BMW dévoile sa nouvelle Série 5 et veut défendre son leadership

 |   |  687  mots
La nouvelle Série 5 affiche des lignes classiques tout en proposant des innovations de connectivités et d'autonomie majeures.
La nouvelle Série 5 affiche des lignes classiques tout en proposant des innovations de connectivités et d'autonomie majeures. (Crédits : BMW)
La nouvelle Série 5 reste un classique de la marque haut-de-gamme allemande. La nouvelle génération garde l'ADN stylistique de l'ancienne tout en proposant une panoplie d'innovations liées à la connectivité et à la semi-autonomie. BMW veut maintenir son leadership sur ce segment face à l'offensive de la Classe E de Mercedes.

Six mois après le lancement de la Mercedes Classe E, BMW dégaine sa nouvelle Série 5. Si ce modèle n'est pas la voiture la plus vendue de la marque, elle n'en reste pas moins un succès de prestige conséquent puisqu'elle trône à la première place mondiale de son segment. Les six premières générations cumulent 7,6 millions d'unités vendues. La Série 5 précédente, lancée en 2010, se vendait au rythme de 300.000 voitures par an.

Un style fidèle pour des clients fidèles

Pour BMW, le nouveau modèle a pour mission de conforter ce leadership. La marque compte notamment sur son réservoir de clients potentiellement désireux de renouveler leur voiture. Ce qui explique que la nouvelle Série 5 n'affiche pas de rupture de style majeure. On note quelques retouches notamment sur la ligne dite de caractère qui entoure la carrosserie sur le flanc et l'arrière de la voiture. Celle-ci a été accentuée afin de mieux réfléchir la lumière. Le contour des fenêtres arrière est également renforcé par un détourage sur la carrosserie. La signature lumineuse avant se veut également modernisée avec des led et une couleur blanchâtre pour donner une impression cristalline au "regard" de la voiture. Bref, des retouches ci et là...

Le vrai dépoussiérage se situe au niveau de la connectivité. BMW propose un système plus ergonomique, avec un menu tactile. Une application smartphone sera également disponible pour interagir sur les trajets, le trafic, son agenda ou son carnet d'adresse. La Série 5 doit également embarquer les dernières technologies dite d'assistance à la conduite : gestion des bouchons et des trajectoires... Plus de 20 capteurs équipent la nouvelle voiture.

L'enjeu des flottes sociétés

La Série 5 doit ainsi respecter l'ADN qui a fait son succès, mais également rester moderne si elle ne veut pas se priver d'un canal plus exigeant, les flottes sociétés qui représentent 35 à 40% des ventes. Mieux, la Série 5 voudrait capter davantage cette clientèle, plus dynamique que le marché particulier, notamment en Europe. "Nous proposons une version à 108 grammes de C02 avec la 520d en version automatique, cela doit nous permettre d'être éligible à un spectre plus large de gestionnaires de parcs automobiles", nous explique un porte-parole de BMW. "Nous avons allégé la voiture de 100 kilos en misant sur l'aluminium, et nous avons beaucoup travaillé sur le CX (ratio qui évalue la pénétration de la carrosserie à l'air, ndlr), afin de dégager de vrais gains sur la consommation de carburant", poursuit-il.

Les parcs sociétés étant de plus en plus soumis aux exigences réglementaires, les constructeurs doivent suivre. "Le canal B to B est d'autant plus important qu'il est un client plus récurrent puisque la maturité des contrats de leasing est de 3 à 4 ans", souligne un porte-parole de BMW France. D'ailleurs, une version hybride rechargeable doit arriver en mars, ce qui permettra aux entreprises d'être équipées d'une grande berline qui affichera moins de 50 grammes de CO2.

En face, la Classe E de Mercedes n'est pas en reste avec de hautes prestations en termes d'autonomie mais avec des arguments sur le canal flotte avec des finitions dédiées. Elle permet également d'évoluer dans un univers de déclinaisons avec un SUV, un SUV coupé et avec une berline coupée annoncée pour l'année prochaine.

Une Série 5 très secrète

BMW assure ne pas être sur la défensive sur ce segment tout en reconnaissant que la concurrence est très forte. La Série 5 arrivera en concession en février 2017. En attendant, les fans attendent une présentation plus officielle que les avant-premières que BMW distille partout dans le monde. Ainsi, la Série 5 n'a pas été présentée au Mondial de l'automobile de Paris. Fera-t-elle l'événement du salon de Los Angeles mi-novembre ? Ce marché est stratégique pour BMW qui reste le leader du segment premium, mais qui est régulièrement talonné par Mercedes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/10/2016 à 18:02 :
Il va falloir que les constructeurs allemands soient un plus audacieux niveau design , Mercedes a bien évolué et leurs voitures commencent à susciter un plus d'émotion . Le restylage de la Golf VII sera un peu plus pertinent . C'est que les gens apprécient le changement maîtrisé synonyme de renouveau .
a écrit le 15/10/2016 à 23:11 :
A quel prix? Certainement la voiture de M et Mme tout le monde.....les mêmes qui vont passer leur retraite au Portugal?
a écrit le 15/10/2016 à 18:31 :
Bon sang que c'est triste comme véhicule, il faut que les gens soient bien moroses pour plébisciter les marques allemandes, ah c'est sobre c'est sûr, plus que sobre même, fade.

Le gris lui va très bien...
Réponse de le 15/10/2016 à 22:45 :
Les gens préfèrent la simplicité et la sobriété, par rapport aux couleurs et aux designs de frimeurs. Ne vous étonnez donc pas si ce genre de voitures simples , sans chichi, se vendent très bien.
a écrit le 15/10/2016 à 13:18 :
Chasseur : votre orthographe laisse rêveur !
J'ai eu, à titre personnel, plusieurs berlines de ce segment. Peugeot 607 et bmw serie 5 essentiellement. La 607 est une poubelle ? Une bonne poubelle alors je dois dire ! J'en ai été particulièrement satisfait, d'autant que ses tarifs etaient nettement plus doux que pour ma 525d (f10) actuelle. La 5 reste une excellente voiture,mais les grandes berlines françaises sont d'excellentes autos egalement, pour des prix moins exorbitants, la politique d'options chez les allemands est difficilement acceptable, j'attends la prochaine 608 qui sera peut etre bien la remplaçante de mon actuelle 525d.
En 2de voiture, nous avons eu une audi a3, remplacée avec joie par une alfa giulietta, cette audi a3 etait un nid à em...erdes, jamais eu autant de soucis sur une voiture...la deutsche qualität sûrement !
a écrit le 14/10/2016 à 19:49 :
"marque haut-de-gamme allemande" vous vous fiez au prix, je suppose... J'ai l'équivalent d'une série 5 en modèle français, ça marche aussi bien... Bon, d'accord, ça fait "pauvre"...
Réponse de le 15/10/2016 à 7:45 :
Mdr compare pas ta poubelle à une série 5 ne l'a comparé à aucune allemande. Font rigoler les gens un moment donner faut redescendre sur terre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :