PSA bondit en Bourse après des résultats record

 |   |  317  mots
La branche automobile enregistre une marge opérationnelle de plus 7 %, soit davantage que l'objectif retenu pour 2021.
La branche automobile enregistre une marge opérationnelle de plus 7 %, soit davantage que l'objectif retenu pour 2021. (Crédits : STEPHANE MAHE)
Jamais le premier constructeur automobile français n'avait enregistré des résultats financiers aussi élevés. Le cours en Bourse grimpait de plus de 5,5% en milieu de matinée.

Le constructeur automobile PSA a publié mercredi un bénéfice net au premier semestre en croissance de 3,6 %, à 1,25 milliard d'euros, et confirmé les objectifs annoncés en 2016 dans le cadre du plan "Push to Pass". PSA n'avait jamais enregistré un bénéfice net aussi élevé.

Le chiffre d'affaires progresse de 5 % par rapport aux six premiers mois de l'année passée, et s'établit à 29,1 milliards d'euros, dont 19,8 milliards issus des ventes d'automobiles (+3,6 %), a indiqué PSA dans un communiqué.

Une marge de plus de 7 % pour la branche automobile

Le groupe indique par ailleurs avoir réalisé un résultat opérationnel courant de 2 milliards d'euros, en hausse de 11,5 %, dont 1,4 milliard pour la division automobile, qui "atteint un niveau de rentabilité record de 7,3 %, en dépit des hausses des matières premières et de l'impact négatif des taux de change".

"Nous avons une amélioration de la performance opérationnelle de toutes nos divisions, automobile, Faurecia, la banque. En particulier, la division automobile a délivré un niveau de performance qui a plus que compensé les nombreux vents contraires que nous avons pu avoir", a détaillé le directeur financier de PSA, Jean-Baptiste de Chatillon, lors d'une conférence téléphonique.

Les objectifs confirmés

PSA confirme les objectifs de "croissance rentable" du plan stratégique "Push to pass" présenté en avril 2016 : 4,5 % de marge opérationnelle en 2016-2018 pour la division automobile et 6 % en 2021.

En termes de chiffre d'affaires, PSA visait une progression à taux de changes constants de 10 % entre 2015 et 2018, et 15 % supplémentaires d'ici à 2021. Pour 2017, le groupe prévoit un marché automobile en hausse de l'ordre de 3 % en Europe, et de 5 % en Chine, en Amérique latine et en Russie.

A la Bourse de Paris, PSA le titre s'envole de plus de 4 % dans les premiers échanges, et porte la progression du titre à près de 21 % depuis le début de l'année.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/07/2017 à 20:13 :
Depuis quelques semaines, PSA doit faire venir des petits moteurs à essence de Chine pour assembler des véhicules en France car il ne dispose pas assez de capacités industrielles pour répondre à la demande croissante des clients voulant rouler au sans plomb plutôt qu'au mazout.
La part du diesel chez PSA est passée sous les 50% et s'accentue, 40% marquera le début de grosses difficultés. Carlos Tavares avoue que "le basculement est plus violent qu'anticipé". Autre problème pour PSA c'est que la marge dégagée sur un modèle essence est plus faible que celle d'un diesel. Tout n'est pas aussi rose que cela au pays de ce constructeur qui n'a pas suffisamment anticipé le déclin de diesel.
a écrit le 26/07/2017 à 15:50 :
La clé du succès ? La qualité du produit, ...et il faut dire que les derniers "opus" de Peugeot devraient inquiéter fortement les sempiternelles rééditions de bovidés germaniques, sans inspiration, sans charme, lourds et peu logeables, et dont certains ne sont que des absurdités sur roues, comme cette voiture de 470cv, !!!, copie conforme des précédentes...
Réponse de le 26/07/2017 à 17:31 :
contentez vous d'une belle dacia, au lieu de critiquer les super voitures allemandes .....jalouse....un bon franchouillard.......
Réponse de le 26/07/2017 à 19:14 :
Les allemands en sont à se bouffer entre eux, cartel faux chiffres de vente France chez VW group, hécatombe qualitative ...

Les français n' ont tout simplement plus de concurrence en Allemagne sauf
être Opel qui adapte depuis son rachat les trains et la qualité rigoureuse de PSA ..
Réponse de le 27/07/2017 à 11:41 :
Tout faux !!! Je suis du Benelux ou on a l'expérience de la (fausse) qualité allemande et du vrai marketing intensif et souvent à base de dénigrement des concurrents... En plus, j'ai eu une BMW ( jamais plus) et j'ai un Audi TT Roadster ( bien, même si pas exempt de (gros) problèmes, mais sympa à conduire).
a écrit le 26/07/2017 à 14:45 :
Vous ne faites que souscrire au grand numéro d'auto-congratulation de M. Carlos Tavares, cependant certains nuancent ce beau tableau !

On peut lire par ailleurs :
Paradoxes:
"Carlos Tavares, président de PSA, annonce une marge semestrielle record de 7,3% dans la division automobile. Mais, à périmètre égal, les ventes ont fortement baissé dans le monde sur le premier semestre. La marge est surtout générée par la réduction des coûts."
"Les ventes (hors Iran) chutent de 11%...."
"Une marge générée surtout par les baisses de coûts...."
"Citroën et surtout la marque DS souffrent.."
Réponse de le 26/07/2017 à 17:40 :
On peut compare à VW qui flirte les 1 % en 2016 ...!!!
a écrit le 26/07/2017 à 11:07 :
On attend plus que les recrutements en CDI dans les usines françaises, les futures DS, le redressement de Citroen, les électriques, les hybrides et la voiture autonome. Go PSA !
a écrit le 26/07/2017 à 10:09 :
Ce sont les moins chers en fourniture de flottes d'entreprises.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :