Hausse des ventes de l'assureur britannique Aviva

 |   |  352  mots
Le groupe financier britannique a connu en 2008 une légère hausse des ventes de ses produits d'épargne à long terme.

Le groupe d'assurance britannique Aviva a annoncé mercredi une hausse de 1% de ses ventes de produits d'épargne à long terme en 2008, malgré un très net recul des produits d'investissement.
Ce résultat a été assorti de l'annonce, liée à la crise, de la "restructuration" d'un accord de juillet aux termes duquel environ un million d'assurés de sa filiale Norwich Union (devenue Aviva récemment) devaient recevoir un milliard de livres (environ 1,1 milliard d'euros) de surplus.
Les ventes de produits à long terme ont représenté 40,278 milliards de livres en 2008, en hausse de 1% mais en recul de 7% en monnaies locales.
Dans ce total, les ventes de produits assurance vie et assurance retraite ont augmenté de 11% (2% en monnaies locales) à 36,283 milliards de livres. En revanche les ventes de produits d'investissement ont reculé de 43% à 3,995 milliards de livres, et de 47% en monnaies locales.
Parmi les produits d'assurance vie et retraite, les ventes ont augmenté de 1% au Royaume-Uni à 11,858 milliards de livres, de 8% dans le reste de l'Europe (-7%) à 16,99 milliards de livres, de 57% aux Etats-Unis (45%) à 5,715 milliards de livres et de 8% en Asie Pacifique (-1%) à 1,72 milliards de livres.
Ces résultats étaient présentés pour la première fois en normes Market Consistent Embedded (MCEV).
Le directeur général Andrew Moss a souligné que "les ventes avaient continué à croître dans des turbulences d'une ampleur sans précédent", grâce selon lui à la diversification du groupe en matière géographique (27 pays) et de produits. Ainsi la croissance en Asie ou en Europe centrale et de l'est a compensé la faiblesse de l'Irlande ou de l'Italie.
M. Moss a par ailleurs estimé que "les conditions pour 2009 restaient imprévisibles".
La crise a déjà suffisamment affecté la valeur des actions et des investissements immobiliers pour qu'Aviva remette en cause mercredi l'accord qui devait permettre à chaque assuré éligible de l'ex-Norwich Union de recevoir au moins 400 livres de surplus. Déjà, ils avaient reçu 90% d'une précédente "distribution spéciale" de 2,3 milliards de livres, le reste allant aux actionnaires.
Les premiers détails de la restructuration seront donnés avec les résultats annuels le 5 mars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :