Novartis : Bruxelles pose ses conditions pour le rachat d'Alcon

 |   |  209  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Le groupe pharmaceutique suisse devra procéder à la cession de plusieurs activités pour être autorisé à prendre le contrôle du numéro un mondial des produits ophtalmologiques.

Novartis devra céder plusieurs activités pour pouvoir racheter d'Alcon. La Commission européenne a demandé au groupe pharmaceutique suisse de vendre "plusieurs produits dans les domaines de l'ophtalmologie pharmaceutique et des soins non-pharmaceutique liés à la vision" en raison de potentiels problèmes de concurrence. Novartis a accepté de céder ces activités.

Début janvier, Novartis avait annoncé avoir acheté 28,1 milliards de dollars à Nestlé une participation complémentaire de 52% dans Alcon, une entreprise américaine spécialisée notamment dans les produits nettoyants de lentilles de contact. Le groupe pharmaceutique suisse avait déjà acquis en avril 2008 environ 25% d'Alcon pour 10,4 milliards de dollars et disposait d'une option sur les 52% que détenait Nestlé.

En portant sa participation à 77% du capital dans Alcon, Novartis se développe dans les soins oculaires, secteur où il est déjà présent avec sa division Ciba Vision. Le laboratoire bâlois entend désormais une prochaine étape procéder à une fusion-absorption des 23% restants d'Alcon pour détenir la totalité du groupe.

Il souhaite proposer 2,8 actions Novartis pour chaque action restante d'Alcon, soit un prix de 153 dollars par titre Alcon. Avec cette prise de participation supplémentaire représentant 11,2 milliards de dollars, il aura donc consacré 49,7 milliards de dollars à cette acquisition.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :