Les épargnants français boudent les PME

Le nombre de souscripteurs à des FCPI (fonds communs de placement dans l'innovation) et à des FIP (fonds d'investissement de proximité) a dégringolé de 27%, l'an dernier, à 91.000, selon une étude publiée par l'Afic. Résultat, la collecte des FCPI et des FIP a chuté de 15%, en 2011, à 757 millions d'euros.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Après les « zinzins », les investisseurs institutionnels, c?est au tour des particuliers de battre froid aux PME. L?an dernier, en France, pas plus de 91.000 épargnants ont souscrit à des FIP (fonds d?investissement de proximité) et à des FCPI (fonds communs de placement dans l?innovation), soit une dégringolade de 27%. Résultat, les capitaux levés par les FIP et les FCPI - destinés à drainer l'épargne des Français vers le financement des PME régionales et des entreprises innovantes non cotées - ont chuté de 15% en 2011, à 757 millions d?euros, selon une étude publiée jeudi par l?Association française des investisseurs en capital (Afic) et par l?Association française de la gestion financière (AFG).

Coup de rabot fiscal

Si les particuliers se sont détournés des FIP et des FCPI, c?est essentiellement en raison du coup de rabot fiscal subi l?an dernier par ces fonds. La réduction d?impôt sur le revenu, qui s?élevait auparavant à 25% des versements effectués dans les FCPI et les FIP, a été ramenée à 22% en 2011. Et elle doit encore être abaissée à 18% cette année. De quoi tarir l?appétit des épargnants pour ces fonds risqués et peu liquides.

Une croissance du chiffre d'affaires deux fois plus forte

Or les FCPI représentent un véritable « boosteur » pour le développement des entreprises, d?après une étude diffusée jeudi par l?Afic et Oséo, l?entreprise publique spécialisée dans le financement des PME. Deux ans seulement après l?entrée d?un FCPI dans leur capital, les entreprises affichent une croissance de leurs effectifs et de leur chiffre d?affaires deux fois plus forte que celle des sociétés non investies par de tels fonds. « La participation de sociétés de gestion de FCPI au capital des entreprises leur apporte une crédibilité supplémentaire, qui facilite leur accès au crédit bancaire », explicitent Oséo et l?Afic.

Publication d'un livre blanc dans trois à quatre semaines

Cette étude, l?Afic compte bien l?intégrer dans son livre blanc, qui sera publié dans trois ou quatre semaines, afin d?appuyer auprès des pouvoirs publics sa demande de renouvellement et, même, de renforcement du dispositif FIP-FCPI, censé s?achever fin 2012. « La baisse significative de la collecte justifie nos craintes relatives au financement des PME », explique Hervé Schricke, président de l?Afic. En effet, les particuliers constituent aujourd?hui une source de capitaux d?autant plus précieuse pour les petites entreprises innovantes que les fonds de capital-risque subissent, eux, la désaffection des investisseurs institutionnels, bridés par une réglementation plus stricte en matière de fonds propres (Bâle 3 pour les banques, Solvabilité 2 pour les assureurs). « Il n?y a pas d?autre moyen de soutenir la croissance économique que de soutenir les PME », insiste Hervé Schricke. Un argument susceptible d?être reçu, à deux mois du premier tour de l?élection présidentielle.
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 24/02/2012 à 14:12
Signaler
Il faut voir la perte de capital que subissent les souscripteurs de tels placements, et les frais de souscription sont trop élevés. Décourageant!

à écrit le 24/02/2012 à 11:36
Signaler
Pas etonnant quand on voit voit comment sont maltraiter les pme en France par rapport aux grands groupes...et investir dans des pme par l intermediaire d un banquier....aie aie...aie...

à écrit le 23/02/2012 à 22:16
Signaler
Je lève des fonds pour les PME/PMI et ETI. Les FIO et FCPI sont gérés par des fonds d'investissements qui sélectionnent très drastiquement les sociétés dans lesquelles ils investissent. Ils apportent conseils et savoir-faire et sont vraiment utiles...

à écrit le 23/02/2012 à 20:33
Signaler
Période électorale obligeant on chauffe le chaud sur les PME, mais en coulisse on n'a toujour spas pris la mesure de l'importance de ces "petits" acteurs et on souffle le froid. A force de jouer à ce jeu faudra pas s'étonner de voir partir les emploi...

à écrit le 23/02/2012 à 16:19
Signaler
les epargnants ne veulent plus se faire rincer pour par un rond, pour en plus avoir la chance de se faire traiter de negriers par qui on sait...... alors vive l'assurance vie...

à écrit le 23/02/2012 à 16:05
Signaler
je suis la première a vouloir soutenir nos pme mais le sproduits proposés par les banques sont trop obscure. On ne sait pas ce qu'il y'a derrière ces fcpi.. parce que si c'est pour parié sur un cheval boiteux.. c'est pas la peine.. peut être faudrait...

le 23/02/2012 à 19:12
Signaler
bien sur si vous allez voir votre banque ....c'est pas les meilleurs gestionnaires en matiere de capital investissement, ni les plus transparents, quand au conseil n'en parlons pas, ils sont d abord des commerçants

le 23/02/2012 à 21:36
Signaler
Les produits proposés par les banques sont simples quand on regarde un peu en profondeur : les frais de gestion cumulés sur la durée de vie du produits sont comme par hasard égaux à la totalité de la defiscalisation, donc vous n'economisez rien, mais...

à écrit le 23/02/2012 à 15:31
Signaler
Rendons à cesar ce qui est à cesar, le LDD devrait redevenir le CODEVI pour développer les PME-PMI comme celà etait à l'origine

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.