Changements à la tête de Citigroup

 |   |  326  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le président de son conseil d'administration va quitter ses fonctions lors de l'assemblée générale des actionnaires du 17 avril.

La banque américaine Citigroup a annoncé vendredi que le président de son conseil d'administration Richard Parsons quitterait ses fonctions lors de l'assemblée générale des actionnaires du 17 avril, et serait remplacé par Michael O'Neill, ancien patron de Bank of Hawaii.

M. Parsons, 63 ans, avait été élu à la présidence du conseil d'administration de Citigroup en janvier 2009, succédant au Britannique Win Bischoff, critiqué pour son manque d'implication dans l'entreprise en pleine crise financière.

Ce grand amateur de jazz, ancien PDG de Time Warner et l'un des rares responsables noirs à la tête de la finance mondiale, était crédité de talents diplomatiques ayant facilité les relations de la banque avec les autorités politiques à Washington durant la crise de 2008. Il était toutefois resté relativement discret en public durant son mandat à la tête de Citigroup.

Il laissait le directeur général Vikram Pandit, qui garde son poste, assumer la plus grande partie des fonctions de représentation de la banque.

Son départ, après 16 ans de présence au conseil d'administration de la banque, marque la fin de la période la plus troublée de Citigroup, qui avait reçu 45 milliards de dollars de fonds publics pour résister à la crise financière en 2008.

"Sous la direction de Vikram Pandit, Citi a fait de remarquables progrès", a souligné M. Parsons, cité dans un communiqué. "Elle est sortie de la crise en tant qu'institution bien capitalisée, avec une stratégie claire, une bonne gestion du risque et une position solide et concurrentielle dans les marchés mondiaux".

Citigroup a enregistré en 2011 un bénéfice en hausse à 11,3 milliards de dollars, mais le chiffre d'affaires a baissé de 9,5% à 78,35 milliards de dollars.

Deux autres administrateurs de la banque s'apprêtent à quitter leurs fonctions au conseil: Alain Belda, un dirigeant du fonds Warburg Pincus qui y siège depuis 1997, et Timothy Collins, de Ripplewood Holdings, qui y siège depuis 2009.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :