Le régulateur américain pourrait demander de sévir sur le bitcoin

 |   |  302  mots
(Crédits : Benoit Tessier)
Les agences américaines de régulation financière pourraient demander au Congrès de légiférer pour améliorer la supervision de monnaies virtuelles comme le bitcoin en raison des risques posés par cette nouvelle classe d'actif, a déclaré mardi Jay Clayton, le patron de Securities and Exchange Commission (SEC).

La SEC, le gendarme de la Bourse américaine, et la CFTC (Commodity Futures Trading Commission (CFTC), en charge de la supervision des futures, coordonnent leurs efforts avec le département du Trésor et la Réserve fédérale mais pourraient demander une action du Congrès pour clarifier et renforcer leurs pouvoirs en la matière, a dit Jay Clayton lors d'une audition devant une commission du Congrès avec son homologue de la CFTC Christopher Giancarlo.

"Il se peut qu'on revienne avec nos amis du Trésor et de la Fed pour demander un renfort législatif", a-t-il répondu à la question de savoir si le Congrès devait légiférer sur les monnaies virtuelles.

Il a ajouté qu'à son avis les ICO (initial coin offerings), les levées de fond en cryptomonnaies, devaient être entourées des mêmes mesures de précaution pour les investisseurs que les offres publiques de vente (IPO) dans le cadre d'introductions en Bourse.

Christopher Giancarlo a pour sa part souligné que la CFTC travaillait de concert avec le FBI dans les affaires de blanchiment d'argent sale ou de financement de terrorisme.

"A mesure que l'on fait comprendre qu'on ne tolérera pas de malversation, on commence à voir que cela se reflète dans le prix (du bitcoin)", a-t-il noté.

La principale cryptomonnaie a perdu plus de la moitié de sa valeur depuis le début de l'année dans la crainte d'un durcissement de la réglementation, notamment en Asie. La Chine avait interdit les ICO dès septembre.

Sur la plate-forme luxembourgeoise Bitstamp, le bitcoin regagnait près de 10% à 7.550 dollars mardi soir, dans des échanges volatils, après deux jours de forte baisse qui l'avaient ramené sous les 6.000 dollars pour la première fois depuis la mi-novembre.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/02/2018 à 0:05 :
La blague c'est exactement le contraire !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :