Découvrez les nouvelles têtes du "top management" de BNP Paribas

Les nouveaux entrants au sein du comité exécutif reflètent la dimension mondiale du groupe et le poids de la banque d'investissement.
La Tribune Infographie
La Tribune Infographie

BNP Paribas est une banque d'envergure mondiale, qu'on se le dise. Jean-Laurent Bonnafé, qui vient de succéder à Baudouin Prot au poste de directeur général (lire « La Tribune » du 1er décembre), a donné le ton en dévoilant la composition de son équipe, vendredi. Composition qui reflète « l'élargissement de BNP Paribas, sur le plan géographique comme sur celui des activités », explique un porte-parole. La banque, devenue ces dernières années l'une des trois premières d'Europe avec les rachats de BNL en Italie et de Fortis en Belgique, voit ainsi sa direction générale déléguée passer de deux à trois personnes : Georges Chodron de Courcel est rejoint par Philippe Bordenave, directeur financier, et par François Villeroy de Galhau. La responsabilité de ce dernier, jusqu'alors circonscrite à la banque de détail en France, est élargie à l'Italie, la Belgique et le Luxembourg, soit les quatre marchés domestiques de BNP Paribas.

Toujours pour illustrer l'expansion du groupe, devenu l'une des toutes premières banques internationales, le comité exécutif passe de 11 à 18 membres. Avec, notamment, l'arrivée de Stefaan Decraene, l'ancien président du comité de direction de Dexia Banque Belgique, qui prend en charge la banque de détail à l'international (hors marchés domestiques). Autre illustration de l'internationalisation de BNP Paribas : l'entrée au « comex » d'Éric Raynaud, responsable de la région Asie-Pacifique.

La nouvelle composition du comité exécutif reflète également le poids de la banque d'investissement, deuxième métier du groupe après la banque de détail, avec des revenus de 1,75 milliard d'euros au troisième trimestre. Sur les sept nouveaux entrants au « comex », pas moins de trois sont issus du pôle CIB (« corporate and investment banking ») : Éric Raynaud, Yann Gerardin, patron de la division Produits dérivés sur actions et matières premières, et Frédéric Janbon, responsable de l'activité crédit, taux change.

Début de féminisation

« Last but not least », le comité exécutif se féminise pour la première fois, avec l'arrivée de Marie-Claire Capobianco, qui prend la responsabilité de la banque de détail en France, après avoir dirigé la banque privée. Exception faite de la Société Générale, de La Banque Postale et, à présent, de BNP Paribas, les « comex » des banques ne comptent aucune femme, alors que celles-ci représentent près de 43 % des cadres du secteur bancaire. D'ici à ce qu'un tandem féminin dirige un jour BNP Paribas, à l'image du duo Michel Pébereau-Baudouin Prot et aujourd'hui Prot-Bonnafé, reste cependant un grand pas à franchir.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 05/12/2011 à 16:27
Signaler
@La vie en face : à mon époque assez récente, les fautes d'orthographe étaient entourées d'un cercle rouge. Changement d'époque sans doute....mais j'espère que la compétence est tout de même là !!

le 05/12/2011 à 21:36
Signaler
@Eric mais encore ? Qu'est-ce et que me baillez-vous ? Ou donc ? éclairez moi promptement, je me languis de savoir...

le 05/12/2011 à 21:39
Signaler
Et d'ailleurs, mon cher Eric, comment qualifieriez vous cette expression: "à mon époque assez récente", étrange formule n'est-il pas. D'ailleurs je subodore que votre "époque" est plus récente que la mienne pour reprendre votre expression. Arroseur a...

le 05/12/2011 à 22:55
Signaler
Ah bon, ne plus mettre les accents, n'était que de la paresse, et non de l'ignorance. Milles excuses pour ce réveil hors du lit de la retraite. Par contre, si c'est le cas, je n'ai plus aucun doute sur la compétence....

le 06/12/2011 à 1:39
Signaler
@ Eric De la paresse, le terme est abusif. Plus simplement du QWERTY d'ou effectivement un lache abandon de notre chere accentuation, histoire de ne pas depenser inutilement mon energie. Apres, chacun en pense ce qu'il veut et peu me chaut.

à écrit le 05/12/2011 à 11:28
Signaler
Les nobles sont toujours en nombre dans Paribas ....depuis toujours...

à écrit le 05/12/2011 à 10:53
Signaler
jeux de chaises musicales, on prend les memes et on recommence

le 05/12/2011 à 11:34
Signaler
Ben oui et alors, ou est le probleme ?? Fallait changer tout le monde ? Pourquoi ?

le 05/12/2011 à 19:54
Signaler
la cooptation mon cher la vie en face vous n'imaginez pas...

le 05/12/2011 à 21:41
Signaler
@cooptation Bien sur que si je connais et je l'ai vécu à longueur de carrière. Cela dit les "cooptés" ne sont pas forcément mauvais, du moins pas tous.

à écrit le 05/12/2011 à 9:06
Signaler
Le pôle CIB deuxième métier du groupe : BNP Paribas est bien prête à replonger au cours de la prochaine crise financière ; pas grave on fera encore appel au contribuable.

le 05/12/2011 à 9:34
Signaler
Pour autant que je sache BNP Paribas n'a jamais fait appel au contribuable ?...Et je trouve plutot rassurant que la BFI ne soit que le deuxieme metier du groupe derriere la banque de detail qui en assure la stabilite.

le 06/12/2011 à 15:27
Signaler
Auriez vous oublié le Plan de sauvetage des banques de 2008 ? Et comment a-t-il été financé ? ne serait ce pas avec de l?argent public, donc financé par les contribuables ? vous avez la mémoire courte? Certes les banques ?dont la BNP ? ont remboursé...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.