Le Plaza Athénée, fin prêt pour la guerre des palaces parisiens

 |   |  419  mots
La suite présidentielle du Plaza Athénée qui vient de rouvrir ses portes après onze mois de travaux.
La suite présidentielle du Plaza Athénée qui vient de rouvrir ses portes après onze mois de travaux. (Crédits : Reuters)
Après onze mois de travaux, le célèbre hôtel parisien s'est agrandi. Mais le marché des hôtels de luxe dans la capitale aussi...

Depuis quatre ans, les grandes adresses de l'hôtellerie parisienne font peau neuve, et c'était lundi au tour du Plaza Athénée de rouvrir ses portes après onze mois de travaux. Le célèbre palace, propriété du sultanat de Bruneï, aura consacré près de 200 millions d'euros pour sa rénovation dont 83 millions d'euros pour les travaux. Le reste a permis de financer l'achat de près de 5.500m² de bâtiments contigus et de payer le traitement du personnel

"L'idée était de garder l'âme de l'établissement, tout en lui donnant un nouveau souffle, laissant notamment davantage de lumière y pénétrer", explique à l'AFP Didier Delahaye, le directeur général de l'établissement. "C'est la quatrième fois depuis 2000 que nous retravaillons sur l'espace au Plaza", ajoute-t-il. L'hôtel se dote ainsi de nouvelles salles mais aussi de 14 chambres et suites supplémentaires, passant ainsi de 194 à 208.

Paris compte désormais huit palaces, bientôt dix ou onze...

Pour la célèbre adresse du groupe Dorchester, qui gère également Le Meurice à Paris, l'enjeu était de réagir face à la vague de rénovation des grands hôtels parisiens désireux de décrocher le label palace. En effet, il y a encore un an et demi, seuls cinq établissements étaient titulaires du label lancé en 2010 dont le Plaza Athénée (mais également Le Bristol, le George V, le Meurice et le Park Hyatt Paris Vendôme). Il a depuis été décerné à trois nouvelles adresses parisiennes dont le Royal Monceau Raffles Paris, le Shangri-La Paris et le Mandarin Oriental.

Dès lors, le Plaza Athénée devait se renouveler afin de se maintenir dans la course et ce, alors que la concurrence risque de s'intensifier encore. Ainsi des hôtels comme le Crillon, le Ritz ou le Prince de Galles ont lancé de grands travaux (quitte à fermer pendant deux ans) afin de revenir dans la course de l'hôtellerie haut-de-gamme. Paris pourrait alors compter 10 à 11 établissements labellisés palace à moyen terme.

Un nouvel acteur de taille

Depuis le 1er août dernier, le marché de l'hôtellerie de luxe parisien doit compter avec un nouvel acteur, le Peninsula qui a ouvert ses portes après 4 ans de travaux pour près de 500 millions d'euros. L'arrivée de la première adresse européenne du groupe asiatique "The Hong Kong and Shanghai Hotels" pourrait rebattre les cartes d'un marché qui s'affronte à coup de centaine de millions d'euros...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :