VIDEO Apollo 11 - Les premiers pas de l'homme sur notre satellite

 |   |  832  mots
(Crédits : DR)
[ #Apollo50th ] Miroir des tensions géopolitiques de l'époque, la course pour le premier homme sur la Lune, qui a eu son apogée avec la mission Apollo 11 il y a 50 ans jour pour jour, était lancée en pleine guerre froide. En partenariat avec Stardust - La Chaîne Air & Espace, La Tribune va vous faire revivre cette folle épopée aussi bien technologique qu'humaine. Aujourd'hui, Apollo 11 - Les premiers pas de l'homme sur notre satellite

>> Article mise en ligne 20/07/2019 7:40 | Mise à jour 14:18

Abonnez-vous à la chaîne Youtube Stardust  
pour découvrir l'histoire de l'exploration spatiale et l'aviation 
https://www.youtube.com/channel/UCdL3UpiseRlvxXuORJjmqZw

___

A PARTIR DU 16 JUILLET, SUIVEZ DANS LES CONDITIONS DU DIRECT LA MISSION APOLLO 11 EN ÉCOUTANT LES COMMUNICATIONS ENTRE L'ÉQUIPAGE ET LE CENTRE DE CONTRÔLE DE HOUSTON

>> Planning des prises d'antenne en français

Célébration d'Apollo 11 :
un artiste va renvoyer Neil Armstrong sur la Lune

Un puissant télescope laser va envoyer sur la Lune les paroles de l'astronaute d'Apollo 11 qui a posé le premier pas le satellite de la Terre. En posant pour la première fois le pied sur la Lune, l'astronaute américain Neil Armstrong a prononcé une phrase :

"This is one small step for a man, one giant leap for mankind."

L'artiste Richard Clar va tenter de faire revivre ce moment un demi-siècle après le « pas de géant pour l'humanité » de Neil Armstrong après l'alunissage d'Apollo 11.

La toile de l'artiste... c'est le Cosmos

Le 21 juillet, Clar va renvoyer ses mots sur la Lune. À partir de l'Observatoire de la Côte d'Azur, la célèbre phrase de l'astronaute sera propulsée, par un rayon laser codé, sur un rétro-réflecteur déposé par la mission Apollo en 1969 sur le sol lunaire, lequel renverra le faisceau lumineux sur Terre.

Cette dernière œuvre, Giant Step (Pas de géant, en anglais), utilisera le télescope laser-Lune de la station de télémétrie (MéO) de l'observatoire située à Grasse, sur le site de Calern. Le 21 juillet, à 02:56:15 UTC, seconde précise du premier pas sur la Lune, Clar et l'équipe de l'Observatoire enverront, sur la minuscule cible située à 384.400 km de distance, un fin rayon lumineux contenant « C'est un petit pas pour l'homme, mais un pas de géant pour l'humanité » (en anglais) sous forme d'impulsions.

De "l'art célébratif"

Réceptionner ensuite le reflet de cette phrase renvoyée à la vitesse de la lumière de la Lune sur la Terre réactivera l'événement historique qui n'a cessé de résonner. C'est ici de l'art célébratif, projeté sur la toile sans doute la plus éloignée de son peintre dans l'histoire de l'humanité.

Un hommage à cet instant où l'humanité changea pour toujours, où il a marché sur un corps céleste autre que sa planète-mère.

"C'est aussi une œuvre d'art destinée à la jeunesse, en vue de nourrir et de stimuler sa conception des possibles pour construire l'avenir", explique l'artiste peintre.

"De l'art enfin qui rassemble et, par le vecteur de ce fin rayon de lumière réfléchie, qui ouvre les esprits à un autre genre de réflexion, sur notre planète et sur la valeur de notre coexistence."

Trump reçoit Buzz Aldrin et Michael Collins à la Maison Blanche

Le président américain Donald Trump a reçu vendredi à la Maison Blanche les deux astronautes de la mission Apollo 11 encore en vie, Buzz Aldrin et Michael Collins, à la veille du 50e anniversaire du premier alunissage d'humains.

"Demain est un très grand jour", a déclaré Donald Trump. "Cinquante ans après que nous avons planté un beau drapeau américain sur la Lune". "Nous y remettons du glamour", a-t-il dit de l'exploration spatiale. "C'est beau".

Neil Armstrong, premier homme à avoir foulé le sol lunaire et commandant de la mission Apollo 11, est mort en 2012. Ses fils Eric et Mark, ainsi que leurs familles, étaient présents dans le Bureau ovale. Le président Trump leur a demandé de se signaler en levant la main.

Buzz Aldrin, aujourd'hui âgé de 89 ans, avait posé le pied sur la Lune peu après Armstrong. Quant à Michael Collins, 88 ans, il était resté en orbite lunaire à bord du "module de commande", le vaisseau qui a ensuite permis à l'équipe de rentrer sur Terre. Cet anniversaire sera célébré en particulier samedi à Houston, où se situait la salle de contrôle de la Nasa, au centre spatial Johnson.

"Excellent rendez-vous avec le président Donald Trump! Nous avons parlé de l'avenir de l'Amérique dans l'espace, de la façon de relever les défis spatiaux, et de la nécessité de continuer à explorer au-delà de l'horizon", a tweeté le compte de Buzz Aldrin (qui a dit mercredi que des collaborateurs tweetaient pour lui). "Gardons la grandeur de l'Amérique dans l'espace!" a conclu "Buzz".

--

Crédits :

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :