En pleine fusion avec PSA, Opel change de patron

 |  | 348 mots
Lecture 2 min.
Karl-Thomas Neumann est souvent jugé positivement pour son bilan à la tête d'Opel par les marchés.
Karl-Thomas Neumann est souvent jugé positivement pour son bilan à la tête d'Opel par les marchés. (Crédits : Reuters)
Opel a annoncé le départ Karl-Thomas Neumann de la direction du constructeur automobile allemand, en pleine fusion avec le groupe français PSA. D'après certaines rumeurs de presse, il pourrait succéder à Rupert Stadler à la tête d'Audi. Le directeur financier le remplace.

| Article publié à 11h45, mis à jour à 15h16.

Retour au bercail ? Confirmant des rumeurs de presse, la direction d'Opel a annoncé la démission avec effet immédiat de son patron Karl-Thomas Neumann. La décision n'aura pas attendu la prochaine réunion du conseil de surveillance de la marque automobile allemande, programmée le 22 juin.

Le directeur financier "Michael Lohscheller devient le nouveau chef d'Opel", a indiqué le fabricant de la Corsa dans un communiqué, ajoutant que Karl-Thomas Neumann avait "démissionné aujourd'hui de sa fonction de porte-parole de la direction". Ce dernier restera toutefois membre du directoire d'Opel jusqu'à la finalisation de la vente de la société à PSA.

D'après Reuters, Karl-Thomas Neumann pourrait réintégrer le groupe Volkswagen pour diriger la marque Audi. Il avait quitté le groupe allemand en 2013 pour prendre la tête d'Opel.

La fusion Opel-PSA pas remise en cause

Selon le Frankfurter Allgemeine Zeitung, Karl-Thomas Neumann continue de penser que la décision de rachat d'Opel par PSA est une bonne idée. D'ailleurs, il souhaiterait rester à la tête de la marque jusqu'à son absorption par le groupe français prévue en octobre.

Les tractations actuelles sur les modalités de la fusion auraient néanmoins mis en lumière des divergences stratégiques. Karl-Thomas Neumann juge ainsi que les ambitions de PSA dans la voiture électriques sont insuffisantes. Un casus belli pour celui qui dirigeait les activités électromobilité lorsqu'il travaillait chez Volkswagen, et qui a dirigé une marque qui s'est faite remarquée avec l'Ampera et qui va bientôt lancer l'Ampera-e, une voiture 100% électrique. D'autres sources auraient également évoqué des divergences sur la concentration des pouvoirs autour du holding PSA.

En mars, lors de la conférence de presse annonçant le rachat d'Opel par PSA à General Motors, Carlos Tavares n'avait pourtant pas tari d'éloges à l'endroit de Karl-Thomas Neumann et de son bilan à la tête d'Opel. Il avait également indiqué vouloir garantir l'indépendance d'Opel au sein du groupe.

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :