Safran confirme ses objectifs

 |  | 360 mots
Lecture 2 min.
Le groupe issu du mariage entre Snecma et Sagem affiche un chiffre d'affaires sur les neuf premiers mois de l'année en légère croissance. Son carnet de commandes est bien rempli. Un rapprochement avec une SNPE qui serait privatisée se dessine.

Le groupe français de hautes technologies Safran, fruit du mariage entre Snecma, spécialiste de smoteurs et équipements d'avions, et l'électronicien Sagem,  annonce ce vendredi que son chiffre d'affaires sur les neuf premiers mois de l'année a atteint les 7,45 milliards d'euros, en hausse de 1,5%.

La croissance organique se situe à un niveau très supérieur : +14%. Mais le groupe doit encaisser les mouvements du dollar face à l'euro.

Safran précise que ces chiffres ne comprennent pas les résultats de l'activité mobile, en passe d'être cédée au fonds d'investissement français Sofinnova., et dont le chiffre d'affaires sur la période a plongé de 44,3% à 231 millions d'euros.

Le groupe rassure en confirmant ses objectifs avec une prévision d'un chiffre d'affaires hors activité mobile de plus de 10 milliards d'euros pour 2008 et un résultat opérationnel hors activité mobiles de 750 millions.

"La solidité du positionnement de notre portefeuille de produits et services nous permet de continuer à progresser fortement sur nos coeurs de métiers", commente dans le communiqué le président du directoire Jean-Paul Herteman. En outre, le carnet de commandes est bien fourni avec 6740 moteurs d'avions dont le faleux CFM 56 pour les Airbus et les Boeing, réalisé avec le géant américain General Electric, GE,  soit six ans de production.

Signe de cette bonne santé dans l'aéronautique, le chiffre d'affaires de cette activité sur les neuf premiers mois de l'année a bondi de 19,6% sur neuf mois.  Les ventes des deux autres activités du groupe, propulsion aéronautique et spatiale, et défense sécurité, sont également en hausse.

A noter dans la propulsion spatiale, le projet imminent du gouvernement de pousser les activités correspondants de la SNPE (Société nationale des poudres et explosifs) vers Safran, comme l'a révélé récemment la Tribune. Ce vendredi, les Echos annoncent que l'Etat a lancé le processus de privatisation de la SNPE et souhaite bien un rapprochement avec Safran qui indique que c'est à l'Etat de déterminer le futur de SNPE mais que Safran n'a jamais caché son intérêt.

En Bourse, le titre a pris 2,40% ce vendredi à 9,38 euros. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :