Moteur Silvercrest : Dassault et Safran enterrent la hache de guerre

Par Michel Cabirol  |   |  523  mots
Dans le cadre d'un accord amiable entre Dassault Aviation et Safran sur le moteur Silvercrest, qui était destiné à équiper le 5X (photo), l'avionneur percevra une indemnité de la part de l'équipementier aéronautique d'un montant de 280 millions de dollars. (Crédits : dassault Aviation)
Dassault Aviation a signé avec Safran un "accord amiable", qui met un terme à leur différend sur le moteur Silvercrest, qui était destiné à équiper le Falcon 5X. Le motoriste poursuit le développement de ce moteur pour Cessna. Il devrait avoir des certitudes sur sa performance en avril ou mai 2019.

Le moteur Silvercrest était une grosse pomme de discorde entre Safran et Dassault Aviation. Officiellement, le dossier est clos. L'avionneur tricolore a signé avec Safran un "accord amiable", qui met un terme à leur différend sur ce moteur, qui était destiné à équiper le Falcon 5X. Dans le cadre de cet accord, Dassault Aviation percevra une indemnité de la part de Safran d'un montant de 280 millions de dollars, a annoncé Safran dans un communiqué. Le montant de cette indemnité est couvert par les provisions déjà comptabilisées par l'équipementier aéronautique. "Le paiement s'étalera sur trois ans à compter de 2018", a précisé Safran.

Safran a confirmé que "cet accord ne change pas ses perspectives de rentabilité et de génération de cash-flow".

Ce différend laissera-t-il des traces entre les deux groupes ? Possible. Toutefois, les deux groupes ont enterré la hache de guerre de façon professionnelle. Ainsi, Dassault Aviation et les filiales de Safran, partenaires sur le Falcon 6X, ont signé des contrats de fourniture d'équipements pour ce nouveau programme, a précisé dans son communiqué Dassault Aviation. L'avionneur a profité des déboires du Silvercrest pour lancer un nouvel avion d'affaires avec des spécifications différentes par rapport au 5X.

Fin du programme 5X

L'avionneur tricolore avait engagé fin décembre un "processus de résiliation du contrat Silvercrest conduisant à l'arrêt du programme Falcon 5X" (...) "au vu de l'ampleur des risques techniques et calendaires" de ce moteur en cours de développement, avait alors expliqué l'avionneur dans un communiqué. Les deux industriels ne partageaient plus l'analyse de la situation du programme. Pourtant, selon Safran, le Silvercrest doit en dépit de son nouveau retard, "atteindre les performances du moteur dans l'ensemble du domaine de vol", a-t-il expliqué dans un communiqué publié. Selon nos informations, le problème du Silvercrest devrait se dénouer en avril/mai 2019. Safran, qui avance sur le développement du moteur et tient son planning, aura alors des certitudes sur la performance du compresseur haute pression, à l'origine des déboires du Silvercrest.

En attendant, Safran travaille toujours avec son autre client, Cessna même si l'avionneur américain a mis en attente en avril son programme, le Cessna Citation Hemisphere. En avril dernier, le PDG de Textron, Scott Donnelly a expliqué qu'il attendait "de voir comment la situation actuelle va évoluer". Textron continue donc à faire confiance à Safran. D'autant que le Cessna Citation Hemisphere n'aurait de sens qu'avec le Silvercrest (9 à 12.000 livres de poussée).

Récemment, Philippe Petitcolin a été très clair dans une interview accordée fin août à Capital. "Il n'y a pas de raison d'arrêter (l'aviation d'affaires, ndlr) parce que notre produit - le moteur Silvercrest - n'a pas parfaitement répondu aux exigences de Dassault. C'est un marché de niche pour Safran, sur lequel nous n'avons qu'un seul produit, mais il n'en reste pas moins important, car il y a dans le monde plus de 20.000 avions d'affaires qui volent". Un moteur plus stratégique qu'il n'y parait pour Safran, qui, avec le Silvercrest, va à nouveau démontrer sa capacité de faire un moteur complet depuis longtemps.