Renault Trucks Defense a cartonné à l'exportation en 2015

Par Michel Cabirol  |   |  1158  mots
En 2015, le groupe a également signé un contrat pour la vente de 120 véhicules tactiques Sherpa Scout avec la garde nationale koweïtienne (Crédits : Renault Trucks Defense)
Le groupe Renault Trucks Defense (RTD) a décroché l'an dernier des contrats importants au Canada, Koweït et Liban.

Le groupe Renault Trucks Defense (RTD) a réalisé une très belle année 2015 à l'export. "L'année 2015 a été faste et l'année à venir se montre très intéressante en termes de conclusion de contrats", a souligné devant les députés de la commission de la défense de l'Assemblée nationale le président de Volvo Group Governmental Sales et PDG de Renault Trucks Defense et Panhard, Emmanuel Levacher. Le groupe qui réunit six marques  (RTD, ACMAT, Panhard, qui représentent 90 % de notre activité ; à l'international, Mack Defense aux États-Unis, Volvo Defense en Suède et VGGS Océanie en Australie), a décroché l'an dernier des contrats importants au Canada, Koweït et Liban.

Ainsi, la filiale américaine Mack Defense, implantée en Pennsylvanie, a remporté un appel d'offre important l'an dernier auprès de l'armée canadienne qui a commandé plus de 1.500 camions logistiques 8x8 "pour un total supérieur à 500 millions d'euros", a-t-il précisé. Les Canadiens ont également pris une option pour 600 véhicules supplémentaires. "Nous avons la volonté de faire de Mack Defense un partenaire de premier plan des armées nord-américaines, celle du Canada et pourquoi pas aussi des États-Unis", a expliqué le PDG de RTD. Ces succès bénéficient d'ailleurs aux sites français du groupe. Car les véhicules commandés par le Canada seront fabriqués en grande partie par l'usine Renault Trucks de Bourg-en-Bresse.

Le Moyen-Orient, un client traditionnel pour RTD

En 2015, le groupe a également signé un contrat pour la vente de 120 véhicules tactiques Sherpa Scout avec la garde nationale koweïtienne. RTD négocie actuellement d'autres contrats avec ce pays, notamment 120 Sherpa supplémentaires et du VAB Mark3. "Les accords de principe sont là. Ils n'ont pas encore abouti à des accords définitifs mais le processus est en bonne voie. J'espère pouvoir vous en donner les résultats d'ici à quelques semaines. Nous sommes confiants", a expliqué Emmanuel Levacher. En outre, le groupe vient "enfin de signer, après des mois de tergiversations, un contrat avec ODAS (la société qui fait l'interface entre la France et l'Arabie Saoudite, ndlr) dans le cadre du programme d'aide à l'armée libanaise (DONAS) qui porte sur la fourniture d'une centaine de blindés Sherpa et d'une centaine de VAB Mark3", a-t-il également précisé.

"Au Moyen-Orient, nos gammes de produits de blindés Sherpa et VAB Mark3 sont particulièrement appréciées et intéressent de nombreux clients - Égypte, Liban, Koweït. En Afrique, nos matériels ACMAT sont très réputés et équipent de nombreux pays, amis ou alliés traditionnels de la France. Ces dernières années, nous avons livré au total plus de 600 blindés, plus de 2.000 camions au Moyen-Orient et en Afrique, dynamique appelée à prendre de l'ampleur dans les prochaines années", a estimé le patron de RTD.

Le groupe a notamment livré à l'Égypte, plus de 1.500 camions l'année dernière. RTD mène actuellement des négociations portant sur d'autres matériels : camions, blindés légers, blindés moyens. Interrogé pour savoir si Volvo interdisait certaines ventes à l'export, Emmanuel Levacher a assuré que "depuis que je suis à la tête de RTD, il n'y a pas eu une seule décision venue du groupe qui aurait entravé ou ralenti nos activités d'exportation". Et de conclure que "nos résultats sont là pour le prouver. Nous avons signé des contrats avec des pays comme le Koweït, le Liban et plusieurs gouvernements africains".

En France, la Direction générale de l'armement (DGA) a notamment notifié le 30 décembre à RTD la réalisation de 241 Véhicules Légers et de 202 Véhicules Lourds pour les forces spéciales. "Les vingt-cinq premiers véhicules dits PLFS - poids lourds forces spéciales - doivent être livrés avant la fin de l'année", a affirmé le patron de RTD. Enfin, le groupe a également séduit des clients exigeants comme le RAID et le GIGN, qui ont commandé "quelques véhicules" pour une livraison en mars ou avril, avant l'Euro 2016. Enfin; RTD va progressivement bénéficier de la montée en puissance du programme Scorpion qui prévoit le remplacement de tous les blindés de l'armée de terre. Soit 1.916 véhicules au total (1.668 Griffon et 248 Jaguar), pour des livraisons s'étalant de 2018 à 2031.

Un chiffre d'affaires de 500 millions d'euros

Volvo Group Governmental Sales a réalisé en 2015 un chiffre d'affaires de 500 millions d'euros. Le groupe emploie plus de 1.200 personnes, essentiellement en France, selon Emmanuel Levacher. À travers les trois marques RTD, ACMAT et Panhard, le groupe fournit 90 % des plateformes blindées logistiques actuellement en service dans l'armée de terre. La France représente d'ailleurs 50 % de son chiffre d'affaires. Le groupe a en France ses activités de Recherche & Développement (Versailles et Lyon) et des activités de production, à travers cinq sites industriels : Limoges, Fourchambault, Saint-Nazaire, Marolles-en-Hurepoix et Saint-Germain-Laval.

Contrairement à Renault Truks, "il n'y a eu aucun licenciement" à RTD, a rassuré Emmanuel Levacher. "Bien au contraire, nous avons embauché. Il n'y a pas d'inquiétude particulière à avoir en ce qui concerne les sites français. Il n'y a pas de souci à avoir à court terme, ces usines ont une charge de travail devant elles", a-t-il expliqué. Par exemple, le site de Limoges qui est concerné par la production des Sherpa et l'assemblage des VAB Mark3, qui font l'objet des commandes les plus récentes, aura "du travail pour au moins trois ou quatre ans". L'usine de Bourg-en-Bresse bénéficie pour sa part fortement de la commande canadienne. Les véhicules seront livrés entre mi-2017 et fin 2018 et produits sur le site entre fin 2016 et mi-2018. Du coup, le site produira pendant dix-huit mois une centaine de véhicules par mois, des véhicules très lourds.

Une stratégie de croissance

"Compte tenu de nos carnets de commandes, nous nous situons dans une trajectoire de doublement de notre chiffre d'affaires d'ici à 2018-2019, ce qui nous permettra d'atteindre une taille suffisante pour développer de nouveaux produits et continuer à mener une gestion saine", a expliqué Emmanuel Levacher. Pour autant, le groupe ne prévoit pas de développer d'autres implantations. "Nous ne voulons pas nous disperser", a-t-il précisé. LE Le groupe privilégie ses trois implantations : l'Amérique du Nord, qui "constitue une priorité avec Mack Defense", l''Europe du Nord, "compte tenu des investissements que font dans leur armée des pays comme la Suède, la Finlande, la Norvège, les pays baltes, les pays d'Europe centrale, en particulier la Pologne" et enfin l'Australie, "implantation qui est davantage le fruit de l'histoire - Mack ayant vendu beaucoup de camions à l'armée australienne, l'une de nos usines vit essentiellement des opérations de MCO".

RTD n'envisage pas "pour l'instant" de grands partenariats stratégiques, le groupe misant "plutôt sur une croissance organique".