Comment Vesoul est devenu le vaisseau amiral de la stratégie aftermarket de PSA

 |  | 965 mots
Lecture 5 min.
Les postes de picking de Vesoul, où les commandes sont préparées.
Les postes de "picking" de Vesoul, où les commandes sont préparées. (Crédits : Groupe PSA)
Installé à Vesoul depuis 1959, PSA transforme son site logistique en plateforme d'approvisionnement mondial de sa nouvelle stratégie autour des pièces de rechange. Le groupe va investir près de 30 millions d'euros en trois ans pour améliorer la compétitivité avec l'ambition d'en faire le site le plus performant du monde.

Voilà une bonne nouvelle pour les Vésuliens ! La plateforme logistique de PSA va changer de dimension et ainsi devenir le centre névralgique de la stratégie "aftermarket" du groupe automobile français. Dans le cadre du plan Push to Pass, Carlos Tavares a fait de cette nouvelle activité une priorité de ses ambitions de développement. L'aftermarket, ou marché de la pièce de rechange, représente un marché de près de 200 milliards d'euros en Europe continentale. Mais, le vieux continent ne suffit pas et PSA veut s'imposer en leader mondial.

Capillarité et maîtrise logistique, une précieuse expertise

Or, le véritable secret du succès de cette activité est la maîtrise des contraintes logistiques, d'organisation et d'optimisation des stocks et des flux. Une expertise et un savoir-faire qui ne s'improvisent pas. Cette activité doit également pouvoir compter sur une constellation de centres de distribution, puisque la "capillarité" du réseau est également tactique pour desservir les clients finaux. C'est le site de Vesoul qui a été choisi pour être le vaisseau-amiral de cette stratégie. Pour lui donner cette envergure, le groupe a élaboré le plan Evolus (anagramme de Vesoul) qui doit transformer le site en plateforme mondiale de la logistique après-vente.

Près de 30 millions d'euros seront investis dans les trois prochaines années pour moderniser les process, redéployer les moyens et les surfaces, former les salariés. Ainsi, il a fallu faire de la place pour Mister Auto, racheté début 2015. Le site internet en pleine croissance a réussi à s'installer à Vesoul à peu de frais, en recyclant des caisses et des rayonnages déjà existants. Avec 3.000 à 4.000 commandes par jour, Mister Auto veut aller encore plus loin en comptant sur des capacités encore loin d'être saturées à Vesoul notamment en allant chercher du rayonnage en hauteur. Le site internet espère atteindre le rythme de 8.000 à 10.000 commandes par jour.

La "golden zone" face à la pharmacie

Dans le "magasin" PSA aftermarket, on est déjà passé à un rythme industriel. La direction, toujours à la recherche de gisements de compétitivité, a réorganisé le magasin en créant une "golden zone". Un entrepôt de 2.500 références, sur les 200.000 du site, mais qui réalise 25% du chiffre d'affaires. Ici, c'est le ballet des véhicules de maintenance. Les salariés sont équipés de casques par radio-fréquence et sont capables de constituer jusqu'à six commandes à la fois.

"Nous avons près de 900 véhicules de maintenance, c'est le plus grand parc du groupe", explique Fabrice Marcoux, responsable du projet Evolus. "Nous songeons d'ailleurs à externaliser l'activité maintenance qui n'est pas le cœur de notre métier", ajoute-t-il comme pour rappeler que chaque source de productivité est étudiée à la loupe.

C'est alors qu'on pénètre dans un autre hangar encore plus surprenant. PSA a investi près de 16 millions d'euros dans ce nouvel entrepôt inspiré des pharmacies où des grandes tours tournoient sans cesse pour délivrer la bonne pièce commandée et délivrée à une opératrice qui alors les conditionne. Très automatisé et très rapide, ce système permet de réaliser près de 40.000 commandes par jour. Mais, il ne convient pas à des pièces à rotation très rapides comme celles de la golden zone, et leur taille est également contrainte à des standards.

Vesoul pharmacie

Mais Vesoul n'est pas seulement une plateforme logistique. C'est également un site industriel où PSA fabrique certaines pièces détachées. Le groupe étudie quelles pièces peuvent être fabriquées sur place à un coût compétitif.

Un enjeu territorial majeur

Pour la ville de Vesoul, ce projet de développement est une véritable chance mais également une opportunité de développement. Avec ses 3.200 salariés, PSA est le premier employeur de Haute-Saône. Créé en 1959, le site est devenu une plateforme logistique en 1965 lorsque PSA a voulu faire de la place dans son usine de Sochaux. Pour Jean-Paul Bigot, directeur du site, Vesoul se trouve à un point géographique important pour sa proximité avec l'Allemagne, la Suisse, mais également la Belgique et l'Italie. Les pouvoirs publics, eux, tentent d'améliorer la desserte de la zone en transformant la nationale 19 en quatre voies, afin de mieux atteindre les axes autoroutiers. Sous pression, les élus s'agacent d'ailleurs du retard des travaux. Déjà en 2014, le président du département se plaignait dans les colonnes de l'Est Républicain : "la RN 19 est essentielle en terme de développement économique (...) avec un site comme PSA à Vesoul, le projet devrait être prioritaire, mais on est ignoré".

Plus au sud, la nationale 57 doit également être modernisée pour faciliter l'accès à Besançon et à l'autoroute A36. Pour Jean-Paul Bigot, ces infrastructures participent évidemment à la recherche de compétitivité du site de Vesoul. "Toute commande passée avant 14h doit être livrée le lendemain avant 8h", rappelle-t-il. Autrement dit, pas de temps à perdre dans des embouteillages pour les 500 camions qui, chaque jour, entrent et sortent du site logistique PSA de Vesoul.

Vesoul PSA

Un modèle à suivre ?

A Vesoul, PSA expérimente un modèle d'organisation logistique qu'il espère déployer ensuite dans le réseau de "plaques" qu'il veut constituer en Europe (près de 140) mais également dans le monde (Amérique Latine, Chine...). Le site a été largement restructuré lors du plan Back to the Race : 30% de baisse des stocks, baisse des coûts de 6% par an depuis 2014... La suite est encore plus ambitieuse puisque le plan Evolus veut doubler les gains de productivité à un rythme de 12% par an. Pour Carlos Tavares, PDG du groupe, le site de Vesoul doit devenir le centre logistique de pièces de rechange le plus performant au monde. Pour que le monde aussi vienne voir Vesoul...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/11/2016 à 18:24 :
Merci pour cet article intéressant et qui présente des perspectives.

Quel est vraiment l'objectif de PSA sur l'aftermarket SVP ?
- permettre d'assurer les chiffres d'affaires et d'EBITDA de deux divisions auto en chute libre (DS / CITROEN) ?
- créer une autre division, qui puisse à terme, dans 7/8 ans et après implantation en Chine et en Amérique du Sud, être cotable en Asie ?

La question se pose, sans que l'une ne soit contradictoire avec l'autre.
Mais je considère que Mr TAVARES doit vite reprendre en main CITROEN et DS. Il y a urgence pour ces deux divisions aux résultats commerciaux poussifs.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :