Les pays émergents soignent les performances de Sanofi-Aventis

 |   |  935  mots
Dans les pays émergents, les ventes ont progressé de 12,8% alors qu'elles ont baissé de 10,2% Europe occidentale et de 5,5% aux Etats-Unis, le premier marché pharmaceutique mondial. Le résultat net des activités a augmenté de 7,6%, soit un peu plus qu'attendu par les analystes.

Sanofi-Aventis a annoncé jeudi des résultats meilleurs que prévu au deuxième trimestre grâce aux pays émergents et une accélération de son plan d'économies, mais sans rien dire sur sa stratégie d'acquisitions ni sur ses intentions concernant Genzyme. De source proche du dossier aux Etats-Unis, on a indiqué mercredi soir que le conseil d'administration de Sanofi , menacé de perdre d'ici 2013 le tiers de ses ventes du fait du développement des génériques, avait voté en faveur d'une offre formelle sur la biotech américaine spécialiste du traitement des maladies orphelines.

Sanofi, sixième groupe pharmaceutique mondial, a réalisé un résultat opérationnel des activités en hausse de 5,3% au deuxième trimestre, à 3,421 milliards d'euros (3,255 milliards attendus par les analystes selon le consensus Reuters). Le résultat net des activités a augmenté de 7,6% à 2,478 milliards (consensus 2,322 milliards) et le bénéfice net ajusté par action est ressorti en hausse de 8% à 1,90 euro (1,78 euro attendu).

Les ventes de Sanofi se sont améliorées de 4,6% à 7,783 milliards d'euros (7,493 milliards attendus) malgré l'impact de la concurrence des génériques de l'anticancéreux Eloxatine et de l'Allegra aux Etats-Unis et du Plavix en Europe. Les ventes de la division diabète ont crû de 10,6% au deuxième trimestre à 1,129 milliards d'euros sous l'impulsion du Lantus. Les ventes du Lantus ont augmenté de 10,6% à 926 millions (902 millions prévus).

Dans les pays émergents, les ventes ont progressé de 12,8% à 2.286 millions d'euros, alors qu'elles ont baissé de 10,2% à 2.252 millions en Europe occidentale et de 5,5% à 2.413 millions aux Etats-Unis, le premier marché pharmaceutique mondial.

Un plan d'économies de plus d'un milliard d'euros d'ici la fin 2010

Les vaccins ont vu leurs ventes diminuer de 1,3% (+4,7% hors éléments non récurrents à 748 millions d'euros contre 695 millions attendus). Sur les marchés émergents, l'activité a crû de 19% à 264 millions grâce aux vaccins contre la grippe.
Dans la santé grand public, le chiffre d'affaires a augmenté de 65,4% à 578 millions, reflet de l'acquisition récente de Chattem ainsi que des bonnes performances des marchés émergents, Brésil et Russie en tête.
Sanofi a par ailleurs annoncé une baisse des frais de R&D et des frais administratifs, généraux et commerciaux à taux de change constants grâce à ses mesures d'économie.
Il précise que plus d'un milliard d'euros d'économies sont prévues d'ici fin 2010 à taux de change constants comparé à 2008, un niveau à comparer aux deux milliards d'économies que le groupe a prévus de réaliser en 2013.
Commentant ces résultats, Chris Viehbacher, le directeur général du groupe, s'est dit "satisfait par la performance trimestrielle du groupe dans un environnement marqué par la réforme de la santé aux Etats-Unis, des baisses de prix en Europe et la poursuite de la concurrence générique".
"S'appuyant sur le renforcement de ses plates-formes de croissance et une approche rigoureuse du contrôle des coûts, le groupe renouvelle ses objectifs pour 2013 tels que communiqués en juillet 2009 malgré la récente approbation d'un générique de Lovenox aux Etats-Unis", dit-il dans le communiqué de résultats.
Pour 2010, Sanofi a confirmé une évolution du bénéfice par action des activités comprise entre 0% et -4% par rapport à 2009, à taux de change constants, sauf événement adverse majeur.
Le laboratoire précise que ces perspectives tiennent compte de l'approbation d'un générique du Lovenox aux Etats-Unis, ainsi que l'impact financier de la réforme des soins de santé aux Etats-Unis et des réductions de prix en Europe.
Mais le groupe reste muet sur ses intentions envers Genzyme.
Depuis l'arrivée de Chris Viehbacher à la tête de Sanofi à la fin 2008, le groupe a réalisé une cinquantaine d'opérations. Pas moins de 33 partenariats ou acquisitions ont été signés en 2009, pour 6,6 milliards d'euros, les plus importantes étant Merial dans la santé animale (4 milliards de dollars) et Chattem (1,9 milliard) dans les médicaments sans ordonnance.

La dette atteint 6,17 milliards d'euros

En février, Chris Viehbacher avait indiqué que les acquisitions se poursuivraient en 2010 au même rythme qu'en 2009, année au cours de laquelle le groupe a réalisé deux ou trois transactions par mois.
Il avait annoncé qu'il privilégierait les rachats de petites et moyennes tailles jusqu'à 15 milliards mais sans exclure la possibilité d'une acquisition de plus grande envergure.
Les analystes estiment que le niveau de la dette du groupe et sa capacité de générer des liquidités lui donnent les moyens de ses ambitions.
Au premier semestre 2010, les flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles s'élèvent à 4,22 milliards d'euros. Le niveau de dette nette s'élevait à 6,171 milliards au 30 juin, contre 4,135 milliards au 31 décembre 2009.
Début juillet, une source proche du dossier avait dévoilé que le groupe envisageait plusieurs acquisitions aux Etats-Unis, dont une ou deux qui pourraient lui coûter au moins 15 milliards de dollars. Parmi les cibles potentielles figuraient Genzyme, pesant 4,5 milliards de dollars de chiffre d'affaires et au portefeuille de développement d'une quinzaine de molécules.
Sa capitalisation boursière pèse environ 18 milliards de dollars car les spéculations sur son avenir ont fait grimper l'action de près de 25%.
Les médicaments commercialisés par Genzyme présentent une protection brevetaire plus longue et des prix plus élevés que les produits classiques, observent les analystes.
Sous couvert d'anonymat, l'un d'eux à jugé "qu'une acquisition de Genzyme, cohérente avec la stratégie de Sanofi , pourrait être légèrement dilutive" et que "pour la financer, le groupe pourrait être conduit a procéder à une petite augmentation de capital".
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :