Daher revoit à la baisse ses prévisions pour 2009

 |  | 318 mots
Lecture 2 min.
L'équipementier aéronautique prévoit d'être impacté par la crise en 2009 notamment en raison d'importants reports de commandes de petits avions. Il s'attend à un chiffre d'affaires d'environ 850 millions d'euros contre 930 millions prévu initialement.

La crise en 2009 ne devrait pas épargner l'équipementier Daher. Ce dernier qui bénéficie de l'entrée à son capital du Fonds stratégique d'investissements (FSI), a annoncé ce mardi 14 avril qu'il revoit à la baisse ses prévisions d'activité pour 2009 en raison notamment d'importants reports de commandes de petits avions TBM 850. Mais il n'y a pas d'annulation "à ce jour", selon le PDG, Patrick Daher.

Le chiffre d'affaires sera en forte hausse par rapport à celui enregistré en 2008 (609 millions d'euros). Et ce en raison de l'intégration de Socata, ancienne filiale d'EADS spécialisée dans les aérostructures et les petits avions d'affaires, dont Daher a racheté 70% en janvier dernier. Le groupe familial table ainsi sur des facturations en 2009 "autour de 850 millions d'euros". Néanmoins elles seront inférieures aux 930 millions prévu initialement, selon le Patrick Daher, le PDG de Daher.

Malgré la crise, le patron de l'équipementier estime que le groupe fait preuve de résistance notamment en raison de sa présence dans des activités plus stables que l'aéronautique (nucléaire, défense) et dans les services. "Nous continuons nos investissements" afin de préparer l'entreprise à une sortie de crise dans "12 ou 18 mois", a-t-il ajouté.

Malgré les reports et les ralentissements de cadences chez les avionneurs (Airbus, Dassault...), Daher a précisé ne pas prévoir " à ce jour de plan de mise au chômage technique ou de réduction importante d'effectifs", grâce à la flexibilité des salariés a précisé François Lepinoy, en charge du pôle aéronautique.

Par ailleurs, ce mardi Daher s'est réuni en assemblée générale extraordinaire pour acter l'entrée du FSI à son capital. Le FSI et les fonds Aerofund I et II, qui regroupent la CDC (Caisse des dépôts), EADS et Safran, vont souscrire à une augmentation de capital de 80 millions d'euros en échange de 20% du capital de Daher.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :