Succession chez Dassault : le père réplique au fils

 |   |  305  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Olivier Dassault se dit "clairement candidat" à la succession de son père Serge... qui réplique que son remplacement n'est pas à l'ordre du jour.

Les successions sont décidément mouvementées chez les Dassault. L'actuel patriarche avait eu toutes les peines du monde à succéder à son père Marcel, le fondateur du groupe aéronautique, qui ne voulait pas de lui. Il lui avait fallu attendre la mort de son géniteur et obtenir le soutien de sa mère et d'un administrateur à qui l'Etat avait pourtant demandé de voter contre cette nomination lors du conseil d'administration.

Aujourd'hui, c'est encore le fils qui veut le poste du père qui ne veut pas en entendre parler. Serge Dassault a ainsi indiqué dans un communiqué adressé ce mercredi à l'AFP (Agence France Presse) : "à la suite des propos de mon fils Olivier, je déclare que ma succession n'est pas ouverte. "ll ne s'agit, ni d'une campagne électorale, ni d'une affaire publique mais d'une décision familiale qui n'est pas à l'ordre du jour. Au moment opportun, une décision sera prise par un Comité que j'ai mis en place depuis plusieurs années".
 

Son fils, Olivier Dassault , - qui était à l'inverse de Serge le "chouchou" de Marcel, avait déclaré mercredi dans le journal La Croix qu'il était "clairement candidat" à la succession de son père Serge à la tête de Dassault Aviation. Vice-président de la holding GIMD, Groupe Industriel Marcel Dassault qui outre Dassault Aviation contrpole aussi la florissante filiale de logiciel Dassault Systèmes, les activités dans l'automobile (voiture électrique), la presse (dont Le Figaro), il estime être "le plus qualifié" pour le poste.

Selon nos informations, ce comité pour la succession comprendrait notamment Charles Edelstenne, le président de Dassault Aviation, homme de confiance de Marcel puis de Serge, patron respecté et craint, le notaire historique de la famille, Bernard Monassier, et d'autres membres dont Jean Rosanvallon, le responsable de l'activité avions d'affaires, les luxueux Falcon.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Serge et olivier ne sont que de pales figures de Marcel .Dans les dynasties industrielles il est de coutume de dire que le créateur est un aigle, son fils un faucon et le suivant un vrai c...Qu'ils aillent jouer au golf ou qu'ils fassent de la politique et laissent faire les gens compétants dignent de Marcel Dassault qui s'il me fallait retenir qu'une seule de ses qualité serait qu'il avait le respect des etres humains et une reconnaissance indefectible envers eux !!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
LMa replique du pere est immédiate et aujord'hui elle a le merite de clarifier l'avenir.
Si le bsoin s'en fait sentr une organisation est mise en place pour la succession.
Tres bonne nouvelle pour les actionaires, les salariés et pour l'industrie française.
Une guerre de succcession se solde souvent par la main mise d'un joyaux industrile par un groupe étranger.
Quand à la déclaration du fils, elle parait un peu précipité mais elle ressort d'un entretien avec un jornaliste....
SI on lui pose la question, il répond qu'il est prêt.
Normal si il l'est il ne va pas répondre : Non la société n'a pas de repreneur.....
Mais cela n'a rien à voir avec une déclaration solenenl devant la presse disant le fils veut la place du père...
Faisons confiance pour que la succession (quand le moment sera venu) soit réglé en douceur pour le meilleur de tous.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Du rififi chez la famille BLOCH ?????
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Tonton Marcel ,voilà un entrepreneur;grand capitaine d'industrie,et à l'occasion inventeur; fou d'avions et surtout trés influent même
avec les géants (De Gaulle,...).Directement dans le Petit Larousse pour la mémoire des générations du suivant.
Serge Dassault héritier présomptif et Olivier son petit fils, sans commentaires, directement dans le who's who pour la mémoire des
générations de l'instant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :