Grande distribution : des milliers d'agriculteurs en colère convergent sur Paris

 |   |  750  mots
Actuellement dans la Marne, un exploitant sur trois est à zéro ou en déficit, et l'année précédente nos revenus avaient baissé de 75% par rapport à la moyenne 2010-2014, explique un agriculteur qui exploite 130 hectares dans ce département.
"Actuellement dans la Marne, un exploitant sur trois est à zéro ou en déficit, et l'année précédente nos revenus avaient baissé de 75% par rapport à la moyenne 2010-2014, explique un agriculteur qui exploite 130 hectares dans ce département. (Crédits : Reuters)
Pour faire monter la pression sur des négociations commerciales avec la grande distribution, à l'appel des syndicats FNSEA et Jeunes Agriculteurs, plus de 1.000 tracteurs venus des régions Hauts-de-France, Normandie, Ile-de-France, Grand-Est, Centre-Val-de-Loire et Bourgogne-Franche-Comté devaient se diriger vers le périphérique puis se rassembler sur l'avenue Foch, quartier cossu dans l'ouest de Paris. Vers 8H40, le trafic en région parisienne était élevé mais pas exceptionnel pour un jour de semaine, avec 337 km de bouchons cumulés, selon le site d'information aux usagers Sytadin.

Des centaines d'agriculteurs convergeaient mercredi matin vers Paris, occasionnant des ralentissements à l'orée d'une journée de manifestation dans toute la France, pour faire monter la pression sur des négociations commerciales avec la grande distribution, à l'appel des syndicats FNSEA et Jeunes Agriculteurs.

Au total, plus de 1.000 tracteurs venus des régions Hauts-de-France, Normandie, Ile-de-France, Grand-Est, Centre-Val-de-Loire et Bourgogne-Franche-Comté devaient se diriger vers le périphérique puis se rassembler sur l'avenue Foch, quartier cossu dans l'ouest de Paris. Certains représentants syndicaux, critiques des accords de libéralisation commerciale de l'UE, qui augmentent les importations agricoles et alimentaires en France, ont demandé à rencontrer le président de la République.

337 km de bouchons cumulés en région parisienne

Vers 8H40, le trafic en région parisienne était élevé mais pas exceptionnel pour un jour de semaine, avec 337 km de bouchons cumulés, selon le site d'information aux usagers Sytadin.

Vers 8H00, un cortège de plus d'une centaine de tracteurs et 50 voitures se trouvait à la hauteur d'Evry-Courcouronnes sur l'autoroute A6 à 30 km au sud de Paris, selon la Préfecture de l'Essonne.

Dans le Val-d'Oise, trois groupes représentant plus de 80 tracteurs roulaient sur l'A1 en direction de Paris, tandis que 140 tracteurs convergeaient vers la capitale sur l'A14, la N12 et l'A10, provoquant des "ralentissements importants" selon la préfecture des Yvelines.

agriculteurs, colère, manifestation, tracteurs, prix, grande distribution

En Seine-et-Marne, ce sont 300 tracteurs qui sont partis vers 7h, au niveau des péages de Coutevroult et Fleury en Bière. La préfecture de Seine-et-Marne ne signalait aucun incident car "les agriculteurs étaient organisés", mais elle disait craindre "le retour du soir".

"Dans mon groupe, nous sommes 15 agriculteurs, soit 30% des effectifs de mon syndicat local du Val-d'Oise, ce qui est énorme comme mobilisation chez nous. Cela montre bien la situation critique et de détresse des agriculteurs", explique Guillaume Moret, céréalier et maraîcher, joint par téléphone à bord de son tracteur.

Une grande détresse économique

"C'est la première fois que je monte à Paris en tracteur", raconte Alix Heurtaut, agricultrice près d'Etampes (Essonne), qui a joint un groupe de 25 autres tracteurs. "Ca se passe bien, nous recevons beaucoup de signes de soutien des automobilistes, ça fait plaisir de voir des gens qui ne sont pas contre nous".

Mathieu Garnotel, qui exploite 130 hectares dans la Marne, est venu avec une vingtaine d'autres agriculteurs rejoindre les convois parisiens, mercredi matin à Coutevroult, près du péage sur l'A4.

"Actuellement dans la Marne, un exploitant sur trois est à zéro ou en déficit, et l'année précédente nos revenus avaient baissé de 75% par rapport à la moyenne 2010-2014, à cause de la chute des prix, de la suppression des quotas [sucriers, Ndlr] et de l'augmentation des charges (matériel et intrants plus chers, augmentation de la redevance pour pollution diffuse et de la taxe sur l'azote), on est pris dans un effet ciseau", explique-t-il.

La Loi dite Egalim, issue des États généraux de l'alimentation et mise en place en début d'année, était censée ramener du revenu dans les cours des fermes en rééquilibrant les relations commerciales, mais jusqu'ici les agriculteurs disent ne pas vraiment voir de différence.

Les manifestants veulent donc mettre la pression sur la grande distribution et ses fournisseurs, alors que viennent de commencer les négociations commerciales annuelles qui fixent les prix pour un an.

"Nous voulons que les distributeurs jouent le jeu et ne fassent pas comme a fait Lidl il y a dix jours, du steak haché à 6,75 euros le kilo, ce qui est un profond scandale. C'est comme quand Carrefour avait fait le lait à 0,87 euro en bio l'année dernière", a expliqué à l'AFP Christiane Lambert, présidente de la FNSEA.

Extension du domaine de la mobilisation à toute la France

La mobilisation doit s'étendre dans toute la France, au fil de la journée.

En Rhône-Alpes, des agriculteurs de toute la région ont prévu de bloquer les accès autoroutiers de Lyon en trois points: au nord (Limonest), au sud (Ternay) et à l'est (Beynost).

En Auvergne, ils ont prévu de mener une action dans la matinée sur l'A71 près de Clermont-Ferrand.

Des mobilisations sont également prévues à Toulouse et dans le Vaucluse, qui a prévu une "journée de deuil de l'agriculture vauclusienne".

Mardi soir, une cinquantaine d'agriculteurs de Loire-Atlantique et du Maine-et-Loire avaient visé la coopérative Terrena et des grandes surfaces, à Ancenis (Loire-Atlantique), rapporte le quotidien Ouest-France mercredi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/11/2019 à 14:54 :
Tant que l'on les maintiendra dans un dogme productiviste... a coup de réglementation, de subvention et d'endettement, nos agriculteurs et paysans seront portés a disparaître, sur ordre de Bruxelles!
a écrit le 28/11/2019 à 11:17 :
Ces manifestants ne représentent qu'une part du monde agricole. Celle qui a donné son âme aux herbicides, pesticides et autres engrais dangereux. Qui empoisonne les consommateurs. Qui est sur-endettée et ne peut plus échapper à un modèle mortifère. Ces gens sont irrémédiablement appelés à disparaître. Ils ne faut en aucun cas les soutenir...
a écrit le 28/11/2019 à 1:31 :
Visiblement la fnsea n'a pas ete ecoutee.
Le grand Barnum commence. Attachez vos ceintures le pays va trembler.
a écrit le 27/11/2019 à 20:25 :
Ca y est, les représentants des syndicats chimiques FNSEA en tête sont allés à la soupe au ministère de lagrossechimie,

et en sortant, ils ont demandé aux agriculteurs de rentrer à la niche, sans aboyer s'il vous plait -)

Philippe va les recevoir le 3 décembre ... pour leur interdire de manifester à partir du 5 décembre et de rester chez eux dans leur misère, sans aboyer s'il vous plaît -)
a écrit le 27/11/2019 à 19:39 :
Nos agriculteurs, travailleurs, passionnés , essaient de cultiver dans une approche de plus en plus "propre paient par l'intermédiaire de la FNSEA leur connivence pour ne pas dire plus avec les pouvoirs RPR et UMP. Les politiques ont fait miroiter des miracles avec la PAC qui a englouti la plus grande partie des subventions de l'UE au détriment de l'industrie. La PAC si chère à celui qui "flattait" l'arrière train des vaches celui que les agriculteurs vénéraient comme un gourou a été le plus mauvais défenseur de nos agriculteurs. Il faut dire que bien des responsables syndicaux ont trouvé une deuxième vie, bien grasse sur les bancs de l'assemblée sous les étiquettes RPR ou UMP. La tête du syndicat a été trop longtemps l'obligée des gouvernements. Ce syndicat a été jusqu'à réussir à élire un "gros" industriel plus proche de l'industrie des bio carburants que de la ferme. Notre agriculture est indispensable elle est la sauvegarde de notre indépendance agricole mais également une stabilité de notre démocratie car sans agriculture les ventres crient famine et se révoltent. Cette agriculture sera prise en considération lorsqu'elle reverra en profondeur sa représentation. J'écoutais ce matin sur une radio sa représente faire de l'anti CETA alors que cet accord sur le plan des bovins est epsilon en volume par contre bénéfique pour la viticulture et le lait transformé. Il n' y a pas de bashing agricole encore un grand slogan syndical pour montrer son inefficacité face au défi de cette magnifique profession. Merci au monde agricole à qui je donne toute ma confiance à contrario de sa représentation.
Réponse de le 28/11/2019 à 0:45 :
C'était le tps béni des vaches grasses de la PAC qui ne profitait surtout qu'aux gros céréaliers et betteraviers, ce qui n'a pas trop changé je pense. Mais en ces tps heureux, il y avait de la place pour tt le monde et le conso gogo n'était pas trop regardant ds la malbouffe qu'on lui servait pourvu qu'il s'y retrouve sur le prix.
Et puis, l'élargissement de L'UE aux 27 est arrivée ss crier gare avec ces pays de misère comme la Pologne et ses fermes à 1000 v vitaminées aux transferts européens, ss cpter ses travailleurs pauvres besogneux qui s'echinaient pour 3 mark, 6 sous ds le secteur agroalimentaire de la pingre Allemagne réunifiée dépourvue de SMIC.
Et depuis, vous connaissez la suite... hormis le pinard et les fromages qui n'ont pas forcément besoin de PAC pour se vendre ou s'exporter.
a écrit le 27/11/2019 à 17:57 :
Ce gouvernement réagira quand? A quel moment se décidera t'il a demandé le patrimoine d'un agriculteur, d'un céréalier, d'un arboriculteur, d'un patron transporteur, d'un patron marin pêcheur etc avant d'accorder des subventions!!!!!!!!!!
Ce gouvernement doit le faire, comme lorsqu'il demande à un citoyens français, ses revenus etc avant de lui accorder des aides sociales et autres........
a écrit le 27/11/2019 à 17:49 :
Si les agriculteurs avaient repoussé leur mouvement de quelques jours ils auraient fait la jonction avec la grêve générale qui va débuter le 5 décembre.
Notamment, ils auraient été rejoints par les routiers pour tenir les routes.

Même s'ils disent avoir prévu des vivres pour trois jours, ça ne fait pas une semaine.
a écrit le 27/11/2019 à 17:04 :
Il y a des cultivateurs dans la moise. Mais je connais un peu se milieu .Les gros ne pensent qu'à manger les petits. Je connais une dame agée qui possede 7 petits hectares ,elle a eu le malheur de faire un bail à un gros céréalier.Une grosse societé d'agro lui préhempte 2 hectares,le cultivateur lui demande des indemnités elle va perdre ses 2 hectares.Le code rural passe sur tout le reste.Vous trouvez ça juste?
a écrit le 27/11/2019 à 16:16 :
Encore une fois comme avec les gilets jaunes, des fauteurs de trouble ont profité du laxisme et de l'incompétence des forces de l'ordre pour accéder à des lieux où ils n'auraient pas dû avoir accès.
Réponse de le 28/11/2019 à 10:00 :
Comment peut on se faire entendre en France sans descendre dans la rue? Pourquoi les GJ? Le simple citoyen n'est rien, simplement un bulletin de vote et puis ensuite plus rien. Le gouvernement actuel a laminé toute contestation et toute opposition politique ainsi que les corps intermédiaires. La démocratie à la française n'est qu'une suite inaudible de mots inaudible de la part de nos dirigeants. A part rédiger des lois inappliquées et inapplicables, l' AN n'a plus l'assentiment de la population. Mal rédigées, elles soulèvent plus de problèmes qu'elles n'en solutionnent. Elles s'accumulent sans améliorer la vie de ceux qu'elles sont sensées aider. Cela ne favorise que de la rancoeur vis à vis du monde politique.
Réponse de le 28/11/2019 à 10:01 :
Comment peut on se faire entendre en France sans descendre dans la rue? Pourquoi les GJ? Le simple citoyen n'est rien, simplement un bulletin de vote et puis ensuite plus rien. Le gouvernement actuel a laminé toute contestation et toute opposition politique ainsi que les corps intermédiaires. La démocratie à la française n'est qu'une suite inaudible de mots de la part de nos dirigeants. A part rédiger des lois inappliquées et inapplicables, l' AN n'a plus l'assentiment de la population. Mal rédigées, elles soulèvent plus de problèmes qu'elles n'en solutionnent. Elles s'accumulent sans améliorer la vie de ceux qu'elles sont sensées aider. Cela ne favorise que de la rancoeur vis à vis du monde politique.
a écrit le 27/11/2019 à 14:22 :
LaFNSA syndicat des lobbies agroindustriels manipulent les pauvres bougres d'agriculteurs qui ne voient pas plus loin que le cul de leurs vaches.
a écrit le 27/11/2019 à 14:16 :
Au lieu d'emm....der tout le monde il ferait mieux de bloquer les sites de la grandes distribution puisqu'il semblent être aujourd'hui la source de leurs difficultés.
Certes on, voit que cette période est un peu morte et propice à des actions mais j'espère néanmoins que ces rigolos feront l'objet d'une amande pour entrave à la circulation ce que je doute vu l'encadrement de leurs manifestation par les forces de l'ordre (gendarmerie et police)
On commence sérieusement à en avoir marre de ces guignols qui bloquent systématiquement tout le monde.
a écrit le 27/11/2019 à 14:15 :
Au lieu d'emm....der tout le monde il ferait mieux de bolquer les sites de la grandes distribution puisqu'il semblent être aujourd'hui la source de leurs difficultés.
Certes on, voit que cette période est un peu morte et propice à des actions mais j'espère néanmoins que ces rigolos feront l'objet d'une amande pour entrave à la circulation ce que je doute vu l'encadrement de leurs manifestation par les forces de l'ordre (gendarmerie et police)
On commence sérieusement à en avoir marre de ces guignols qui bloquent systématiquement tout le monde.
a écrit le 27/11/2019 à 14:10 :
Ils ont des beaux tracteurs, merci l'Europe.....
a écrit le 27/11/2019 à 14:00 :
La FNSEA est dans le rôle du pompier pyromane qui a encouragé les agriculteurs dans un système productiviste.
La FNSEA est la courroie de transmission de l'agrochimie, de l'agroalimentaire, du Crédit Agricole et des constructeurs de matériel agricole, noyautee par les lobbies. Xavier Beulin fut en son temps le promoteur de ce fonctionnement pervers à minima, mafieux serait plus convenable.
La combat légitime des agriculteurs est voué à l'échec sur le long terme tant qu'il sera cadré par la FNSEA.
a écrit le 27/11/2019 à 13:20 :
Les agriculteurs se disent pauvres! Alors je vous propose de regarder avec attention avec quels TRACTEURS ils vont aller manifester. Ensuite, posez-vous la question suivante: Est-ce qu'un chômeur qui n'a aucune propriété agricole a les moyens de se payer un TEL ENGIN.
Réponse de le 27/11/2019 à 14:08 :
On peut rappeler que la politique de la PAC s'eleve pour la France à 9,1 milliards d’euros sur la période 2014/2020. En 2017, par exemple ,la France a versé environ 16,25 milliards d’euros à l' UE et en a reçu 13,5 milliards, dont 9,2 milliards au titre de la politique agricole commune (PAC), les fameux crédits européens . Donc pour résumer depuis 2014 ,c'est près de 54 milliards d'euros qui on été versé à ..400.000 agriculteurs ! .D'ou l'achat de tracteur généralement des Ferguson.Le reste du pognon ou va t-il , mystere ?
Réponse de le 27/11/2019 à 17:39 :
Votre vision des choses par le petit bout de la lorgnette me met en joie.

Les tracteurs sont en vente libre et il existe un truc qui s'appelle le fermage, qui permet à un exploitant agricole de travailler une terre qui ne lui appartient pas. Et la taille du tracteur ne présage pas de l'état de fortune de son conducteur.

La plupart des engins que vous allez voir ont été achetés à tempérament et ils appartiennent en réalité au Crédit Meuh meuh...
Ce qui est une partie du problème paysan, beaucoup sont sur-endettés.
Réponse de le 28/11/2019 à 1:15 :
Svt des Fendt, Claas, ou New Holland pour les gros engins, achetés d'occasion à crédit par des montages juridiques de plusieurs exploitations type GAEC pour mutualiser les coûts d'investissement et d'entretien par mise en commun des moyens de production.
a écrit le 27/11/2019 à 13:12 :
Prix de la grande distribution : des milliers d'agriculteurs en colère convergent sur Paris

ca fait plus de 20 ans que nos politicards organisent la misère et la pauvreté,

behhhh c'est un sujet directement lié au désordre des revenus en général, des retraites, de la misère qui se cultive en France par nos politicards depuis

messieurs mesdames agriculteurs agricultrices, le 5 décembre, utilisez vos tracteurs, vos énormes REMORQUES A LISIER, vos moissonneuses batteuses pour BARRER les routes des grandes villes,

choisissez aussi les Villes Villages ou vivent les Députés LaREM Modem et défroqués LR PS UDI...
a écrit le 27/11/2019 à 12:22 :
Qq caméras, qq coups de menton, qq promesses...emballé c’est pesé, le sans dent paysan retourne immédiatement dans sa hutte.
a écrit le 27/11/2019 à 12:19 :
pourtant j'en connais qui ne se plaignent pas des revenus d'ailleurs leur train de vie le démontre en plus à la retraite ils partent avec un beau patrimoine?????
a écrit le 27/11/2019 à 12:17 :
Il faudrait aussi qu'ils se prennent en charge et déterminent eux-mêmes leur agriculture et ne pas écouter les syndicats agricoles liés à l'agriculture industrielle. Ils ont trop appris à vivre sur les subventions européennes, beaucoup doivent se reconvertir vers une agriculture saine et respectueuse de la population et de l'environnement.
a écrit le 27/11/2019 à 11:55 :
Une fois de plus, on constate que ces grands messes comme ces assises de l'alimentation organisées avec force recours médiatique et d'ego jupitérien n'ont absolument rien résolu.
L'agro business et en particulier les ctrales d'achat très minoritaires en nbre continuent d'essorer leurs producteurs comme si de rien n'était.
On n'a tjrs pas compris ds ce pays que pour préserver l'indispensable indépendance alimentaire et satisfaire aux politiques de santé alimentaire, l'agriculture doit faire sa révolution qui passe soit par le bio, soit par des pratiques respectueuses de l'environnement, ce qui coûte cher en frais de mutation ds la formation, le matériel , les circuits d'appro en juste à tps et le suivi qualitatif (traçabilité, labellisation et respect des cahiers des charges).
Et ce n'est pas en décourageant une profession tte entière ce qui bloque tte initiative ds ce sens et tte vocation nécessaire au renouvellement des générations, que l'on va gagner un tel defi.
La France initialement championne ttes catégories du monde agricole et de l'agroindustrie devient au fil du tps dépendante de l'UE, voire du futur Mercosur pour son alimentation. Chirac !!! Au secours !!!
a écrit le 27/11/2019 à 10:50 :
Ce serait bien quand même d'avoir des informations précises, la dernière fois vous nous disiez qu'ils allaient manifester à cause de "l'agribashing" et maintenant c'est à cause de la baisse des prix alors que ce sont deux causes totalement différentes donc est-ce que vous amalgamez tout et ne comprenez pas grand chose au final ou bien ce sont eux qui mélangent tout ou bien c'est le terme d'agribashing dans lequel chacun y met tout et n'importe quoi ? DE quoi perdre son latin...

Concernant la baise des prix de l’alimentaire ils ont entièrement raison de manifester contre cette gabegie financière de plus ne faisant que tirer l'ensemble du secteur vers le bas l'oligarchie financière est tellement habituée à se faire du fric sur le dos des agriculteurs qu'elle ne trouve même pas judicieux de se tempérer en cette période de crise alimentaire majeur.

3 milliardaires au sein de la seule société Lactalis avec des prix en perpétuelle baisse comment voulez vous que les producteurs s'y retrouvent ?
Réponse de le 27/11/2019 à 11:40 :
Le MAROC fait de très bons fruits et légumes aussi
Réponse de le 28/11/2019 à 9:02 :
" Le MAROC fait de très bons fruits et légumes aussi "

ET bien voilà ma foi une bonne idée à développer pour l’Europe méditerranéenne non ? Vu qu'en plus l'UE est morte...
a écrit le 27/11/2019 à 10:26 :
Il faut scinder les questions pour avancer; 1.la question des prix, et il faut toujours rappeler que le consommateur est le premier responsable des prix bas, puisqu'il ne veut plus payer pour se nourrir (la part de l'alimentation dans le revenu des ménages est passée sous les 15% contre plus de 40% au sortir de la guerre), en demandant toujours plus (et pourquoi pas) -mais à ceux qui ne veulent pas manger des produits issus de l'agriculture raisonnée, ils peuvent toujours acheter du Bio s'ils pensent que c'est plus sain (cela n'est pas, toutes les études le montrent). Et 2. la question des pratiques et évolutions des pratiques agricoles: je crois qu'il y en a assez des attaques non justifiées, à l'encontre des avis de nos commissions techniques et des homologations des produits: si on finance ces commissions (argent public) largement contrôlées par des agents publics, ce n'est pas pour systématiquement s'asseoir sur leurs conclusions, même si le politique garde évidemment son libre arbitre. Le négationnisme scientifique dont font preuve trop de politiques, d'ONG,.. doit être combattu et dénoncé par les médias: nous avons en France suffisamment de problèmes pour ne pas en créer ex-nihilo! Les français doivent remercier les agriculteurs pour fournir tous les jours de l'alimentation saine, dont la qualité ne cesse d'augmenter, qui ne rend malade personne, et pour des coûts très compétitifs! Les agriculteurs sont les seuls dans certaines régions qui assurent encore un développement du territoire (pour ceux qui en doutent, faire le trajet verdun/Sedan permet de s'en faire une bonne idée).
Réponse de le 27/11/2019 à 11:03 :
"il faut toujours rappeler que le consommateur est le premier responsable des prix bas"

Toujours là pour nous "rappeler" une grosse connerie toi hein... -_-

"La notion de libre arbitre a été inventée par les classes dirigeantes" Nietzsche
Réponse de le 27/11/2019 à 11:42 :
Tout à fait d'accord : on ne remerciera jamais nos agriculteurs grace auxquels nous avons de belles campagnes qui attirent les touristes d'ailleurs .
Réponse de le 27/11/2019 à 20:45 :
Ouais !! Ouais !! On en a marre de ces hordes de touristes asiatiques qui encombrent nos campagnes en se prenant en selfie avec le cul de nos vaches !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :