Boeing rompt les négociations avec les mécaniciens

 |  | 251 mots
L'avionneur américain et le syndicat représentant ses 27.000 mécaniciens, en grève depuis début septembre, ont suspendu les négociations, faut d'être parvenus à un consensus sur les modalités d'un nouveau contrat salarial.

 L'avionneur américain Boeing et le syndicat représentant ses 27.000 mécaniciens, en grève depuis début septembre, ont annoncé lundi soir la suspension des négociations, faut d'être parvenus à un consensus sur les modalités d'un nouveau contrat salarial. Aucune reprise des négociations n'était prévue immédiatement, a précisé Boeing dans un communiqué, alors que la grève des mécaniciens, qui représentent 16% du personnel de l'avionneur, paralyse la production de ce dernier depuis le 6 septembre.


Ce débrayage coûte très cher à l'avionneur américain: près de 3,8 milliards de dollars à Boeing à ce jour. 


Il s'agit de la seconde tentative de discussions entre direction et syndicat. Le conflit a démarré après l'échec de premières négociations sur le nouveau contrat salarial triennal. Selon le syndicat IAM, les conditions proposées par Boeing --salaires, retraites, santé-- sont trop basses. "Au vu de l'environnement de marché actuel et difficultés rencontrées au niveau mondial, nous pensions que nous aurions pû trouver le moyen d'avancer" dans les négociations, a commenté Boeing, assurant "avoir travaillé très dur pour trouver des solutions".

La grève affecte particulièrement les sites de Boeing autour de Seattle (Etat de Washington), de Wichita (Kansas), de Portland (Oregon) et en Californie. Le site d'assemblage du "Dreamliner" (787), le futur avion de ligne de Boeing qui a déjà pris deux ans de retard, fait partie des usines touchées par la grève.
 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
AIRBUS VOUS REMERCIE BIEN...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
comment lire cet article

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :