jamais! Sinon c'est juste reculer pour mieux s'effondrer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :