Renault et PSA recherchés en Bourse, l'Etat préparerait une nouvelle aide

 |   |  255  mots
Les titres Renault et PSA Peugeot Citroën se sont redressés ce vendredi. Le gouvernement travaillerait sur une nouvelle tranche d'aide.

Avec une hausse de 2,04% à 20,76 euros pour Renault et de 2,79% à 13,81 euros pour PSA Peugeot Citroën, les titres des deux contsructeurs automobiles à la Bourse de Paris se sont nettement redressés ce vendredi.

Les investisseurs espèrent que le gouvernement va faire prochainement un nouveau geste pour aider les constructeurs français. Au delà de la prime à la casse et du milliard d'euros de prêts alloué aux filiale de crédit de Renault et de PSA Peugeot Citroën, Paris travaillerait sur une nouvelle tranche d'aide, en parallèle avec le plan allemand.

L'idée qui fait son chemin est celle des prêts garantis par l'Etat. D'après "Les Echos" qui citent une source gouvernementale, les besoins de Renault s'élèveraient à 2,5 milliards d'euros.  Commentant ce vendredi matin les résultats commerciaux de la marque au losange, Patrick Blain, directeur commercial du groupe automobile, a déclaré que Renault souhaite que l'Etat apporte une "aide" pour l'obtention de financements. Et de réaffirmer l'importance d'une "disponibilité de crédit" pour "fonctionner normalement".

"Aujourd'hui, ce qui manque le plus cruellement c'est la disponibilité de crédit pour les entreprises, pas que pour Renault, pour fonctionner normalement", a déclaré Patrick Blain devant la presse. "Ce qu'il faut, c'est qu'on puisse se financer normalement" par les banques, l'Etat ou l'Europe, a-t-il insisté.
 

"On attend de l'Etat qu'il nous aide à trouver ces crédits", a encore indiqué le responsable de Renault. Il a chiffré à 9 milliards d'euros par an "les besoins de financement normal d'un groupe comme Renault".


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Avant de nouveaux prêts, l'état DOIT faire un premier point sur la prime à la casse NOTRE ARGENT pas celui des POLITIQUES ni de RENAULT et PSA. Voir si cet argent a servi à dégonfler les stocks des usines de l'hexagone ou dégonfler les stocks de DACIA ou autres délocalisation. Nous savons que la vision des investisseurs n'est pas la préoccupation du citoyen. Même si l'Europe est sur le plan économique une excellente création, il est des moments où les politiques doivent être cohérents entre le discours et l'action. Prime à la casse pour éviter de nouveau plan de chômage technique chez les constructeurs et leur soutraitant pas pour soutenir l'automobile Tchéque, Roumaine, Espagnole....
Autre point M. les PDG de l'automobile pour avez été MAUVAIS dans la R&D ce qui aujourd'hui montre votre retard dans les nlles technologies de propulsion, si vous étiez GRANDS vous auriez depuis le début de la crise démisionnés pour laisser la place n'ont pas à des financiers à 100% mais a des visionnaires de l'automobile de demain et des gestionnaires. Arrêtez vos discours au marché et soyez de vrai industriels.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bien joli tout ça mais les pays low cost qui produisent théoriquement plus a la demande des constructeurs "comme renault ou psa" étant donné que l'on veut diminuer le cout des pieces que vont-ils devenir maintenant que les français n'achetent plus de véhicule.Bien joli la délocalisation a la chirac , maintenant sarko veut aider les constructeurs et équipementier qui ne délocalisent pas, c'est déja fait. DUR la reprise pour 2009 voir 2010.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
on avait trop rapidement mis ces actions à la corbeille!

Pfffff.... c'était juste pour faire un jeu de mots laid
Rions un peu!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :