Faurecia a refermé le dossier Magneti-Marelli

Lors d'une rencontre avec la presse, Patrick Koller qui dirige l'équipementier automobile français, a annoncé qu'il ne formulerait pas d'offre sur la filiale du groupe Fiat-Chrysler tout en reconnaissant avoir néanmoins consulté le dossier. Pour autant, Faurecia est dans l'optique de se constituer un quatrième pôle d'activité qui passera probablement par une acquisition.
Nabil Bourassi
Patrick Koller souhaite doter Faurecia d'un nouveau pôle d'activités qui n'a pas encore été défini.
Patrick Koller souhaite doter Faurecia d'un nouveau pôle d'activités qui n'a pas encore été défini. (Crédits : Philippe Wojazer)

Magneti-Marelli aurait-il pu devenir "la quatrième jambe" de Faurecia ? Lors d'une rencontre avec la presse, Patrick Koller, directeur général de l'équipementier automobile français a confirmé que son groupe n'était pas intéressé par l'acquisition de Magneti-Marelli, filiale du groupe Fiat Chrysler Automobile (FCA).

Patrick Koller a toutefois reconnu s'être penché sur cette entreprise valorisée autour de 5 milliards d'euros, mais il a indiqué que la question avait été tranchée et qu'aucune offre ne serait formulée.

Le patron de Faurecia a néanmoins défendu l'idée d'une acquisition structurante dans les prochaines années pour doter Faurecia d'une "quatrième jambe" qui compléterait ses trois métiers actuels : les sièges, les intérieurs de voitures et des systèmes de mobilités propres (pile à hydrogène, systèmes de dépollution).

Une quatrième jambe

En juin dernier, Patrick Koller avait déjà confié dans une interview à La Tribune son souhait de constituer un quatrième pôle d'activité à Faurecia:

"Nous n'avons encore rien identifié, sauf les critères qui nous autoriseront d'investir une nouvelle activité. Celle-ci doit être profitable, nous mettre en situation de leader, être en rapport avec nos métiers historiques, nous assurer une présence globale", avait-il déclaré lors d'une journée investisseur à Londres.

Mardi 29 août, il a précisé devant la presse française que cette "nouvelle activité devrait s'inscrire dans notre génétique, avec un certain nombre de points communs avec les autres (...)". Celle-ci "n'est absolument pas tranchée, il ne faut pas qu'il y ait une seule option, quand on parle d'acquisitions on est dans l'opportunisme et il ne faut pas se restreindre", a-t-il enfin ajouté, en soulignant ne pas vouloir s'inscrire "dans une échelle définie du temps". Patrick Koller soumettra au conseil d'administration lors de sa revue stratégique annuelle prévue en octobre, une liste d'options pour définir le périmètre de ce nouveau pôle.

Magneti-Marelli cherche toujours un acheteur

La question d'un rachat de Magneti-Marelli faisait l'objet de rumeurs en interne comme auprès des investisseurs. L'équipementier italien cherche un repreneur depuis plusieurs années. Il y a un an, des discussions poussées avaient été entamées avec Samsung, mais celles-ci n'ont pas abouti. Sergio Marchionne, patron de FCA, souhaite conclure une transaction avant la fin de l'année.

Nabil Bourassi

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 30/08/2017 à 14:26
Signaler
Sage décision pour une acquisition qui a toutes les chances d'être surpayée et qui deviendrait la quatrième jambe boîteuse du groupe.

à écrit le 30/08/2017 à 13:26
Signaler
Mais que fabrique Magneti maretti ? ce n'est pas dans votre article !

le 30/08/2017 à 19:10
Signaler
Réponse: des pièces électriques pour l'automobile ...et avec un peu de curiosité de votre part vous l'auriez trouvé tout seul ....bon d'accord le journaliste aurait pu le mentionner mais comme la dépêche afp ne devait pas le mentionner il ne s'est pa...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.