La norme WLTP a fait bondir les immatriculations en Europe en août

 |   |  521  mots
Au palmarès des constructeurs, le groupe Renault enregistre un bond de 56,4% de ses immatriculations européennes en août, suivi par son partenaire Nissan (+46,3%). Volkswagen et Fiat Chrysler affichent des progressions de 39,3% et 38,9% respectivement. Celle du groupe PSA s’est établie à 17,1%.
Au palmarès des constructeurs, le groupe Renault enregistre un bond de 56,4% de ses immatriculations européennes en août, suivi par son partenaire Nissan (+46,3%). Volkswagen et Fiat Chrysler affichent des progressions de 39,3% et 38,9% respectivement. Celle du groupe PSA s’est établie à 17,1%. (Crédits : Reuters)
Le déstockage massif des voitures non conformes à la norme WLTP (entrée en vigueur 1er septembre) a fait exploser les immatriculations européennes en août (+30%). A titre de comparaison, le marché a progressé d'à peine 6% depuis le début de l'année.

Le marché automobile européen s'est envolé durant l'été, progressant de 10,5% en juillet puis de 31,2% en août, sous l'effet de nouvelles normes qui ont poussé des constructeurs à anticiper des ventes, selon des statistiques publiées mercredi.

Les immatriculations du groupe Renault (y compris Dacia, Lada, Alpine) ont bondi de 15,5% en juillet et de 57,8% en août par rapport aux mêmes périodes de 2017, d'après les chiffres de l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA). Les livraisons de son rival PSA (Peugeot, Citroën, DS) ont progressé de 56,3% en juillet, profitant de l'élargissement de son périmètre à Opel et Vauxhall, puis de 17,9% en août.

Fin du NEDC, débuts du WLTP

L'ACEA a expliqué la "hausse exceptionnelle" du mois d'août par "l'introduction du nouveau test WLTP pour toutes les immatriculations de voitures à partir du 1er septembre".

Ces tests en laboratoire, qui remplacent la procédure NEDC, mesurent la consommation de carburant, mais aussi les émissions de CO2, de particules, d'oxydes d'azote (NOx) et autres produits nocifs. Leur durcissement fait qu'ils reflètent désormais beaucoup mieux les consommations et rejets réels des véhicules.

Certains constructeurs sont soupçonnés d'avoir accordé de gros rabais en juillet, et surtout en août, sur des véhicules qui n'auraient plus pu être commercialisés à partir de septembre, ou bien de les avoir immatriculés auprès de leurs propres concessionnaires afin de les écouler plus tard.

En août, les cinq plus gros marchés nationaux européens ont tous fortement progressé, bien que de façon disparate: Italie (+9,5%), Espagne (+48,7%), France (+40%), Allemagne (+24,7%), Royaume-Uni (+23,1%).

"Cette hausse ne traduit pas du tout le vrai rythme du marché européen, qui s'approche petit à petit de son sommet et a vocation à se stabiliser sur les prochains trimestres. Ces chiffres ne veulent pas dire grand-chose", a commenté pour l'AFP Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem de l'automobile.

Après le "pic artificiel" de l'effet WLTP, "il faut s'attendre à un contrecoup d'ici la fin de l'année", même si "les fondamentaux du marché restent bons", a-t-il ajouté.

Sur l'ensemble de la période de janvier à août, les immatriculations de voitures particulières neuves ont augmenté de 6,1% dans l'UE, soit bien plus que la prévision d'une hausse de 1% pour 2018 émise en début d'année par l'ACEA.

Des Volkswagen toujours pas homologuées

Durant l'été, le groupe Volkswagen, dont de nombreux modèles n'ont pu encore être homologués selon la procédure WLTP, a vu ses livraisons s'envoler: +24,1% en juillet, +41% en août. La firme aux 12 marques domine plus que jamais le marché européen et représente plus d'une immatriculation sur quatre sur les huit premiers mois de l'année.

L'allemand Daimler est le seul constructeur à subir un recul en août (-4,2%). Le groupe a prévenu en juillet que l'introduction des nouvelles normes WLTP aurait un impact sur les résultats de sa marque Mercedes au troisième trimestre. De son côté, Nissan a enregistré une hausse de +46,3% de ses ventes tandis que le groupe Fiat a affiché des progressions de 38,9% respectivement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/09/2018 à 12:55 :
immatriculees mais pas vendues,et les constructeurs vont arreter des modeles invendables(coccinelle...)pas forcement des benefices
a écrit le 19/09/2018 à 12:11 :
Limite désinformation alors qu'on sait très bien que la très grande majorité des immatriculations est à attribuer aux concessionnaires qui doivent maintenant vendre ces véhicules 0 km avec de très gros rabais.
Réponse de le 19/09/2018 à 15:27 :
... donc bonnes affaires en perspective pour les acheteurs de ces voiture, non ?
a écrit le 19/09/2018 à 10:35 :
Il serait prudent d'attendre les chiffres de septembre. Les constructeurs ont en effet accéléré les livraisons des véhicules en commande, le délai normal étant de six mois ou plus.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :