Club des premiers palaces français : le Ritz et le George V recalés

 |   |  457  mots
Le Grand Hôtel Cap Ferrat - DR
Le Grand Hôtel Cap Ferrat - DR (Crédits : DR)
Sur les quatorze hôtels de luxe français qui briguaient la classification "palace", huit ont finalement été retenus dont quatre à Paris.

Combien d'hôtels de luxe incarnent l'excellence à la française et méritent la dénomination "palace"? Huit, selon Atout France, l'organisme de promotion touristique chargé d'instruire la première phase d'éligibilité  (taille minimale de chambre, nombre de suites, etc.). Quatre à Paris : Le Bristol, le Meurice, le Park Hyatt Vendôme et le Plaza-Athénée et quatre en province: les Airelles et Cheval Blanc à Courchevel, l'Hôtel du Palais à Biarritz et le Grand-hôtel du Cap-Ferrat.

"Un palace n'est pas un espace enfermé entre quatre murs. C'est une sorte de roman, de lieu mythique" où le client "s'avance comme dans un royaume des Mille et une nuits", a déclaré Dominique Fernandez. Caractère exceptionnel de l'établissement, excellence du service, de la restauration, etc; autant de critères subjectifs donc sur lesquels le jury a dû trancher.

Deux grands absents

A la surprise générale, n'ont été retenus ni le George V ni le Ritz, à Paris."Quand on décerne le prix Goncourt, on ne dit pas pourquoi le rival a perdu" a expliqué l'académicien Dominique Fernandez, président du jury "palace". La victoire est amère pour François Delahaye, patron du groupe Dorchester dont deux des hôtels (Meurice et Plaza-Athénée), ont reçu la précieuse distinction car "le jury s'est décrédibilisé en ne sélectionnant pas" ses deux confrères parisiens.

Pour Christian Manteï, le patron d'Atout France, la dramatisation est "exagérée" car "le George V et le Ritz ont entamé des travaux" tout en rappelant que cette première liste présentée est amenée à accueillir de nouveaux établissements.

Nouvelle chance

En effet, de nouveaux établissements devraient rejoindre les huit palaces en novembre prochain. Candidats recalés et  nouveaux postulants ont jusqu'au 30 juin pour déposer leurs dossiers. Certains critères ont même été assouplis, a indiqué le secrétaire d'Etat au Tourisme Frédéric Lefebvre. L'un de ces critères concerne notamment les hôtels en travaux. Ainsi ceux ayant rouvert après de lourds travaux de rénovation devront patienter six mois au lieu de 24.

Valoriser les hôtels d'exception

Libre jusque-là, l'appellation Palace a depuis novembre dernier des critères précis d'attribution et ce afin de résister à une concurrence internationale ardue. En 2008 déjà, une cinquième étoile s'était ajoutée au classement hôtelier français. 127 établissements français arboraient ainsi cette cinquième étoile (à partir de 500 euros la nuit en province, 600 à 800 euros à Paris jusqu'à plusieurs milliers d'euros).

Or, compte tenu des performances enregistrées par l'hôtellerie de luxe en 2010, supérieures au reste du secteur, les professionnels ont estimé qu'il fallait encore faire sortir du lot quelques "hotels d'exception".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/05/2011 à 13:58 :
Et le park Haytt c'est comme on dirai dans la littérature un navet ecrit...par un negre!!! Dehors ces incompétents vite ...
a écrit le 08/05/2011 à 11:17 :
Un élément important a été délaissé, le caractère "mythique" du lieu, il est juste indécent pour Paris et son histoire que le Ritz, par son passé chargé de légende, ait pu être si facilement évincé. La charge historique fait aussi partie de la signature d'un Palace, et le Ritz reste légendaire pour ça. Proust, Chanel, Hemingway, James Joyce, Chaplin, têtes couronnées, grands politiques mythiques de ce monde tel Churchill.. s'y sont succédés à travers le temps. Un autre élément indéniable l'emplacement, le Ritz bénéficie d'un écrin exceptionnel rare, la place Vendôme, un lieu d'exception, je m'interroge donc sur la façon dont ces critères ont pu être être si vulgairement délaissés. Mon avis est que le Ritz paie évidemment l'absence de travaux de rénovation, mais je continue à penser que c'est un parti pris qui lui confère encore ce caractère d'histoire et d'authenticité, c'est encore un des derniers palaces qui n'a pas encore succombé aux affres de Starck et autres Garcia ! En ce qui concerne le George V je serais plus mesurée, bien qu'il reste un emblème du luxe à Paris et de sa célèbre avenue, il reste plus fade que ses confrères, et manque un peu d'identité, surtout depuis ses travaux d'embellissement où il s'est clairement inscrit dans des critères internationaux anglo-saxons, il n'en reste pas moins dans l'esprit un palace français. La conclusion sera à François Delahaye, patron du groupe Dorchester dont deux des hôtels Meurice et Plaza-Athénée ont pourtant reçu la précieuse distinction, "la victoire est amère car le jury s'est décrédibilisé en ne sélectionnant pas ses deux confrères parisiens évidents". Tout est dit.
a écrit le 07/05/2011 à 13:34 :
Aux commentateurs de cette rubrique.
Patience M.DSK,va faire le ménage,car la Porsche tranquille doit s'insérer dans des locaux aussi dignes,que cette marque Allemande.
Pauvre France,voilà pourquoi Marine fait le BUZZ.
a écrit le 06/05/2011 à 22:55 :
mais c'est quoi ce classement ? du copinage organisé ? ou sont le georges v, le ritz ?
HONTEUX !!!!!
Réponse de le 09/05/2011 à 7:45 :
Cher Monsieur, Cela est tout à fait normal.... Ayant été déjeuné et dinné plusieurs fois au Ritz, je confirme en effet que la restauration et le service n'ont rien à voir avec le niveau élémentaire d'un palace. (Service absent et lent à l'Hemingway au déjeuner, oubli de commande, demande plusieurs fois de pain, plat froid servi en semaine.....).
Coté brunch le we, ambiance cantine et buffet dessert pauvre....
Coté dinner, service peu présent et niveau sonore bruyant...
De plus, au niveau des toilettes, hygiène douteuse....
a écrit le 06/05/2011 à 22:05 :
Le chèque ou les avantages en nature ne devaient pas être assez gros
a écrit le 06/05/2011 à 20:27 :
Scandaleux que le Ritz ne soit pas dans les premiers récompensés.
Il est le Palace des Palaces,de par son emplacement extraordinaire,son passé glorieux,son architecture,ses jardins intèrieurs uniques à Paris,le faste de ses décors,son raffinement incomparable,son service qui fait référence,l'ame qui émane de ses murs...
Et comment justifier que le "Park Hyatt",certes un hotel de grand luxe,soit couronné dans le meme temps,alors qu'il n'a absolument pas les caractéristiques qui font d'un hotel de luxe un "Palace"...
Drole de jury...
Réponse de le 06/05/2011 à 22:01 :
Il y a sans doute des critères auxquels les palaces doivent répondre, mais ce qui est scandaleux c'est que l'on ne dise pas pourquoi le rival a perdu !!! Comment améliorer quoi que ce soit s'ils ne savent pas quel est leur problème ?
a écrit le 06/05/2011 à 13:56 :
,
a écrit le 06/05/2011 à 13:49 :
Le George V, un des seuls grands hôtels de Paris a n'avoir aucune référence à l'histoire de la ville. Tout a été effacé lors de la rénovation de 1999 pour laisser place à un (magnifique certes) hôtel de luxe international. Certainement pas un représentant de l'hôtellerie de luxe parisenne, donc pas un palace au sens du jury. cqfd.
Réponse de le 06/05/2011 à 15:42 :
C'est clair que cet hôtel est luxueux, mais son positionnement, déjà avant cette rénovation, s'apparentait de l'uniformisation anglo-saxonne plus que du palace à forte personnalité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :